«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un travail pédagogique dispensé dans l'ombre
Hommage au musicien Hacène Benchoubane, artiste musicien et formateur
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 12 - 2008

Dans le cadre du 3e Festival international de la musique andalouse et des musiques anciennes (15-25 décembre 2008), un hommage sera rendu au musicien et pédagogue, Hacène Benchoubane qui, l'espace d'une cinquantaine d'années, reste rivé à la musique zyriabienne, tout en se donnant à corps perdu à la transmission de son savoir généreusement offert en partage aux jeunes pousses.
Dans le cadre du 3e Festival international de la musique andalouse et des musiques anciennes (15-25 décembre 2008), un hommage sera rendu au musicien et pédagogue, Hacène Benchoubane qui, l'espace d'une cinquantaine d'années, reste rivé à la musique zyriabienne, tout en se donnant à corps perdu à la transmission de son savoir généreusement offert en partage aux jeunes pousses.
Nourri aux sources de la musicale andalouse et pétri dans le moule d'une lignée de mélomanes, le septuagénaire Hacène Benchoubane continue à perpétuer le patrimoine zyriabien avec amour et désintérêt. Son père Rachid, qui l'initiait aux premières notes, fit école dans l'association El Moutribia, créée en 1909 avant d'intégrer, plus tard, des ensembles andalous composés notamment des musiciens comme les regrettés Dahmane Benachour, Hadj Mahfoudh Saddek Bejaoui, Mustapha Kechkoul et du maitre incontesté Mahieddine Lakehal. Aussi, son oncle Mustapha Benchoubane, grand fantaisiste comique et guitariste dans les années quarante, côtoyait les figures de proue du Théâtre algérien tels Rachid Ksentini et Mohieddine Bachtarzi
Né le 28 janvier 1934 à Notre-Dame d'Afrique, Hacène Benchoubane fit ses premiers pas, au début des années 50, au sein du conservatoire d'Hussein-dey sous la férule du maître Abdelkrim Dali qui lui apprit les rudiments de la çànaa.
Suite à une opération effectuée en 1956 par l'armée coloniale dans les rangs des militants du FLN, Hacène Benchoubane est enlevé de chez lui pour être ensuite emmené dans les camps d'internement de Paul Cazelles, Bossuet et Sidi Chami où il purgea une peine d'emprisonnement jusqu'à fin 1961. Dès sa libération, il entre au conservatoire municipal de musique et de déclamation d'Alger où il poursuit de 1962 à 1968 son apprentissage de musique et chant dispensé par le professeur disparu Abderrahmane Belhocine. Une période pendant laquelle il obtint le 1er accessit en 1963, suivi d'une autre distinction (2e prix en 1965) et enfin, le premier prix en 1966. Cela ne l'empêchait pas de parfaire son cursus musical avec des mélomanes à Ruisseau où il put dénicher dans les années 1963/64 un local. Un espace qui permit à l'association musicale El Fen oual Adab de voir le jour. Le premier président de la formation, le professeur Omar Khodja, avait réuni un noyau de musiciens tels les frères Mustapha et Mohamed Boutriche, Boualem Hamroune, Abdelhafid Djenidi et autres Slimane Loubari et Yahia Guidri. El Fen oual Adab sera une pépinière et permettra, grâce à l'impulsion de Mohamed Boutriche en 1975, l'éclosion de jeunes musiciens qui allaient parfaire leur formation dans le conservatoire d'Alger, à l'image de Bouzama, Kheddim, Chaouli, Hamidou, etc.
L'art de perpétuer le legs ancestral
Lors des festivals de la musique andalouse organisés à Alger en 1967 et 1969, l'enfant de Ruisseau fera partie de l'orchestre national andalou la radio nationale, dirigé par le maître Abderrazak Fakhardji, aux côtés d'illustres instrumentistes dont les regrettés Abdelkrim Mahamesadji, Boudjemaa Ferguène et les frères Bahar. Rivé à la passion musicale, Hacène Benchoubane continuera à se frotter à l'association El fen oual jusqu'en 1975 avant que le directeur du Conservatoire de déclamation et de chant d'Alger ne lui confie la formation des premières classes.
L'espace d'une trentaine d'années (75-2005), il dispensera, dans l'ombre, un enseignement au sein de cette institution qui a vu émerger de jeunes talents sur la scène artistique, à l'image de Selma Kouiret, Radia Manel, Sid-Ali Driss, Haroun, pour ne citer que ceux-là. Il encadra aussi les handicapés visuels comme le non-voyant Toufik Aoun. ''Cela a été pour moi une expérience prometteuse'', dit-il, relevant, par ailleurs, le défi de ''mettre en place une chorale''. Parallèlement à la formation pédagogique au conservatoire, il fait partie (1967-1995) en tant que mandoliniste de l'ensemble orchestral dirigé par le maître Mohamed Kaznadji, aux côtés des regrettés Mohamed Bahar, Boudjemaa Ferguène, et autre Zerrouk Mokdad qui, soit dit en passant, s'est illustré, particulièrement ces dernières années, par ses belles vocalises. L'orchestre animera plusieurs concerts en Algérie et se produira dans nombre de villes du monde, agrémenant des soirées, notamment à Paris, New York, Washington, Séville et Rome. Depuis 2001, le musicien Hacène Benchoubane poursuit son bonhomme de chemin en intégrant l'orchestre du musicologue Rachid Guerbas qui rassemble les trois écoles du pays (çanaa, gharnati et malouf) dans le but de donner un souffle nouveau au patrimoine musical andalou.
