OL : Cherki vendu dès ce mercato ?    Wijnaldum a consulté Salah avant de rejoindre l'AS Rome    Man City : Mendy passe devant la justice    Selon le rapport d'un institut américain: L'Algérie a réussi à contrer la menace terroriste    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Quatre Palestiniens tués par l'armée sioniste    Electricité: L'Algérie prête à augmenter les quantités exportées vers la Tunisie    La virtualité des PIB et des PNB    Djezzy: Mahieddine Allouche nommé DG par intérim    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: Le propriétaire de la société «Future Gate» condamné à six ans de prison    D'une valeur de 2 millions d'euros: Du matériel médical périmé saisi, trois arrestations    Pour sécuriser les accès au pôle urbain Zabana: Le chantier de deux bretelles et d'un rond-point relancé    Le Premier ministre reçu par le Président Erdogan à Konya en Turquie    Le Premier ministre assiste à la cérémonie d'ouverture des Jeux de la Solidarité islamique à Konya en Turquie    La société civile et la jeunesse au-devant de la scène    La voix écoutée de l'Algérie    Un rival de Sadr réclame le retour du Parlement    Une opération à trois bandes...    Brèves    La première médaille pour Zouina Bouzebra    10 morts lors d'une attaque terroriste    Ramtane Lamamra en Azerbaïdjan    Un plan d'urgence pour développer ces filières    «L'anglais à l'école est une chose positive»    La canicule est de retour    Une fresque à la mémoire des victimes    Les détails de l'opération UGTA    Samy Thiébault en concert    Hommage à Mahboub Safar Bati    Conseil supérieur de la magistrature : élection des membres du Bureau permanent    Boughali s'entretient à Bogota avec le MAE colombien sur la promotion de la coopération bilatérale    Batna: création de deux forêts récréatives    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: 6 ans de prison ferme contre Oussama Rezagui    Invasion militaire sioniste à Naplouse: 3 martyrs et plus de 40 blessés    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Boumerdès à l'heure d'été    Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Le barrage inexploité    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de la Fédération de Russie en Algérie    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



« La décision de Bouteflika d'interrompre les bourses à l'étranger a été une catastrophe » (Pr Omar Aktouf)
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 03 - 07 - 2013


Youès Djama
mercredi 3 juillet 2013
Pour le professeur Aktouf, invité aujourd'hui du direct de Maghreb M., la radio web de Maghreb Emergent, cette décision est tout le contraire de ce que font les pays émergents, qui dépensent sans compter pour une formation de haut niveau de leurs futurs cadres.
La décision du président Abdelaziz Bouteflika en 2004 d'interrompre l'octroi de bourses d'études à l'étranger aux étudiants algériens a été « une catastrophe » selon Omar Aktouf professeur de HEC Montréal (Canada), invité aujourd'hui du direct de la Maghreb M, la radio web de Maghreb Emergent.
A la question de savoir s'il considère que cette décision a été une « erreur stratégique », M. Aktouf a répondu sans ambages: « C'est une catastrophe. C'est même le contraire absolu de ce que font les pays émergents. Quels sont nos moyens à nous pour former des ingénieurs du niveau des ingénieurs chinois, japonais ? Comment et avec quoi ? Avec quel matériel, quels laboratoires et quels professeurs? ».
Le Brésil, a dit le professeur Aktouf, a mis en place un programme auquel il participe, lui, indirectement, et qui consiste à envoyer 5.000 diplômés du supérieur étudier aux quatre coins du monde avec des bourses très conséquentes : « Le vrai problème est que nous, diaspora, on nous a dégoûtés, écœurés. On en a vu des ministres passer et repasser et nous promettre... Il y a même un ministre à qui on a dit à une table où nous étions à peu près 5 managements : ‘'Nous pouvons tenir une école de business et de gestion de très haut niveau en Algérie. Mais une école de gestion alternative et pas une école qui répète le modèle de Harvard et le modèle américain qui est en train de mourir. La dette américaine dépasse de 20% à 30% le PIB US. »
C'est en 2004 que la président Bouteflika a décrété la fin des bourses à l'étranger pour les diplômés algériens. « Le peuple ne va pas semer pour que les autres récoltent, c'est mon message aux nouveaux bacheliers», a-t-il déclaré alors, à l'occasion de portes ouvertes sur l'enseignement supérieur en Algérie. Et ce même s'il a reconnu l'indigence de la formation et la faiblesse du système éducatif.
A partir de 2008, Abdelaziz Bouteflika a décidé d'annuler l'octroi des bourses d'étude à l'étranger aux meilleurs lauréats du baccalauréat en Algérie. L'ancien ministre de l'Education nationale, Boubekeur Benbouzid, a justifié sa décision par le fait que les bacheliers ayant bénéficié de telles bourses ne sont pas revenus en Algérie après avoir achevé leurs études.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.