Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'aventure virtuelle tente les Algériens
Mariage via Internet
Publié dans Le Midi Libre le 12 - 02 - 2009

Le mariage à travers Internet est devenu une tendance en vogue aujourd'hui. Les Algériens, tout comme les Maghrébins ou les Tunisiens, comptent de plus en plus sur les sites de rencontres pour dénicher leur âme sœur. Amitié, amour, myspace, muslima et bien d'autres sites font fureur sur le net.
Le mariage à travers Internet est devenu une tendance en vogue aujourd'hui. Les Algériens, tout comme les Maghrébins ou les Tunisiens, comptent de plus en plus sur les sites de rencontres pour dénicher leur âme sœur. Amitié, amour, myspace, muslima et bien d'autres sites font fureur sur le net.
Leur point commun. Rechercher la perle rare, gagner du temps et multiplier ses chances de réussite. Beaucoup de jeunes rêvent aujourd'hui de se marier via ce moyen de communication. Lasses d'attendre le prince charmant qui tarde à se manifester, de nombreuses jeunes filles et même des hommes vont à l'aventure virtuelle en attendant de découvrir les surprises du destin. Une quête qui débouche souvent, selon le témoignage de certains, sur de vraies désillusions, mais qui se termine parfois en vrai conte de fées. A l'instar de plusieurs jeunes de son âge, Karima, la trentaine, souriante, a commencé à se rendre de plus en plus souvent sur les sites de rencontres. Objectif : trouver le prince charmant. Elle est convaincue de pouvoir un jour le rencontrer surtout que l'une de ses copines, dit-elle, s'est récemment mariée avec un homme qu'elle venait de rencontrer trois ans auparavant sur le site amour.com.
Feriel, une jeune fille âgée de 32 ans, s'apprête à se marier bientôt. Son mari, elle l'a rencontré par pur hasard le jour où la toile l'a conduite vers l'Italie. C'est là où elle le retrouva. Un jeune ingénieur en informatique algérien, résidant en Italie depuis dix ans, ouvert, compréhensif et communicatif. «Quand je l'ai rencontré, j'ai su qu'il était l'homme de mes rêves. Je vis un vrai conte de fées depuis avec un homme délicat et très sensible, un homme que je n'aurais jamais pu rencontrer si je n'avais pas un jour glissé mon pseudo sur le formulaire d'inscription du site.»
En effet, des expériences réussies de ce genre encouragent d'autres jeunes à faire de même. C'est le cas de Nesrine, 34 ans, enseignante. «Je passe mon temps à chatter pour mettre la main sur l'oiseau rare et faire un beau mariage. J'ai lu sur des forums de discussion des témoignages de filles qui ont retrouvé l'amour grâce à Internet. Malheureusement, jusqu'à présent, je n'ai rencontré que des personnes malintentionnées ou des gens qui ne me conviennent pas, mais je ne désespère pas encore», confie-t-elle avec une pointe d'amertume. Même si certains refusaient autrefois d'accepter de chercher un mari via ce moyen, aujourd'hui, nombreux consentent à dire que, par les temps qui courent, c'est le seul recours pour échapper au célibat forcé. Déçus, ils sont prêts à tenter l'expérience sans être très regardants sur l'âge ou le profil. Ils se lancent dans des soi-disantes histoires d'amour avec des interlocuteurs étrangers en leur donnant le plus souvent de fausses identités.
Pour Mme Ibouchoukane, avocate, le mariage via Internet «est un phénomène en vogue, c'est dans l'air du temps et il est l'une des conséquences du célibat qui affecte les jeunes».
Concernant ceux qui désirent faire un mariage mixte via ce moyen, l'avocate affirme qu'ils cherchent le plus souvent à fuir le pays. «Désorientés, ils cherchent à se marier avec des Européens pour accéder à l'autre rive et découvrir l'Eldorado», précise-t-elle. Mme Saïfi, sociologue, estime, quant à elle, que le mariage à travers le net est aujourd'hui devenu un phénomène sociétal qui mérite d'être analysé minutieusement. En effet, après les espaces matrimoniaux sur des quotidiens nationaux ou des hebdomadaires, beaucoup de gens se sont aujourd'hui tournés vers Internet. «Ce dernier, en plus de leur assurer l'anonymat, il est plus pratique, peu coûteux et augmente leurs chances de retrouver l'oiseau rare», précise-t-elle.
