Affaire Condor: 2 à 3 ans de prison contre les frères Benhamadi et des acquittements    Corruption: Le procès de Chakib Khelil et de l'ex-Pdg de Sonatrach reporté    Et la relance socio-économique ?    Relance de l'industrie: Les assurances du Premier ministre    Coupe arabe FIFA: Algérie-Egypte, aujourd'hui à 20h00 - Spectacle, suspense et enjeu !    O. Médéa: Une entame prometteuse    Ligue des champions d'Europe: Encore six tickets à composter    Vaccin anti Covid-19 : Près d'un millier de personnes ont reçu la 3ème dose    Intempéries: Des routes coupées par la neige et des effondrements    El Ançor, Bousfer et Misserghine: Les travaux de réalisation de 1.350 logements sociaux achevés    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Les points à retenir du Conseil des ministres    «Nous sommes satisfaits de notre parcours»    Une "finale" avant l'heure pour la première place du groupe D    L'axe incontournable de la relance    Le constat de Benabderrahmane    Les messages forts d'Alger    Le bras de fer continue !    8 décès et 193 nouveaux cas    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    L'interaction Tamazight et l'informatique    «A Tierra» fera trembler ce soir les planches d'Annaba!    Un riche parcours et des réalisations    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Les hôpitaux réservés à la Covid-19 saturés    Les fermes décisions du chef de l'Etat    Ibrahimovic ouvert à une prolongation    Le Président ordonne sa révision    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    Le processus politique s'enlise en Libye    Plusieurs RN coupées au trafic routier    2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    «Généraliser le pass sanitaire pour ramener l'adhésion vaccinale»    Hommage au chercheur et linguiste algérien cheikh M'hamed Safi El Mestaghanemi    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    La Touiza, entre héritage et pratique    L'Algérie remet un chèque de 100 millions de dollars à l'Etat de Palestine    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    Les graves accusations de Baâdji    Le dernier vol du colibri !    Les Etats-Unis veulent «une transition rapide»    L'UGTT rejoint les déçus de Kaïs Saïed    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La voix d'or de la chanson algérienne
Allaoua Zerrouki
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 04 - 2008

Dès son jeune âge, Zerrouki Allaoua jouait de la flûte, qu'il fabriquait de ses propres mains avec des tiges de roseau.
Dès son jeune âge, Zerrouki Allaoua jouait de la flûte, qu'il fabriquait de ses propres mains avec des tiges de roseau.
Allaoua Zerrouki, fils d'un imam, Seghir Ben Arezki, est venu au monde un certain 5 juillet 1915, à Amalou, village situé sur les hauteurs de Seddouk, dans la wilaya de Bejaïa.
Très jeune, Allaoua Zerrouki s'est retrouvé en compagnie des autres enfants de son âge, apprenant les textes coraniques à la mosquée, car son père lui a refusé de s'inscrire à "l'école des indigènes" ou à celle dite des «missionnaires chrétiens" installés à Ighil Ali. Dès son jeune âge, Zerrouki Allaoua jouait de la flûte, qu'il fabriquait de ses propres mains avec des tiges de roseau. Arrivé à un certain âge, il sentit le besoin d'aller découvrir d'autres horizons. Il atterrit à Béjaïa, où il a eu à exercer, entre autres, le métier de coiffeur. Parallèlement, il embrassa la carrière artistique par la chanson andalouse, qui révéla une voix rarissime de ténor. Cheikh Saddek Abdjaoui, subjugué par cette voix au timbre chaud, l'orienta directement vers la chanson kabyle. Les premiers à l'avoir initié au rythme, au bendir, à la flûte et aux instruments à cordes, étaient Boudjemaâ Kadim, Mahmoud Baâli et Larbi Abdelwahab. Néanmoins, notre futur artiste n'avait pas tardé à s'envoler pour la France, comme ce fut le cas de la majorité des premiers chanteurs algériens. En France, ce dernier s'est introduit, tôt, dans le milieu artistique. Il sortit son premier disque, en 1948, chez Pathé Marconi. Un disque qui comportait une chanson en arabe intitulée Ya Iahbab, elyoum kiffah (amis, aujourd'hui c'est la révolution) qui est un hymne à la patrie, et une autre en kabyle au titre baroque Tilifoun sonni, sonni (téléphone sonne, sonne) et d'autres encore portant sur, notamment, sa séparation avec les siens, sa bien-aimée, la nostalgie du pays et sur sa rude expérience dans les mines. Une thématique que d'ailleurs traitait l'ensemble de la première génération, à l'instar de Slimane Azem, Akli Yahiaten, Cheikh El-Hasnaoui et d'autres encore. Notre artiste que fut Zerrouki Allaoua au verbe suscitant les émotions fortes, a bercé bien des générations. Par ailleurs, il est à signaler que la plupart de ses chansons ont été reprises par les nouveaux chanteurs. D'autre part, il est à noter qu'en France, Zerrouki Allaoua vivait en famille, il était marié à une femme d'origine française. En 1959, notre artiste s'est produit à la salle Ibn-Khaldoun (ex-Pierre Bordes) et la soirée fut filmée par une équipe de la télévision. En 1965, accompagné par l'orchestre de Cheikh Missoum, il s'est produit un peu partout en Algérie dans le cadre d'une ultime tournée. Il a saisi cette opportunité pour enregistrer. Au cours de toute sa carrière, il a eu à interpréter quelque trente chansons dont une vingtaine seulement se trouvent répertoriées dans les archives de la chaîne. Ses textes, dont la réputation ne se dément pas, sont, entre autres, Zhar ewlac (pas de chance), A tasekkurt (ô perdrix), El-Babur (ô bateau !), Sidi-Aïch, Tskhilek attir (Je t'en prie oiseau), Lewjab n wassen (supplice de l'autre jour). Nous pouvons ajouter aussi Dacu i guerbeh ? (Qu'a-t-il gagné ?), dernière chanson enregistrée et qui figure sur le disque mis sur le marché vers la fin des années 1960. Zerrouki Allaoua doit, en partie, sa célébrité à la flexibilité de sa voix et à sa grande maîtrise des techniques du chant, à en croire des spécialistes en la matière. Partant pour un gala à Avignon, en compagnie de Dahmane El-Harrachi, Zerrouki Allaoua a été victime d'un accident à la suite duquel il succomba quelques mois après à ses blessures, soit le 17 novembre 1968. C'est ainsi qu'il nous a quittés, laissant son nom inscrit en lettres d'or dans les pages d'histoire, celle des grandes figures de la scène artistique nationale.
