«La détermination des populations, seule voie pour en finir avec un système»    Retour des djihadistes maghrebins constitue une réelle menace pour le vieux continent    Real Madrid : Un énorme coup dur pour Zidane dans le dossier Hazard ?    Programme de classification et de restauration    Le ministère opte pour un dispositif spécial    Libération de deux journalistes libyens enlevés par les pro-Haftar    Confusion autour de l'expiration du délai    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Gaïd Salah élude la question du scrutin présidentiel    L'intimidation n'a pas payé    Oman tente de "calmer les tensions"    Le Brexit fait tomber Theresa May    Démission surprise de l'émissaire de l'ONU    Vers le forfait de Belaïd et de Sahli    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    Les Algérois signent l'acte 14 de la contestation    Sept nouveaux hôtels touristiques bientôt en service    Pas moins de 690 familles exclues de la liste du logement social    Oran : 9 familles se réfugient à la mosquée Pacha    Une mineure de 13 ans libérée par la police    Le souci des sans-bourses…    «Le régime est aux abois et la victoire est toute proche !»    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Kwiret esselk, du goût et des forces    JSK - Mellal: «J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    L'école des gourous    Création d'un comité de surveillance    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Facebook supprime trois milliards de comptes    La candidature de Berraf acceptée    Huawei prépare son propre système d'exploitation    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    Projections de films documentaires au Ciné-planète    Divertissement garanti!    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Un Iftar en l'honneur des médias    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En live : Le «printemps» du régime algérien
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 08 - 01 - 2013


Par Kamel Daoud | janvier 6, 2013 8:56
Janvier 2013. Le « printemps » algérien semble avoir eu lieu, mais à l'inverse : c'est le régime qui a renversé le peuple et qui le laisse assis, la bouche ouverte, la main tendu, allongé sur la civière. Comment ? On reconnait un printemps, à deux ou trois choses : le dictateur est chassé ou tué, l'OTAN peut aider en cas de guerre déséquilibrée, les islamistes gagnent les premières élections libres du pays concerné, on a une nouvelle constitution, le peuple s'appauvrit à cause de la crise économique. On peut ajouter au tableau le cas d'une armée prise au piège entre la légitimité des urnes et le statut d'arbitre ou de gardien du pays comme en Egypte ou au Yémen.
En Algérie, cela s'est passé exactement ainsi, mais en « négatif », en inverse, dans une sorte de monde parallèle où l'histoire arrive mais en contre-courant.
Explication : ici le régime ne perd pas et ne s'enfuit pas. C'est le peuple qui le fait : depuis des années, ils sont des milliers de cadres algériens à avoir quitté l'Algérie, par avions (comme Benali) ou bateau. On chiffre le total des cadres en exil à quelques 71 500 diplômés. Selon El Watan « Au rythme de 6000 départs/an de personnes ayant un niveau de qualification équivalent à bac+4, ce sont quelque 130 000 diplômés de l'université qui ont quitté l'Algérie depuis 25 ans».
Les harragas (immigrés clandestins) sont encore plus nombreux à fuir par chaloupes et leurs chiffres sont si énormes qu'ils en sont «inconnus».
Ceux qui restent ? Ils sont désespérés et effondrés sur leur civière mentale comme l'est Moubarak pour coincés entre l'envie de changer et la peur de le faire. Ou sont harcelés et « lynchés » et surveillés et mis en prison comme le seront les Kadhafi. Les militants algériens, sont ceux qui ont « payés » le plus la deuxième ou dixième jeunesse du régime algérien : aujourd'hui que l'Algérie est utile et dite « incontournable » par l'Occident, et qu'elle est un bon exemple de gestion de risques de révolution et pèse par sa position pour régler la question du Sahel ou exploiter les gisements de gaz schiste, lutter pour la démocratie en Algérie est synonyme de solitude internationale ou d'invisibilité médiatique. Ce sont les démocrates qui sont Kadhafisés ou mis en quarantaine comme Ali Saleh du Yémen. Car les harraga sont bénalisés et le peuple est Moubarakisé et rendu inapte, immobile, couché et malade.