La sociologue indique qu'il n'y a pas un profil précis ou une tranche d'âge déterminée qui a recours à ce moyen. «Aujourd'hui, toutes les catégories d'âge, tous les sexes et les niveaux intellectuels font appel au net afin de rompre leur célibat.» Les sites de rencontres restent, en ce sens, selon de nombreux témoignages, une issue incontournable pour ceux dont la solitude pèse trop lourd et qui se sont fiés à cette nouvelle technologie pour rencontrer leur deuxième moitié.
D. S.
Leur point commun. Rechercher la perle rare, gagner du temps et multiplier ses chances de réussite. Beaucoup de jeunes rêvent aujourd'hui de se marier via ce moyen de communication. Lasses d'attendre le prince charmant qui tarde à se manifester, de nombreuses jeunes filles et même des hommes vont à l'aventure virtuelle en attendant de découvrir les surprises du destin. Une quête qui débouche souvent, selon le témoignage de certains, sur de vraies désillusions, mais qui se termine parfois en vrai conte de fées. A l'instar de plusieurs jeunes de son âge, Karima, la trentaine, souriante, a commencé à se rendre de plus en plus souvent sur les sites de rencontres. Objectif : trouver le prince charmant. Elle est convaincue de pouvoir un jour le rencontrer surtout que l'une de ses copines, dit-elle, s'est récemment mariée avec un homme qu'elle venait de rencontrer trois ans auparavant sur le site amour.com.
Feriel, une jeune fille âgée de 32 ans, s'apprête à se marier bientôt. Son mari, elle l'a rencontré par pur hasard le jour où la toile l'a conduite vers l'Italie. C'est là où elle le retrouva. Un jeune ingénieur en informatique algérien, résidant en Italie depuis dix ans, ouvert, compréhensif et communicatif. «Quand je l'ai rencontré, j'ai su qu'il était l'homme de mes rêves. Je vis un vrai conte de fées depuis avec un homme délicat et très sensible, un homme que je n'aurais jamais pu rencontrer si je n'avais pas un jour glissé mon pseudo sur le formulaire d'inscription du site.»
En effet, des expériences réussies de ce genre encouragent d'autres jeunes à faire de même. C'est le cas de Nesrine, 34 ans, enseignante. «Je passe mon temps à chatter pour mettre la main sur l'oiseau rare et faire un beau mariage. J'ai lu sur des forums de discussion des témoignages de filles qui ont retrouvé l'amour grâce à Internet. Malheureusement, jusqu'à présent, je n'ai rencontré que des personnes malintentionnées ou des gens qui ne me conviennent pas, mais je ne désespère pas encore», confie-t-elle avec une pointe d'amertume. Même si certains refusaient autrefois d'accepter de chercher un mari via ce moyen, aujourd'hui, nombreux consentent à dire que, par les temps qui courent, c'est le seul recours pour échapper au célibat forcé. Déçus, ils sont prêts à tenter l'expérience sans être très regardants sur l'âge ou le profil. Ils se lancent dans des soi-disantes histoires d'amour avec des interlocuteurs étrangers en leur donnant le plus souvent de fausses identités.
Pour Mme Ibouchoukane, avocate, le mariage via Internet «est un phénomène en vogue, c'est dans l'air du temps et il est l'une des conséquences du célibat qui affecte les jeunes».
Concernant ceux qui désirent faire un mariage mixte via ce moyen, l'avocate affirme qu'ils cherchent le plus souvent à fuir le pays. «Désorientés, ils cherchent à se marier avec des Européens pour accéder à l'autre rive et découvrir l'Eldorado», précise-t-elle. Mme Saïfi, sociologue, estime, quant à elle, que le mariage à travers le net est aujourd'hui devenu un phénomène sociétal qui mérite d'être analysé minutieusement. En effet, après les espaces matrimoniaux sur des quotidiens nationaux ou des hebdomadaires, beaucoup de gens se sont aujourd'hui tournés vers Internet. «Ce dernier, en plus de leur assurer l'anonymat, il est plus pratique, peu coûteux et augmente leurs chances de retrouver l'oiseau rare», précise-t-elle.
La sociologue indique qu'il n'y a pas un profil précis ou une tranche d'âge déterminée qui a recours à ce moyen. «Aujourd'hui, toutes les catégories d'âge, tous les sexes et les niveaux intellectuels font appel au net afin de rompre leur célibat.» Les sites de rencontres restent, en ce sens, selon de nombreux témoignages, une issue incontournable pour ceux dont la solitude pèse trop lourd et qui se sont fiés à cette nouvelle technologie pour rencontrer leur deuxième moitié.
D. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.