Allaoua Zerrouki, fils d'un imam, Seghir Ben Arezki, est venu au monde un certain 5 juillet 1915, à Amalou, village situé sur les hauteurs de Seddouk, dans la wilaya de Bejaïa.
Très jeune, Allaoua Zerrouki s'est retrouvé en compagnie des autres enfants de son âge, apprenant les textes coraniques à la mosquée, car son père lui a refusé de s'inscrire à "l'école des indigènes" ou à celle dite des «missionnaires chrétiens" installés à Ighil Ali. Dès son jeune âge, Zerrouki Allaoua jouait de la flûte, qu'il fabriquait de ses propres mains avec des tiges de roseau. Arrivé à un certain âge, il sentit le besoin d'aller découvrir d'autres horizons. Il atterrit à Béjaïa, où il a eu à exercer, entre autres, le métier de coiffeur. Parallèlement, il embrassa la carrière artistique par la chanson andalouse, qui révéla une voix rarissime de ténor. Cheikh Saddek Abdjaoui, subjugué par cette voix au timbre chaud, l'orienta directement vers la chanson kabyle. Les premiers à l'avoir initié au rythme, au bendir, à la flûte et aux instruments à cordes, étaient Boudjemaâ Kadim, Mahmoud Baâli et Larbi Abdelwahab. Néanmoins, notre futur artiste n'avait pas tardé à s'envoler pour la France, comme ce fut le cas de la majorité des premiers chanteurs algériens. En France, ce dernier s'est introduit, tôt, dans le milieu artistique. Il sortit son premier disque, en 1948, chez Pathé Marconi. Un disque qui comportait une chanson en arabe intitulée Ya Iahbab, elyoum kiffah (amis, aujourd'hui c'est la révolution) qui est un hymne à la patrie, et une autre en kabyle au titre baroque Tilifoun sonni, sonni (téléphone sonne, sonne) et d'autres encore portant sur, notamment, sa séparation avec les siens, sa bien-aimée, la nostalgie du pays et sur sa rude expérience dans les mines. Une thématique que d'ailleurs traitait l'ensemble de la première génération, à l'instar de Slimane Azem, Akli Yahiaten, Cheikh El-Hasnaoui et d'autres encore. Notre artiste que fut Zerrouki Allaoua au verbe suscitant les émotions fortes, a bercé bien des générations. Par ailleurs, il est à signaler que la plupart de ses chansons ont été reprises par les nouveaux chanteurs. D'autre part, il est à noter qu'en France, Zerrouki Allaoua vivait en famille, il était marié à une femme d'origine française. En 1959, notre artiste s'est produit à la salle Ibn-Khaldoun (ex-Pierre Bordes) et la soirée fut filmée par une équipe de la télévision. En 1965, accompagné par l'orchestre de Cheikh Missoum, il s'est produit un peu partout en Algérie dans le cadre d'une ultime tournée. Il a saisi cette opportunité pour enregistrer. Au cours de toute sa carrière, il a eu à interpréter quelque trente chansons dont une vingtaine seulement se trouvent répertoriées dans les archives de la chaîne. Ses textes, dont la réputation ne se dément pas, sont, entre autres, Zhar ewlac (pas de chance), A tasekkurt (ô perdrix), El-Babur (ô bateau !), Sidi-Aïch, Tskhilek attir (Je t'en prie oiseau), Lewjab n wassen (supplice de l'autre jour). Nous pouvons ajouter aussi Dacu i guerbeh ? (Qu'a-t-il gagné ?), dernière chanson enregistrée et qui figure sur le disque mis sur le marché vers la fin des années 1960. Zerrouki Allaoua doit, en partie, sa célébrité à la flexibilité de sa voix et à sa grande maîtrise des techniques du chant, à en croire des spécialistes en la matière. Partant pour un gala à Avignon, en compagnie de Dahmane El-Harrachi, Zerrouki Allaoua a été victime d'un accident à la suite duquel il succomba quelques mois après à ses blessures, soit le 17 novembre 1968. C'est ainsi qu'il nous a quittés, laissant son nom inscrit en lettres d'or dans les pages d'histoire, celle des grandes figures de la scène artistique nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.