Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    Startups: le financement participatif bientôt opérationnel    Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    JM Oran-2022: le COJM mobilisera près de 1 milliard de dinars pour l'équipement des sites    Tribunal de Sidi M'hamed : reprise du procès de Mahieddine Tahkout    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Les cahiers de charges seront prêts dans un mois    Courrier des lecteurs    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Plus de 200 scientifiques demandent à l'OMS de réviser ses recommandations    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Un casse-tête chinois pour les commerçants    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Benhadid réhabilité    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Benbouzid n'exclut pas un confinement localisé    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    Covid-19 : confinement partiel dans 18 communes de Sétif à partir de mercredi    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    Treize activites acquittés    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    La FAF veut «assainir» le métier    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    Eckmühl: Des habitants irrités par une longue panne de l'alimentation en eau    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Nouveau record quotidien des infections    Vers la paralysie de l'économie algérienne ?    "Dans mon service, le personnel est à bout"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand l'art japonais s'invite dans nos crèches
Smail Abdenbi
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 11 - 2009

En matière d'art, Smaïl Abdenbi est un touche à tout. En effet, il est poète, nouvelliste et adepte du concept de l'origami et de la culture du bonzaï, spécialités japonaises. Cet infatigable quêteur de sens amazighes ne cesse de rechercher toutes les issues pour tirer du silence ou de l'indifférence une gestuelle qui lui permettra de repartir vers le passé, un passé souvent mythifié, et tenter de rejoindre après ces lendemains qui tendent leurs regards en direction de ces aventuriers de l'écriture. Smaïl Abdenbi a commencé à se faire connaître par ses poèmes qu'il a publiés dans la revue Tatilt. Son questionnement est d'ordre identitaire, mais il le porte également sur tous les désordres humains. Encouragé par ces parutions, il participe à une anthologie de la poésie kabyle, éditée par le HCA, en 2OO4, sous le titre générique Tabhirt n Yimedyazen. Dans ce «jardin des poètes» se côtoient des noms de poètes de la génération actuelle Zimu, Ferkhoukh Khaled, Ahcène Mariche, Naima Hadjou, Hocine Laouès, Slimane Belharet, Abdellah Arkoub et d'autres. La poésie, au sein de cette anthologie, a trouvé refuge dans des tournures lyriques, passionnées, houleuses mais ô combien généreuses. Dans son recueil de nouvelles Am tmeqqunt ijejjigen, édition HCA/2OO6, Smail Abdenbi touche à la thématique de l'amour et de la liberté. Comme s'il voulait prouver que cette gestuelle est gémellaire. En effet, ce nouvelliste trace -d'une écriture nerveuse- les entrelacs possibles que l'amour et la liberté peuvent rencontrer dans la vie d'un peuple ou d'un citoyen. Puis comme pour annoncer la bonne nouvelle, Abdenbi consacre l'amour dans son entêtement à être fondamentalement accompagné par le fait d'être libre. «Libre d'aimer», dit-il ! Enfin, les éditions Baghdadi lui éditent Urigami ou l'art de plier le papier. Cet ouvrage didactique permet au lecteur intéressé d'apprendre ce subtil art japonais de pouvoir faire nombre de figures pour tout ce qui a une forme. Cet ouvrage pratique, digne d'un manuel, peut servir les crèches, les maternelles et autres écoles pour jeunes. Car dans le cadre des travaux manuels et autres tentatives de collage de papier, Urigami est un outil de cent quatre pages englobant quinze exercices de différents niveaux. Smaïl Abdenbi n'a pas l'intention de s'arrêter en si bon chemin. Il a en perspective un livre des jeux d'esprit et de stratégie. Comme il ambitionne d'écrire, en tamazight, un roman dans lequel il sera question de la migration interne. Il peut le faire, il a du talent.
En matière d'art, Smaïl Abdenbi est un touche à tout. En effet, il est poète, nouvelliste et adepte du concept de l'origami et de la culture du bonzaï, spécialités japonaises. Cet infatigable quêteur de sens amazighes ne cesse de rechercher toutes les issues pour tirer du silence ou de l'indifférence une gestuelle qui lui permettra de repartir vers le passé, un passé souvent mythifié, et tenter de rejoindre après ces lendemains qui tendent leurs regards en direction de ces aventuriers de l'écriture. Smaïl Abdenbi a commencé à se faire connaître par ses poèmes qu'il a publiés dans la revue Tatilt. Son questionnement est d'ordre identitaire, mais il le porte également sur tous les désordres humains. Encouragé par ces parutions, il participe à une anthologie de la poésie kabyle, éditée par le HCA, en 2OO4, sous le titre générique Tabhirt n Yimedyazen. Dans ce «jardin des poètes» se côtoient des noms de poètes de la génération actuelle Zimu, Ferkhoukh Khaled, Ahcène Mariche, Naima Hadjou, Hocine Laouès, Slimane Belharet, Abdellah Arkoub et d'autres. La poésie, au sein de cette anthologie, a trouvé refuge dans des tournures lyriques, passionnées, houleuses mais ô combien généreuses. Dans son recueil de nouvelles Am tmeqqunt ijejjigen, édition HCA/2OO6, Smail Abdenbi touche à la thématique de l'amour et de la liberté. Comme s'il voulait prouver que cette gestuelle est gémellaire. En effet, ce nouvelliste trace -d'une écriture nerveuse- les entrelacs possibles que l'amour et la liberté peuvent rencontrer dans la vie d'un peuple ou d'un citoyen. Puis comme pour annoncer la bonne nouvelle, Abdenbi consacre l'amour dans son entêtement à être fondamentalement accompagné par le fait d'être libre. «Libre d'aimer», dit-il ! Enfin, les éditions Baghdadi lui éditent Urigami ou l'art de plier le papier. Cet ouvrage didactique permet au lecteur intéressé d'apprendre ce subtil art japonais de pouvoir faire nombre de figures pour tout ce qui a une forme. Cet ouvrage pratique, digne d'un manuel, peut servir les crèches, les maternelles et autres écoles pour jeunes. Car dans le cadre des travaux manuels et autres tentatives de collage de papier, Urigami est un outil de cent quatre pages englobant quinze exercices de différents niveaux. Smaïl Abdenbi n'a pas l'intention de s'arrêter en si bon chemin. Il a en perspective un livre des jeux d'esprit et de stratégie. Comme il ambitionne d'écrire, en tamazight, un roman dans lequel il sera question de la migration interne. Il peut le faire, il a du talent.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.