Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sur fond de crise de légitimité L'aile Bouchachi a tenu le 3e congrès de la LADDH
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 27 - 03 - 2010


Par : Hafida Ameyar, Liberté, 27 mars 2010
La Ligue algérienne de défense des droits de l'homme (LADDH), présidée par Mustapha Bouchachi, a finalement organisé son troisième congrès, les 25 et 26 mars derniers, à Alger. Placé sous le thème “Agissons pour la levée de l'état d'urgence”, celui-ci ne s'est pas tenu, comme prévu, à la Mutuelle des matériaux de construction de Zéralda, mais à la Maison des syndicats, à la Glacière (Hussein-Dey). Jeudi, lors d'un point de presse, le porte-parole du congrès, Aïssa Rahmoune, a révélé que ce n'est qu'à moins de 24 heures du congrès que le refus des autorités de la wilaya d'Alger a été signifié “sans aucun motif”.
“On avait élaboré deux plans, A et B. Avec l'interdiction de tenir le congrès à la Mutuelle de Zéralda, on a alors utilisé le plan B, c'est-à-dire le siège de la Maison des syndicats”, a-t-il précisé. M. Rahmoune n'a pu échapper à la question de la crise qui secoue la LADDH, divisée en deux ailes, celle de Hocine Zehouane, élu en septembre 2005, et celle de Mustapha Bouchachi. En réalité, la crise de légitimité s'est installée, à partir de novembre 2007, à la suite de l'élection de Me Bouchachi à la présidence de la Ligue, par un conseil national d'urgence, en présence de Me Ali Yahia Abdennour.
Depuis cette date, les deux parties en conflit se rejettent la responsabilité et se disputent le droit de représenter la Ligue. Le 3e congrès de la LADDH, aile Bouchachi, a réuni quelque 154 délégués. Il a vu la présence du FFS, de la Ligue tunisienne des droits de l'homme, du Conseil national tunisien du respect des droits de l'homme, du réseau euro-méditerranéen des droits de l'homme et de la Fédération internationale des droits de l'homme, ainsi que des représentants du corps diplomatique en Algérie (France, Etats-Unis, Suède et Canada) et le délégué de l'Union européenne, également ambassadeur d'Espagne à Alger. Dans son intervention, Me Bouchachi a estimé que l'arrêt du processus électoral, en 1992, a été “fatal pour les libertés et les droits de l'homme” en Algérie. Il a également souligné que la décennie 1990 s'est distinguée par des “atteintes massives aux droits de l'homme”, des “arrestations arbitraires” et des “tortures”, pointant un doigt accusateur en direction des services de sécurité. Il a aussi abordé le problème des disparus et la nécessité de faire connaître la vérité.
Pour Me Bouchachi, depuis l'année 2000, “il y a moins de tortures, mais il y en a encore”. De plus, a-t-il noté, il y a “un verrouillage du champ politique”, des “atteintes aux libertés politiques et syndicales”, sans omettre de parler des violations à la liberté de la presse. “Si nos aînés ont récupéré le territoire (algérien), notre devoir à nous est de libérer les hommes, les femmes et les jeunes”, a-t-il indiqué. Plus tard, le président sortant de la LADDH est revenu sur la crise de la Ligue, déplorant que Me Zehouane ait “refusé de se plier aux textes de la LADDH et aux choix des militants”. “Nous sommes la Ligue légitime”, a-t-il appuyé, sous des applaudissements.
Le discours du président d'honneur de la LADDH, Yahia Abdennour, a été plus virulent. L'ancien ministre sous Boumediene s'en est pris violemment contre le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, soutenant que Yazid Zerhouni “s'est acharné contre la LADDH” durant la décennie écoulée, faisant ainsi “revivre le temps de la colonisation”. Me Abdennour a, à son tour, abordé le problème des deux branches de la LADDH, rappelant que Me Bouchachi a été élu, en 2007, par “une majorité de plus de trois quarts de ses membres (du Conseil national)”. Il a ensuite attaqué le régime politique algérien, considérant que celui-ci traverse aujourd'hui “l'épreuve la plus dure depuis son installation par la violence, en 1962”. Ce membre fondateur du FFS a, en outre, fait part de ses appréhensions quant à l'avenir de la société, estimant que l'année 2010 “est à la fois celle de tous les dangers et de tous les espoirs”. L'autre intervention remarquée est celle du secrétaire général du FFS, Karim Tabbou.
Réitérant son appui à l'aile Bouchachi, ce dernier a indiqué que le combat de son parti et celui de la LADDH “se confondent”, puisqu'il s'inscrit dans le cadre de “la construction d'un Etat démocratique et d'un Maghreb démocratique”.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.