La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand l'art japonais s'invite dans nos crèches
Smail Abdenbi
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 11 - 2009

En matière d'art, Smaïl Abdenbi est un touche à tout. En effet, il est poète, nouvelliste et adepte du concept de l'origami et de la culture du bonzaï, spécialités japonaises. Cet infatigable quêteur de sens amazighes ne cesse de rechercher toutes les issues pour tirer du silence ou de l'indifférence une gestuelle qui lui permettra de repartir vers le passé, un passé souvent mythifié, et tenter de rejoindre après ces lendemains qui tendent leurs regards en direction de ces aventuriers de l'écriture. Smaïl Abdenbi a commencé à se faire connaître par ses poèmes qu'il a publiés dans la revue Tatilt. Son questionnement est d'ordre identitaire, mais il le porte également sur tous les désordres humains. Encouragé par ces parutions, il participe à une anthologie de la poésie kabyle, éditée par le HCA, en 2OO4, sous le titre générique Tabhirt n Yimedyazen. Dans ce «jardin des poètes» se côtoient des noms de poètes de la génération actuelle Zimu, Ferkhoukh Khaled, Ahcène Mariche, Naima Hadjou, Hocine Laouès, Slimane Belharet, Abdellah Arkoub et d'autres. La poésie, au sein de cette anthologie, a trouvé refuge dans des tournures lyriques, passionnées, houleuses mais ô combien généreuses. Dans son recueil de nouvelles Am tmeqqunt ijejjigen, édition HCA/2OO6, Smail Abdenbi touche à la thématique de l'amour et de la liberté. Comme s'il voulait prouver que cette gestuelle est gémellaire. En effet, ce nouvelliste trace -d'une écriture nerveuse- les entrelacs possibles que l'amour et la liberté peuvent rencontrer dans la vie d'un peuple ou d'un citoyen. Puis comme pour annoncer la bonne nouvelle, Abdenbi consacre l'amour dans son entêtement à être fondamentalement accompagné par le fait d'être libre. «Libre d'aimer», dit-il ! Enfin, les éditions Baghdadi lui éditent Urigami ou l'art de plier le papier. Cet ouvrage didactique permet au lecteur intéressé d'apprendre ce subtil art japonais de pouvoir faire nombre de figures pour tout ce qui a une forme. Cet ouvrage pratique, digne d'un manuel, peut servir les crèches, les maternelles et autres écoles pour jeunes. Car dans le cadre des travaux manuels et autres tentatives de collage de papier, Urigami est un outil de cent quatre pages englobant quinze exercices de différents niveaux. Smaïl Abdenbi n'a pas l'intention de s'arrêter en si bon chemin. Il a en perspective un livre des jeux d'esprit et de stratégie. Comme il ambitionne d'écrire, en tamazight, un roman dans lequel il sera question de la migration interne. Il peut le faire, il a du talent.
En matière d'art, Smaïl Abdenbi est un touche à tout. En effet, il est poète, nouvelliste et adepte du concept de l'origami et de la culture du bonzaï, spécialités japonaises. Cet infatigable quêteur de sens amazighes ne cesse de rechercher toutes les issues pour tirer du silence ou de l'indifférence une gestuelle qui lui permettra de repartir vers le passé, un passé souvent mythifié, et tenter de rejoindre après ces lendemains qui tendent leurs regards en direction de ces aventuriers de l'écriture. Smaïl Abdenbi a commencé à se faire connaître par ses poèmes qu'il a publiés dans la revue Tatilt. Son questionnement est d'ordre identitaire, mais il le porte également sur tous les désordres humains. Encouragé par ces parutions, il participe à une anthologie de la poésie kabyle, éditée par le HCA, en 2OO4, sous le titre générique Tabhirt n Yimedyazen. Dans ce «jardin des poètes» se côtoient des noms de poètes de la génération actuelle Zimu, Ferkhoukh Khaled, Ahcène Mariche, Naima Hadjou, Hocine Laouès, Slimane Belharet, Abdellah Arkoub et d'autres. La poésie, au sein de cette anthologie, a trouvé refuge dans des tournures lyriques, passionnées, houleuses mais ô combien généreuses. Dans son recueil de nouvelles Am tmeqqunt ijejjigen, édition HCA/2OO6, Smail Abdenbi touche à la thématique de l'amour et de la liberté. Comme s'il voulait prouver que cette gestuelle est gémellaire. En effet, ce nouvelliste trace -d'une écriture nerveuse- les entrelacs possibles que l'amour et la liberté peuvent rencontrer dans la vie d'un peuple ou d'un citoyen. Puis comme pour annoncer la bonne nouvelle, Abdenbi consacre l'amour dans son entêtement à être fondamentalement accompagné par le fait d'être libre. «Libre d'aimer», dit-il ! Enfin, les éditions Baghdadi lui éditent Urigami ou l'art de plier le papier. Cet ouvrage didactique permet au lecteur intéressé d'apprendre ce subtil art japonais de pouvoir faire nombre de figures pour tout ce qui a une forme. Cet ouvrage pratique, digne d'un manuel, peut servir les crèches, les maternelles et autres écoles pour jeunes. Car dans le cadre des travaux manuels et autres tentatives de collage de papier, Urigami est un outil de cent quatre pages englobant quinze exercices de différents niveaux. Smaïl Abdenbi n'a pas l'intention de s'arrêter en si bon chemin. Il a en perspective un livre des jeux d'esprit et de stratégie. Comme il ambitionne d'écrire, en tamazight, un roman dans lequel il sera question de la migration interne. Il peut le faire, il a du talent.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.