LF 2020: l'importance des dispositions encourageant de l'investissement mise en exergue    Collision de deux bus à El Oued : Etat de santé ''stable'' des blessés    M.Beldjoud depuis El-Oued: 96% des accidents sont dus au facteur humain    Foot/Mercato d'hiver : le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    Hand/CAN-2020: l'Algérie bat le Maroc 33-30 et termine en tête du Gr D    La Conférence internationale sur la crise libyenne débute à Berlin    Irak : nouvelles manifestations réclamant une refonte du système politique    Examens de promotion aux grades d'enseignant principal et enseignant formateur: les résultats lundi    Investissement: mettre en place un système juridique stable et en finir avec l'influence des lobbies    OUVERTURE DE REPRESENTATIONS CONSULAIRES A LAAYOUNE : L'Algérie recadre sévèrement la Guinée et le Gabon    REVISION DE LA CONSTITUTION : Talaia El Hourriyet exige ‘'la parole au peuple''    NOMINATION DE CERTAINS CADRES DE L'ETAT : Le président transfert le pouvoir au premier ministre    SITUATION FINANCIERE : La commune d'Oran peine à retrouver ses entrées    Interdiction du téléphone et des rassemblements dans les hôpitaux    Le Président de la République reçoit à Berlin le président du Conseil européen    Le Real fixe une condition pour le départ de James Rodriguez    Football/CAN-2021 et Mondial-2022: des changements au programme de la sélection algérienne    Non, le Hirak n'a pas échoué !    «Tous les détenus politiques doivent être libérés»    Attentat déjoué contre la veuve du militant Brahmi    Cinq civils tués dans un présumé raid aérien russe    Les banques ciblées par les protestataires    Tebboune revoit le protocole officiel    Le PAD appelle à une adhésion massive    Sit-in aujourd'hui au tribunal de Sidi M'hamed    La quadrature du cercle    Desertec veut renaître de ses cendres    Maya    La Cnas de Relizane passe à l'offensive    Une mosquée, et le tour est joué !    Les producteurs de pomme de terre ferment la RN5 et l'autoroute    Le PT exige la libération des manifestants du hirak    15 militants devant le juge ce matin    Le saviez-vous… ?    ACTUCULT    Tizi Ouzou : coup d'envoi de la 12e édition du salon du livre    Vibrant hommage à Didouche Mourad    Et zut ! C'est raté pour cette année ! Tant pis ! L'année prochaine, inch'Allah, pitet' !    Alger-Paris en continuel aller-retour    Sept Algériens visent les minimas des JO-2020 et des championnats d'Afrique    La FAF s'oppose à la domiciliation du tournoi dans la ville de Laâyoune occupée    La pièce GPS du TNA primée    Ouverture en présence de nombreux intellectuels    Biens waqfs mis au profit de la science    NCA Rouiba conclu un accord avec le groupe français Castel    L'entraîneur Yaïche tire la sonnette d'alarme    El-Bayadh: Enfin la liste des logements sociaux    Bouira: De 3 ans de prison à la perpétuité pour trafic international de drogue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Première visite d'un chef de la diplomatie égyptienne depuis 1990
Irak
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 10 - 2008

Le chef de la diplomatie égyptienne Ahmed Aboul Gheit s'est rendu en visite surprise dimanche à Bagdad, premier séjour en Irak d'un ministre égyptien des Affaires étrangères dans ce pays depuis 1990. «Cette visite était prévue depuis longtemps. Nous estimons que c'est le bon moment de venir en Irak et de relancer en profondeur les relations irako-égyptiennes», a déclaré lors d'une conférence de presse M. Aboul Gheit. «Nous aurons prochainement une ambassade à Bagdad», a ajouté le ministre égyptien, sans donner de date exacte pour l'ouverture de cette représentation. «Nous avons beaucoup de bénéfices à retirer d'une bonne relation avec l'Egypte», a commenté son homologue irakien, Hoshyar Zeybari, citant les domaines «des infrastructures, de l'électricité et de l'agriculture». Cette visite, la première d'un chef de la diplomatie égyptienne depuis 1990, a pour but de «restaurer et relancer les relations officielles entre les deux pays», ont indiqué les deux ministres. Le Caire n'a pas de représentant diplomatique officiel en Irak depuis l'enlèvement et le meurtre à Bagdad du chargé d'affaires égyptien, Ihab al-Charif, par Al-Qaïda en juillet 2005.
En mai, M. Aboul Gheit avait déclaré que l'Egypte attendait le feu vert de Bagdad pour envoyer une mission de sécurité afin d'étudier les conditions sur le terrain pour l'ouverture d'une ambassade en Irak. «Quand nous installons une mission égyptienne en Irak, nous voulons lui garantir les conditions de son fonctionnement sans qu'il soit porté atteinte à sa sécurité», avait-il signalé.
