Des journalistes reviennent en... autostop !    ils ont réussi à marcher    La marche de la communauté universitaire empêchée    Pris au dépourvu, les citoyens pénalisés    L'espoir d'une reprise    Une coalition d'ONG plaide pour une "nouvelle approche"    L'Algérie œuvre à l'élimination totale des ADM    Démenti    FAF : L'AGE pour la désignation du nouveau président aura lieu ce jeudi    Fort taux de suivi de la grève, selon le Cnapeste    Les ménages à rude épreuve    Secousse tellurique de 3,2 degrés dans la wilaya de Béjaïa    Pas de diffusion télé pour le feuilleton "Babor Ellouh"    "Their Algeria" décroche le prix spécial du jury    Rassemblement sur le parvis Matoub-Lounès à Paris    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain    Energies renouvelables : une journée dédiée à l'hydrogène vert le 19 avril en cours    Mouloudia d'Alger : Les joueurs mettent la pression    Tebboune nomme Ahmed Rachedi Conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Liverpool-Real Madrid : Les compositions probables    6 habitudes alimentaires pour lutter contre la fatigue chronique    Primauté du sucre et de l'huile contrariée    Le CRA ouvre un restaurant «Rahma» à la Médiathèque: 400 repas quotidiennement pour les démunis    Tlemcen - Ansej : des transporteurs réclament l'effacement de leurs dettes    Ligue 2 - Groupe Centre: Six postulants au coude-à-coude    Sétif: Un atelier clandestin de fabrication d'armes démantelé    112ème mardi de protestation: Les étudiants au rendez-vous au premier jour du Ramadhan    La vitamine DZ, seule source d'énergie locale !    Un ultimatum pour Cavani    L'Iran met en garde Washington contre le «sabotage» et les «sanctions»    Une grave provocation    Saidal fabriquera du Levothyrox    Exclusivement destinée à l'export    «L'immunité collective n'est pas atteinte»    Azra scintille à tigzirth    Le président Tebboune appelle à la vigilance    Flambée vertigineuse des prix des produits alimentaires    Le complexe de l'automobile    La dispute royale en Jordanie embarrasse l'Arabie saoudite    Un constat sans complaisance    Zorc optimiste pour Haaland    David Luiz sur le départ    Alors, c'est In Salah ou Aïn Salah?    La librairie «Cheikh» renoue avec les ventes-dédicaces    L'amour à l'italienne    Baâdji poursuit sa purge    Saïd Bouteflika refuse de se «livrer»    Les indépendants en «conquérants»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La pathologie coronaire est très fréquente en Algérie
Cardiologie
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 04 - 2008

Des spécialistes en cardiologie ont affirmé mardi que la fréquence de la pathologie coronaire est importante en Algérie. "La pathologie coronaire occupe, ces deux dernières décennies, plus de 80% de l'activité clinique dans différents services de cardiologie", a soutenu le Pr Mourad Redjimi, chef de service cardiologie au CHU Nafissa Hamoud, à l'occasion de la première journée de cardiologie sur l'insuffisance coronarienne organisée par le CHU Nafissa Hamoud (ex-Parnet) d'Alger. Les cardiopathies ischémiques constituent, aujourd'hui, le motif de consultation en urgence le plus important, selon le Pr Redjimi qui constate un recul du rhumatisme articulaire aigü (RAA) et des valvulopathies, très répandu dans les années 1970, une émergence ainsi qu'une progression alarmante de la maladie coronaire. Il a estimé, dans ce contexte, que l'Algérie a atteint, en matière de fréquence de cette maladie, le même niveau que les pays développés en raison de la modification du mode de vie et de l'alimentation de la population. Le premier responsable du service cardiologie au CHU du Pr Hamoud a fait remarquer que l'infarctus est l'événement inaugural de cette maladie pour les deux tiers des patients coronaires. Relevant les progrès observés dans le traitement de cette maladie avec l'introduction des techniques de revascularisation et la généralisation de la thrombolyse, le Pr Redjimi a affirmé que l'amélioration de la prise en charge initiale a transformé le pronostic immédiat, mais également à moyen et long terme même si les patients restent à haut risque. Cependant, il a estimé que la prise en charge des facteurs de risque et la prescription de médicaments adaptés sont essentielles pour éviter une récidive et réduire la mortalité. Le Pr Redjimi a indiqué, en outre, qu'aucune étude nationale n'a encore été réalisée sur la prévalence de cette maladie en Algérie. En revanche, des études multicentriques ont été déjà faites en 2003 et 2005. Ces études, a-t-il ajouté, ont fait ressortir que l'insuffisance coronarienne est aussi fréquente chez la femme que l'homme, et chez les moins jeunes aussi, soulignant que des jeunes femmes de 30 ans et des adolescents de 18 à 19 ans, ont connu des insuffisances coronarienne graves.
