Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



En Algérie, l'iPhone défie Apple !
Disponible dans les boutiques branchées de la capitale
Publié dans Le Midi Libre le 30 - 08 - 2009

Apple n'a pas programmé l'Algérie comme marché destinataire de l'iPhone, ce dernier voit les choses autrement, il s'offre à la clientèle algérienne malgré l'avis négatif du maître.
Apple n'a pas programmé l'Algérie comme marché destinataire de l'iPhone, ce dernier voit les choses autrement, il s'offre à la clientèle algérienne malgré l'avis négatif du maître.
Attendu depuis son lancement dans le monde par les adeptes de la téléphonie mobile en Algérie, l'iPhone tarde à pénétrer le marché Algérien de la téléphonie de manière formelle et l'attente pour le voir un jour commercialisé "légalement" dans nos contrés risque de s'étendre.
En effet, nombreuses sont les boutiques qui commercialisent l'iPhone dans l'algérois : à Oued Kniss, Belfort, ou encore à Alger-centre, ce terminal intelligent est proposé à des prix compétitifs. Une virée dans ces espaces nous a permis de découvrir le grand engouement que connaît ce produit en Algérie. Notons que ce terminal connaît également un succès sans précédent outre nos contrés puisque quelques 30 millions d'unités ont été écoulées dans le monde depuis son lancement en 2007.
Ce sont seulement les boutiques "branchées" qui exposent l'iPhone. Les consommateurs, notamment les jeunes s'intéressent de très près à ce terminal. Pour Khaled, journaliste, l'iPhone est un outil de travail: "Il me permet de consulter ma messagerie électronique là où je me trouve, surtout quand je suis en mission. C'est le téléphone mobile le plus pratique qui n'ait jamais existé", a-t-il indiqué. Interrogé sur son prix : "Je pense que le prix est abordable, le seul problème qui se pose est que le produit n'est pas accompagné de service après-vente", a-t-il ajouté.
Le produit est bien mis en valeur dans les vitrines des espaces mobiles. Un grand magasin à la rue Laarbi Ben M'hidi, expose toutes les générations de l'iPhone. "Je n'ai pas de difficulté à commercialiser ce produit. D'ailleurs, à chaque fois que j'expose un nouveau iPhone, il est vendu tout de suite. Les algériens découvrent une nouvelle passion dans les télécommunications", a souligné le propriétaire de cette boutique. Avant de préciser "je dispose dans ma vitrine du dernier né de l'iPhone récemment lancé par Apple, qui est le 3GS (32 Giga) commercialisé à 150 000 dinars". L'iPhone 3G de 8 Giga est lui aussi exposé à 50.000 dinars, ainsi que l'iPhone AGS qui est proposé à 65 000 dinars. Malgré le grand succès que rencontre ce terminal, il reste toujours commercialisé d'une manière "informelle". Dans ce cadre, M. Axel Larmagnac, premier responsable de la société Micro Conseil International, prestataire de service global à l'exportation pour le constructeur informatique et numérique Apple depuis 1986, estime que "l'iPhone ne sera pas commercialisé d'aussitôt en Algérie pour plusieurs raisons". Avant d'aborder les spécificités du marché algérien, notre interlocuteur rappelle qu'Apple n'a pas inscrit l'Algérie sur la liste des prochains marchés de l'iPhone. Par ailleurs, M. Larmagnac met l'accent sur le marché algérien qui n'est pas à ses yeux suffisamment "mature" pour lancer l'iPhone. Attestant que le marché algérien est un marché intéressant pour Apple, il souffre néanmoins des importations parallèles et incontrôlées. "Il faut dire que pour commercialiser un produit d'Apple, ce n'est pas facile parce que c'est un produit à forte valeur ajoutée"', a-t-il déclaré avant de rappeler que "l'iPhone n'est toujours pas annoncé pour le marché Algérien, il est donc difficile d'imaginer un quelconque avenir "formel" pour le moment". Concernant la compétitivité des prix, dit-il "je n'en ai aucune idée! Je ne sais pas à combien se vend l'iPhone sur le marché informel. Ceci dit, le marché algérien reste un marché qui attire les opérateurs étrangers". Sur la question soulevant le problème du service après vente des iPhone importés, M Larmagnac rappellera qu'il est "facile d'importer l'iPhone de Dubaï ou de France et le débloquer, mais en cas de panne, aucun opérateur ne saura le réparer". En dépit du succès que connaît ce terminal en Algérie, l'iPhone doit tout de même faire face à une farouche concurrence de la part de certains terminaux notamment le samsung Omnia i900, un smartphone tactile sous Windows Mobile 6.1. Cependant, l'iPhone reste le smartphone le plus convoité par les jeunes.