Le printemps du régime algérien est aussi lisible dans l'état de santé « politique » du peuple : alité donc comme Moubarak. Démis de ses fonctions de peuple, dégradé, le peuple ne dit rien, ne se soulève pas, revendique la dictature comme une protection du peuple contre lui-même. Allongé sur la civière, le peuple algérien assiste à son propre procès par lui-même : nous ne sommes pas aptes à la démocratie, cela signifie le chaos et nous avons essayé la formule il y a vingt ans, en octobre 88. L'idée est aujourd'hui générale que le peuple est son propre pire ennemi et que la démocratie est le plus court chemin vers la barbarie. C'est la vie rêvée de toute dictature possible.
D'autres signes ? Oui : l'OTAN et l'Occident. L'Alliance militaire Nord Atlantique et la France ne sont pas, en Algérie, du côté du peuple ou de la rébellion ou de l'insoumission comme elles l'ont prétendu pour la Libye, mais du côté du régime. François Hollande, le président français, y est venu pour signer des accords pas pour saluer la libération de Benghazi comme Sarkozy. La France veut aider le régime, pas le peuple. Libérer le Sahel, pas l'Algérie. Sarkozy y a été ami de Bouteflika, pas celui qui a creusé sa tombe.
Et contrairement aux autres pays du « printemps » de peuples, le « printemps » du régime algérien se prouve aussi par la défaite des islamistes, leur recule, leur perte d'audimat et d'audience. Partout dans le monde arabe les islamistes gagnent, sauf ici où ils perdent jusqu'à leurs ministères et leurs postes et leur militants. Etrange cas d'école d'ailleurs : l'islamisme algérien a fini dans une dizaine de partis islamistes en lutte entre eux. Une sorte de pluri-islamisme qui sera fatale à ce courant qui joue sur un Islam unique et pour tous. En deux rounds, le 10 mai 2012 pour les législatives et fin novembre 2012 pour les élections locales, les islamistes algériens ont perdu des sièges de députés, des mairies et même des ministères après le dernier remaniement en septembre de la même année. Ils ne contrôlent plus les mosquées, ni la rue, ni le ciel. A peine leur familles quand on sait que l'un des fondateurs du courant, Abdellah Djaballah avait été obligé à porter sa femme et des membres de sa famille sur sa liste de candidats aux législatives du 10 mai, pour cause de manque de confiance dans ses propres militants. « L'expérience a prouvé que Djaballah fut trahi par les plus proches de ses collaborateurs » dira-t-il de lui-même.
En Algérie, le printemps du régime s'incarne aussi par la mode étrange de la démission : pas celle de Bouteflika qui va briguer un 4ème mandat en 2014, mais celle de ses opposants les plus durs ou ses alliés proches : Saïdi Sadi, chef du RCD annoncera son retrait de la vie politique en mars 2012et Aït Ahmed, le vieux lion opposant, fondateur du FLN et exilé de Genève annoncera lui aussi, à la date de la présumé fin de monde, le 21 décembre 2012, son retrait et son départ. Pour cette semaine, c'est Ouyahia qui aurait sauté le pas (réellement ou seulement par tactique). Les opposants (ou pas) en Algérie démissionnent et cèdent le pouvoir qu'ils n'ont jamais eu, contrairement au Pouvoir qui rajeunit à vue d'œil pendant que le peuple vieilli à la même vitesse.
D'autres signes peuvent aussi prouver ce « printemps » du régime : c'est lui qui va imposer sa Constitution dans quelques semaines. C'est lui qui occupe la rue et la télévision. C'est lui que sollicite l'Occident pour discuter des questions régionales. C'est lui qui possède le pétrole et, en Algérie, l'armée est divisée sur la question du Sahel, pas sur la question du régime local.
A la fin ? Il y a bien eut un printemps en Algérie. Regardez simplement les photos de Bouteflika souriant aux anges accompagnant François Hollande, en bain de foule à Tlemcen, pour savoir pour qui est cette belle saison d'amour et de renouveau.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.