F. B-H.
Nourri aux sources de la musicale andalouse et pétri dans le moule d'une lignée de mélomanes, le septuagénaire Hacène Benchoubane continue à perpétuer le patrimoine zyriabien avec amour et désintérêt. Son père Rachid, qui l'initiait aux premières notes, fit école dans l'association El Moutribia, créée en 1909 avant d'intégrer, plus tard, des ensembles andalous composés notamment des musiciens comme les regrettés Dahmane Benachour, Hadj Mahfoudh Saddek Bejaoui, Mustapha Kechkoul et du maitre incontesté Mahieddine Lakehal. Aussi, son oncle Mustapha Benchoubane, grand fantaisiste comique et guitariste dans les années quarante, côtoyait les figures de proue du Théâtre algérien tels Rachid Ksentini et Mohieddine Bachtarzi
Né le 28 janvier 1934 à Notre-Dame d'Afrique, Hacène Benchoubane fit ses premiers pas, au début des années 50, au sein du conservatoire d'Hussein-dey sous la férule du maître Abdelkrim Dali qui lui apprit les rudiments de la çànaa.
Suite à une opération effectuée en 1956 par l'armée coloniale dans les rangs des militants du FLN, Hacène Benchoubane est enlevé de chez lui pour être ensuite emmené dans les camps d'internement de Paul Cazelles, Bossuet et Sidi Chami où il purgea une peine d'emprisonnement jusqu'à fin 1961. Dès sa libération, il entre au conservatoire municipal de musique et de déclamation d'Alger où il poursuit de 1962 à 1968 son apprentissage de musique et chant dispensé par le professeur disparu Abderrahmane Belhocine. Une période pendant laquelle il obtint le 1er accessit en 1963, suivi d'une autre distinction (2e prix en 1965) et enfin, le premier prix en 1966. Cela ne l'empêchait pas de parfaire son cursus musical avec des mélomanes à Ruisseau où il put dénicher dans les années 1963/64 un local. Un espace qui permit à l'association musicale El Fen oual Adab de voir le jour. Le premier président de la formation, le professeur Omar Khodja, avait réuni un noyau de musiciens tels les frères Mustapha et Mohamed Boutriche, Boualem Hamroune, Abdelhafid Djenidi et autres Slimane Loubari et Yahia Guidri. El Fen oual Adab sera une pépinière et permettra, grâce à l'impulsion de Mohamed Boutriche en 1975, l'éclosion de jeunes musiciens qui allaient parfaire leur formation dans le conservatoire d'Alger, à l'image de Bouzama, Kheddim, Chaouli, Hamidou, etc.
L'art de perpétuer le legs ancestral
Lors des festivals de la musique andalouse organisés à Alger en 1967 et 1969, l'enfant de Ruisseau fera partie de l'orchestre national andalou la radio nationale, dirigé par le maître Abderrazak Fakhardji, aux côtés d'illustres instrumentistes dont les regrettés Abdelkrim Mahamesadji, Boudjemaa Ferguène et les frères Bahar. Rivé à la passion musicale, Hacène Benchoubane continuera à se frotter à l'association El fen oual jusqu'en 1975 avant que le directeur du Conservatoire de déclamation et de chant d'Alger ne lui confie la formation des premières classes.
L'espace d'une trentaine d'années (75-2005), il dispensera, dans l'ombre, un enseignement au sein de cette institution qui a vu émerger de jeunes talents sur la scène artistique, à l'image de Selma Kouiret, Radia Manel, Sid-Ali Driss, Haroun, pour ne citer que ceux-là. Il encadra aussi les handicapés visuels comme le non-voyant Toufik Aoun. ''Cela a été pour moi une expérience prometteuse'', dit-il, relevant, par ailleurs, le défi de ''mettre en place une chorale''. Parallèlement à la formation pédagogique au conservatoire, il fait partie (1967-1995) en tant que mandoliniste de l'ensemble orchestral dirigé par le maître Mohamed Kaznadji, aux côtés des regrettés Mohamed Bahar, Boudjemaa Ferguène, et autre Zerrouk Mokdad qui, soit dit en passant, s'est illustré, particulièrement ces dernières années, par ses belles vocalises. L'orchestre animera plusieurs concerts en Algérie et se produira dans nombre de villes du monde, agrémenant des soirées, notamment à Paris, New York, Washington, Séville et Rome. Depuis 2001, le musicien Hacène Benchoubane poursuit son bonhomme de chemin en intégrant l'orchestre du musicologue Rachid Guerbas qui rassemble les trois écoles du pays (çanaa, gharnati et malouf) dans le but de donner un souffle nouveau au patrimoine musical andalou.
F. B-H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.