Attendu depuis son lancement dans le monde par les adeptes de la téléphonie mobile en Algérie, l'iPhone tarde à pénétrer le marché Algérien de la téléphonie de manière formelle et l'attente pour le voir un jour commercialisé "légalement" dans nos contrés risque de s'étendre.
En effet, nombreuses sont les boutiques qui commercialisent l'iPhone dans l'algérois : à Oued Kniss, Belfort, ou encore à Alger-centre, ce terminal intelligent est proposé à des prix compétitifs. Une virée dans ces espaces nous a permis de découvrir le grand engouement que connaît ce produit en Algérie. Notons que ce terminal connaît également un succès sans précédent outre nos contrés puisque quelques 30 millions d'unités ont été écoulées dans le monde depuis son lancement en 2007.
Ce sont seulement les boutiques "branchées" qui exposent l'iPhone. Les consommateurs, notamment les jeunes s'intéressent de très près à ce terminal. Pour Khaled, journaliste, l'iPhone est un outil de travail: "Il me permet de consulter ma messagerie électronique là où je me trouve, surtout quand je suis en mission. C'est le téléphone mobile le plus pratique qui n'ait jamais existé", a-t-il indiqué. Interrogé sur son prix : "Je pense que le prix est abordable, le seul problème qui se pose est que le produit n'est pas accompagné de service après-vente", a-t-il ajouté.
Le produit est bien mis en valeur dans les vitrines des espaces mobiles. Un grand magasin à la rue Laarbi Ben M'hidi, expose toutes les générations de l'iPhone. "Je n'ai pas de difficulté à commercialiser ce produit. D'ailleurs, à chaque fois que j'expose un nouveau iPhone, il est vendu tout de suite. Les algériens découvrent une nouvelle passion dans les télécommunications", a souligné le propriétaire de cette boutique. Avant de préciser "je dispose dans ma vitrine du dernier né de l'iPhone récemment lancé par Apple, qui est le 3GS (32 Giga) commercialisé à 150 000 dinars". L'iPhone 3G de 8 Giga est lui aussi exposé à 50.000 dinars, ainsi que l'iPhone AGS qui est proposé à 65 000 dinars. Malgré le grand succès que rencontre ce terminal, il reste toujours commercialisé d'une manière "informelle". Dans ce cadre, M. Axel Larmagnac, premier responsable de la société Micro Conseil International, prestataire de service global à l'exportation pour le constructeur informatique et numérique Apple depuis 1986, estime que "l'iPhone ne sera pas commercialisé d'aussitôt en Algérie pour plusieurs raisons". Avant d'aborder les spécificités du marché algérien, notre interlocuteur rappelle qu'Apple n'a pas inscrit l'Algérie sur la liste des prochains marchés de l'iPhone. Par ailleurs, M. Larmagnac met l'accent sur le marché algérien qui n'est pas à ses yeux suffisamment "mature" pour lancer l'iPhone. Attestant que le marché algérien est un marché intéressant pour Apple, il souffre néanmoins des importations parallèles et incontrôlées. "Il faut dire que pour commercialiser un produit d'Apple, ce n'est pas facile parce que c'est un produit à forte valeur ajoutée"', a-t-il déclaré avant de rappeler que "l'iPhone n'est toujours pas annoncé pour le marché Algérien, il est donc difficile d'imaginer un quelconque avenir "formel" pour le moment". Concernant la compétitivité des prix, dit-il "je n'en ai aucune idée! Je ne sais pas à combien se vend l'iPhone sur le marché informel. Ceci dit, le marché algérien reste un marché qui attire les opérateurs étrangers". Sur la question soulevant le problème du service après vente des iPhone importés, M Larmagnac rappellera qu'il est "facile d'importer l'iPhone de Dubaï ou de France et le débloquer, mais en cas de panne, aucun opérateur ne saura le réparer". En dépit du succès que connaît ce terminal en Algérie, l'iPhone doit tout de même faire face à une farouche concurrence de la part de certains terminaux notamment le samsung Omnia i900, un smartphone tactile sous Windows Mobile 6.1. Cependant, l'iPhone reste le smartphone le plus convoité par les jeunes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.