JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Nekkache et Raiah rejoignent le CS Sfax    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'aventure virtuelle tente les Algériens
Mariage via Internet
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 09 - 2008

Le mariage à travers Internet est devenu une tendance en vogue aujourd'hui. Les Algériens, tout comme les Marocains ou les Tunisiens comptent de plus en plus sur les sites de rencontre pour dénicher leur âme sœur. Amitié, amour, myspace, muslima, et bien d'autres sites font fureur sur le net.
Le mariage à travers Internet est devenu une tendance en vogue aujourd'hui. Les Algériens, tout comme les Marocains ou les Tunisiens comptent de plus en plus sur les sites de rencontre pour dénicher leur âme sœur. Amitié, amour, myspace, muslima, et bien d'autres sites font fureur sur le net.
Leur point commun : rechercher la perle rare, gagner du temps et multiplier ses chances de réussite. Beaucoup de jeunes rêvent aujourd'hui de se marier via ce moyen de communication.
Lassée d'attendre le prince charmant qui tarde à se manifester, de nombreuses jeunes filles et même des hommes vont à l'aventure virtuelle en attendant de découvrir les surprises du destin. Quête qui débouchent souvent, selon le témoignage de certains, sur de vraies désillusions, mais qui se termine parfois en vrai conte de fée.
A l'instar de plusieurs jeunes de son âge, Karima, la trentaine souriante, a commencé à se rendre de plus en plus souvent sur les sites de rencontre. Objectif : trouver le prince charmant. Elle est convaincue de pouvoir un jour le rencontrer surtout que l'une de ses copines, dit-elle, s'est récemment mariée avec un homme qu'elle venait de rencontrer trois ans auparavant sur le site amour.com.
Feriel, jeune fille âgée de 32 ans, s'apprête à se marier bientôt. Son mari, elle l'a rencontré par pur hasard le jour où la toile l'a conduite vers l'Italie. C'est là où elle le retrouva. Un ingénieur en informatique, Algérien résidant en Italie depuis dix ans, ouvert, compréhensif et communicatif. «Quand je l'ai rencontré, j'ai su qu'il était l'homme de mes rêves. Je vis un vrai conte de fées depuis avec un homme délicat et très sensible, un homme que je n'aurais jamais pu rencontrer si je n'avais pas un jour glissé mon pseudo sur le formulaire d'inscription du site».
En effet, des expériences réussies de ce genre encouragent d'autres jeunes à faire de même. C'est le cas de Nesrine, 34 ans, enseignante. «Je passe mon temps à chatter pour mettre la main sur l'oiseau rare et faire un beau mariage. J'ai lu, sur des forums de discussion, des témoignages de filles qui ont retrouvé l'amour grâce à Internet. Malheureusement, jusqu'à présent je n'ai rencontré que des personnes malintentionnées ou des gens qui ne me conviennent pas. Mais, je ne désespère pas encore», confie-t-elle avec une pointe d'amertume.
Même si certains refusaient autrefois d'accepter de chercher un mari via ce moyen, aujourd'hui, nombreux consentent à dire que, par les temps qui courent, c'est le seul recours pour échapper au célibat forcé. Déçus, ils sont prêts à tenter l'expérience sans être très regardant sur l'âge ou le profil. Ils se lancent dans des soi-disant histoires d'amour avec des interlocuteurs étrangers en leur donnant le plus souvent de fausses identités.
Pour Mme Ibouchoukane, avocate, le mariage via Internet «est un phénomène en vogue, c'est dans l'air du temps et il est l'une des conséquences du célibat qui affecte les jeunes». Concernant ceux qui désirent faire un mariage mixte via ce moyen, l'avocate affirme qu'ils cherchent le plus souvent à fuir. «Désorientés, ils cherchent à se marier avec des Européennes pour accéder à l'autre rive et découvrir l'eldorado», précise-t-elle.
Mme Saïfi, sociologue, estime, quant à elle, que «le mariage à travers le net est aujourd'hui devenu un phénomène sociétal qu'il mérite d'analyser minutieusement. En effet, après les espaces matrimoniaux sur des quotidiens nationaux ou des hebdomadaires, beaucoup de gens se sont aujourd'hui tournés vers Internet. Ce dernier, en plus de leur assurer l'anonymat est plus pratique, peu coûteux, et augmente leurs chances de retrouver l'oiseau rare», précise-t-elle.