Dimanche, le ministre a indiqué s'être rendu le matin-même sur le site de la future ambassade égyptienne dans la capitale irakienne, ne donnant cependant aucune autre précision. Selon l'agence officielle égyptienne Mena, M. Aboul Gheit est accompagné à Bagdad du ministre du Pétrole, Sameh Fahmi. En avril, le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki avait fait appel aux états arabes sunnites pour aider à stabiliser l'Irak, en tenant notamment leurs promesses d'annuler les dettes de son pays, d'effacer les indemnités de guerre et de rouvrir des ambassades à Bagdad.
La secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, a elle-même exhorté en début d'année les ministres des Affaires étrangères des pays arabes sunnites, alliés de Washington, à rouvrir leurs ambassades à Bagdad.
Début septembre, l'ambassadeur des Emirats arabes unis a pris ses fonctions à Bagdad, devenant ainsi le premier diplomate arabe de ce rang à revenir dans la capitale depuis deux ans. Au cours de ces deux années, aucun ambassadeur arabe n'était présent dans la capitale irakienne en raison de l'insécurité qui y prévalait, mais des représentations arabes y étaient toutefois toujours ouvertes. Au moins quatre autres pays arabes (Bahreïn, Jordanie, Koweït et dernièrement la Syrie) ont récemment nommé des ambassadeurs à Bagdad. Mais ils doivent encore prendre leurs fonctions.
Le chef de la diplomatie égyptienne Ahmed Aboul Gheit s'est rendu en visite surprise dimanche à Bagdad, premier séjour en Irak d'un ministre égyptien des Affaires étrangères dans ce pays depuis 1990. «Cette visite était prévue depuis longtemps. Nous estimons que c'est le bon moment de venir en Irak et de relancer en profondeur les relations irako-égyptiennes», a déclaré lors d'une conférence de presse M. Aboul Gheit. «Nous aurons prochainement une ambassade à Bagdad», a ajouté le ministre égyptien, sans donner de date exacte pour l'ouverture de cette représentation. «Nous avons beaucoup de bénéfices à retirer d'une bonne relation avec l'Egypte», a commenté son homologue irakien, Hoshyar Zeybari, citant les domaines «des infrastructures, de l'électricité et de l'agriculture». Cette visite, la première d'un chef de la diplomatie égyptienne depuis 1990, a pour but de «restaurer et relancer les relations officielles entre les deux pays», ont indiqué les deux ministres. Le Caire n'a pas de représentant diplomatique officiel en Irak depuis l'enlèvement et le meurtre à Bagdad du chargé d'affaires égyptien, Ihab al-Charif, par Al-Qaïda en juillet 2005.
En mai, M. Aboul Gheit avait déclaré que l'Egypte attendait le feu vert de Bagdad pour envoyer une mission de sécurité afin d'étudier les conditions sur le terrain pour l'ouverture d'une ambassade en Irak. «Quand nous installons une mission égyptienne en Irak, nous voulons lui garantir les conditions de son fonctionnement sans qu'il soit porté atteinte à sa sécurité», avait-il signalé.
Dimanche, le ministre a indiqué s'être rendu le matin-même sur le site de la future ambassade égyptienne dans la capitale irakienne, ne donnant cependant aucune autre précision. Selon l'agence officielle égyptienne Mena, M. Aboul Gheit est accompagné à Bagdad du ministre du Pétrole, Sameh Fahmi. En avril, le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki avait fait appel aux états arabes sunnites pour aider à stabiliser l'Irak, en tenant notamment leurs promesses d'annuler les dettes de son pays, d'effacer les indemnités de guerre et de rouvrir des ambassades à Bagdad.
La secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, a elle-même exhorté en début d'année les ministres des Affaires étrangères des pays arabes sunnites, alliés de Washington, à rouvrir leurs ambassades à Bagdad.
Début septembre, l'ambassadeur des Emirats arabes unis a pris ses fonctions à Bagdad, devenant ainsi le premier diplomate arabe de ce rang à revenir dans la capitale depuis deux ans. Au cours de ces deux années, aucun ambassadeur arabe n'était présent dans la capitale irakienne en raison de l'insécurité qui y prévalait, mais des représentations arabes y étaient toutefois toujours ouvertes. Au moins quatre autres pays arabes (Bahreïn, Jordanie, Koweït et dernièrement la Syrie) ont récemment nommé des ambassadeurs à Bagdad. Mais ils doivent encore prendre leurs fonctions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.