Ce spécialiste a précisé que cette maladie est fréquente aux alentours de 50 ans, faisant remarquer, toutefois, que l'âge des malades atteints de l'insuffisance coronarienne diminue aujourd'hui. De son côté, le Pr Taher Rayane, directeur des activités médicales au CHU du Pr Hamoud, a affirmé qu'un pourcentage élevé des insuffisances coronariennes dans notre pays est encore d'origine cardio-vasculaire.
S'agissant des techniques opératoires de l'insuffisance coronarienne, le Pr Debieche a indiqué de son côté que la chirurgie des artères coronaires a connu un "essor fulgurant" au cours des deux dernières décennies, soulignant que cette chirurgie se révèlera au cours du temps, fiable et reproductible et donnera une amélioration de la qualité de vie et de la survie à long terme des patients.
Le Pr Djenas a pour sa part soutenu que la chirurgie de revascularisationdu myocarde par pontage aoro-coronarien constitue "l'un des grands progrès de la cardiologie moderne". Il a affirmé que l'apport du traitement médical et son résultat, l'avènement de la cardiologie interventionnelle, le perfectionnement de la technique chirurgicale a significativement réduit la mortalité opératoire.
Des spécialistes en cardiologie ont affirmé mardi que la fréquence de la pathologie coronaire est importante en Algérie. "La pathologie coronaire occupe, ces deux dernières décennies, plus de 80% de l'activité clinique dans différents services de cardiologie", a soutenu le Pr Mourad Redjimi, chef de service cardiologie au CHU Nafissa Hamoud, à l'occasion de la première journée de cardiologie sur l'insuffisance coronarienne organisée par le CHU Nafissa Hamoud (ex-Parnet) d'Alger. Les cardiopathies ischémiques constituent, aujourd'hui, le motif de consultation en urgence le plus important, selon le Pr Redjimi qui constate un recul du rhumatisme articulaire aigü (RAA) et des valvulopathies, très répandu dans les années 1970, une émergence ainsi qu'une progression alarmante de la maladie coronaire. Il a estimé, dans ce contexte, que l'Algérie a atteint, en matière de fréquence de cette maladie, le même niveau que les pays développés en raison de la modification du mode de vie et de l'alimentation de la population. Le premier responsable du service cardiologie au CHU du Pr Hamoud a fait remarquer que l'infarctus est l'événement inaugural de cette maladie pour les deux tiers des patients coronaires. Relevant les progrès observés dans le traitement de cette maladie avec l'introduction des techniques de revascularisation et la généralisation de la thrombolyse, le Pr Redjimi a affirmé que l'amélioration de la prise en charge initiale a transformé le pronostic immédiat, mais également à moyen et long terme même si les patients restent à haut risque. Cependant, il a estimé que la prise en charge des facteurs de risque et la prescription de médicaments adaptés sont essentielles pour éviter une récidive et réduire la mortalité. Le Pr Redjimi a indiqué, en outre, qu'aucune étude nationale n'a encore été réalisée sur la prévalence de cette maladie en Algérie. En revanche, des études multicentriques ont été déjà faites en 2003 et 2005. Ces études, a-t-il ajouté, ont fait ressortir que l'insuffisance coronarienne est aussi fréquente chez la femme que l'homme, et chez les moins jeunes aussi, soulignant que des jeunes femmes de 30 ans et des adolescents de 18 à 19 ans, ont connu des insuffisances coronarienne graves.
Ce spécialiste a précisé que cette maladie est fréquente aux alentours de 50 ans, faisant remarquer, toutefois, que l'âge des malades atteints de l'insuffisance coronarienne diminue aujourd'hui. De son côté, le Pr Taher Rayane, directeur des activités médicales au CHU du Pr Hamoud, a affirmé qu'un pourcentage élevé des insuffisances coronariennes dans notre pays est encore d'origine cardio-vasculaire.
S'agissant des techniques opératoires de l'insuffisance coronarienne, le Pr Debieche a indiqué de son côté que la chirurgie des artères coronaires a connu un "essor fulgurant" au cours des deux dernières décennies, soulignant que cette chirurgie se révèlera au cours du temps, fiable et reproductible et donnera une amélioration de la qualité de vie et de la survie à long terme des patients.
Le Pr Djenas a pour sa part soutenu que la chirurgie de revascularisationdu myocarde par pontage aoro-coronarien constitue "l'un des grands progrès de la cardiologie moderne". Il a affirmé que l'apport du traitement médical et son résultat, l'avènement de la cardiologie interventionnelle, le perfectionnement de la technique chirurgicale a significativement réduit la mortalité opératoire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.