La sociologue indique qu'il n'y a pas un profil précis ou une tranche d'âge déterminé qui a recours à ce moyen. «Aujourd'hui, toutes les catégories d'âge, tous les sexes et les niveaux intellectuels font appel au net afin de rompre leur célibat»,
Les sites de rencontre restent, en ce sens, selon de nombreux témoignage une issue incontournable pour ceux dont la solitude pèse trop lourds et qui se sont fiés à cette nouvelle technologie pour rencontrer leur deuxième moitié.
Leur point commun : rechercher la perle rare, gagner du temps et multiplier ses chances de réussite. Beaucoup de jeunes rêvent aujourd'hui de se marier via ce moyen de communication.
Lassée d'attendre le prince charmant qui tarde à se manifester, de nombreuses jeunes filles et même des hommes vont à l'aventure virtuelle en attendant de découvrir les surprises du destin. Quête qui débouchent souvent, selon le témoignage de certains, sur de vraies désillusions, mais qui se termine parfois en vrai conte de fée.
A l'instar de plusieurs jeunes de son âge, Karima, la trentaine souriante, a commencé à se rendre de plus en plus souvent sur les sites de rencontre. Objectif : trouver le prince charmant. Elle est convaincue de pouvoir un jour le rencontrer surtout que l'une de ses copines, dit-elle, s'est récemment mariée avec un homme qu'elle venait de rencontrer trois ans auparavant sur le site amour.com.
Feriel, jeune fille âgée de 32 ans, s'apprête à se marier bientôt. Son mari, elle l'a rencontré par pur hasard le jour où la toile l'a conduite vers l'Italie. C'est là où elle le retrouva. Un ingénieur en informatique, Algérien résidant en Italie depuis dix ans, ouvert, compréhensif et communicatif. «Quand je l'ai rencontré, j'ai su qu'il était l'homme de mes rêves. Je vis un vrai conte de fées depuis avec un homme délicat et très sensible, un homme que je n'aurais jamais pu rencontrer si je n'avais pas un jour glissé mon pseudo sur le formulaire d'inscription du site».
En effet, des expériences réussies de ce genre encouragent d'autres jeunes à faire de même. C'est le cas de Nesrine, 34 ans, enseignante. «Je passe mon temps à chatter pour mettre la main sur l'oiseau rare et faire un beau mariage. J'ai lu, sur des forums de discussion, des témoignages de filles qui ont retrouvé l'amour grâce à Internet. Malheureusement, jusqu'à présent je n'ai rencontré que des personnes malintentionnées ou des gens qui ne me conviennent pas. Mais, je ne désespère pas encore», confie-t-elle avec une pointe d'amertume.
Même si certains refusaient autrefois d'accepter de chercher un mari via ce moyen, aujourd'hui, nombreux consentent à dire que, par les temps qui courent, c'est le seul recours pour échapper au célibat forcé. Déçus, ils sont prêts à tenter l'expérience sans être très regardant sur l'âge ou le profil. Ils se lancent dans des soi-disant histoires d'amour avec des interlocuteurs étrangers en leur donnant le plus souvent de fausses identités.
Pour Mme Ibouchoukane, avocate, le mariage via Internet «est un phénomène en vogue, c'est dans l'air du temps et il est l'une des conséquences du célibat qui affecte les jeunes». Concernant ceux qui désirent faire un mariage mixte via ce moyen, l'avocate affirme qu'ils cherchent le plus souvent à fuir. «Désorientés, ils cherchent à se marier avec des Européennes pour accéder à l'autre rive et découvrir l'eldorado», précise-t-elle.
Mme Saïfi, sociologue, estime, quant à elle, que «le mariage à travers le net est aujourd'hui devenu un phénomène sociétal qu'il mérite d'analyser minutieusement. En effet, après les espaces matrimoniaux sur des quotidiens nationaux ou des hebdomadaires, beaucoup de gens se sont aujourd'hui tournés vers Internet. Ce dernier, en plus de leur assurer l'anonymat est plus pratique, peu coûteux, et augmente leurs chances de retrouver l'oiseau rare», précise-t-elle.
La sociologue indique qu'il n'y a pas un profil précis ou une tranche d'âge déterminé qui a recours à ce moyen. «Aujourd'hui, toutes les catégories d'âge, tous les sexes et les niveaux intellectuels font appel au net afin de rompre leur célibat»,
Les sites de rencontre restent, en ce sens, selon de nombreux témoignage une issue incontournable pour ceux dont la solitude pèse trop lourds et qui se sont fiés à cette nouvelle technologie pour rencontrer leur deuxième moitié.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.