Barça : Iniesta cite les trois joueurs clés pour remporter le Clasico    Le Hirak maintient la pression    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Regroupement en tête    Charef Eddine Amara, candidat unique    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Djabou, le retour    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Assemblée élective de la Fédération algérienne de football : Belmadi réaffirme sa "neutralité"    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Tlemcen: Plaidoyer pour une «communauté d'entrepreneurs»    Allégations d'agression sexuelle sur un mineur: De graves accusations contre six individus     Le Palais des expositions en fête    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    8700 logements sociaux distribués    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    Pourquoi voulait-on piéger Hanoune ?    La note de Ouadjaout    La thyroïde, apprendre à la connaître    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA COULEUR DU CONSENSUS
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 22 - 03 - 2014


* Tweet
* * * Tweet
* *
http://www.lequotidien-oran.com/
22 mars 2014
Le général Liamine Zeroual a publié une lettre que beaucoup, non sans raison d'ailleurs, s'empresseront de lire comme une critique en règle des trois précédents mandats de Bouteflika et une objection au quatrième mandat. Sa dénonciation – que d'aucuns jugeront quelque peu tardive – de la remise en cause de la limitation des mandats ne manque pas de pertinence. Cette limitation ne fait pas en soi l'alternance et la démocratie à plus forte raison dans un pays où la Constitution n'est qu'une modalité de référence. Mais dans le cadre même du régime, elle pouvait, en théorie, favoriser une transmission générationnelle manifestement bloquée. Et ce n'est pas les développements en cours – qui n'en finissent pas de heurter de nombreux Algériens – qui risquent de convaincre du contraire.
La limitation des mandats peut être instituée sans pour autant changer l'ordre autoritaire en place dans le pays. C'est pour cela que le plus important dans le message de Liamine Zeroual est son ralliement à l'idée d'un «consensus national» pour sortir le pays du guêpier actuel, de la crise biologique du régime. Car, il ne faut pas s'y tromper, le quatrième mandat demandé pour Bouteflika, qui plonge de nombreux Algériens dans une incrédule perplexité, est avant tout l'illustration de l'impasse du régime. Le ralliement de Liamine Zeroual à la thématique du consensus pour sortir de la panne du régime est très significatif. Il révèle une préoccupation commune sur le danger de rater le tournant des prochaines années et le coût exorbitant de manquer l'occasion de changer l'ordre actuel.
Il ne faut pas oublier que l'idée d'un consensus national autour d'une plateforme démocratique avait été initiée par les partis d'opposition alors que Liamine Zeroual était à la présidence. La proposition de «contrat national» de l'opposition avait été accueillie par une riposte hystérique du régime allant jusqu'à s'aventurer à accuser de «traîtrise» des hommes d'une très grande rectitude morale et dont les noms figurent en haut lieu dans l'histoire. L'argument, matraqué par les médias du pouvoir sous orchestration de «manifestations spontanées», était que l'opposition recherchait le «partage du pouvoir». Mais il était clair que le consensus national autour d'un projet démocratique inclusif a été rejeté sous la fameuse, mais néanmoins apolitique et vulgaire, formule de «globalement et dans le détail».
Il ne s'agit pas de revenir en arrière, l'histoire jugera si une vraie opportunité n'a pas été ratée pour le pays. Mais ce rappel permet surtout de souligner que si l'idée du consensus commence à s'imposer dans le débat et bouscule les défenseurs d'une «stabilité» creuse, elle devra nécessairement entrer dans les détails. Et afficher la couleur du consensus. Car, l'enjeu est bien là, converger vers un consentement commun et négocié pour une transition démocratique, sans perfidie, ni ruse. Selon le mode tunisien par exemple qu'il convient d'évaluer avec attention au lieu de lui brandir un insecticide (le fly-tox !) sur le registre de la plaisanterie improbable dont l'opinion est abreuvée ces derniers jours.
Dans un pays où les mots sont dévoyés, un consensus autoritaire construit sur une entente tacite entre acteurs innomés, fondé sur le rapport de forces et la contrainte a existé. Et, bien qu'objectivement dégradé, il semble perdurer. En sortir pour un consensus politique ouvert, démocratique et inclusif, constitue le défi d'une véritable révolution pacifique. Ce défi, tous ont intérêt à le relever car il débouche sur le seul consensus acceptable, celui de la démocratie et du droit, l'unique consensus aux couleurs nationales qui redonne un horizon au pays et à ses enfants.
Nombre de lectures: 48 Views


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.