Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali Ghediri : » Le peuple en a assez de ce pouvoir »
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 12 - 02 - 2019


TSA
12 Févr. 2019 à 11:25
Ali Ghediri est formel : sa candidature à la présidentielle du 18 avril n'est pas liée à celle du président Abdelaziz Bouteflika pour un 5e mandat. Il l'a encore réaffirmé, lundi soir, sur la chaîne américaine Al Hurra.PUBLICITE
« Je ne fais pas de lien parce que mon objectif n'est pas Bouteflika, mais la présentation d'un projet au peuple algérien. Bouteflika est le candidat du pouvoir, moi, je suis le candidat du peuple. Le peuple en a assez de ce pouvoir, veut un changement, un renouvellement. Je ne suis le candidat d'aucun aile du pouvoir, ni en dehors du pouvoir », a-t-il tranché.
Interrogé sur ses rapports avec l'armée, Ali Ghedri, général-major à la retraite, a répondu que sa relation est celle d'un retraité avec l'entreprise mère. « J'ai été militaire, maintenant je suis à la retraite. Je profite de tous mes droits y compris ceux de me porter candidat à la présidentielle. Ma candidature s'inscrit dans le cadre de la Constitution », a-t-il appuyé.
Ali Ghedri a confirmé avoir été empêché d'assister, le 6 février 2019, à l'enterrement du général major Abdelmalek Guenaizia, ancien ministre délégué auprès du ministre de la Défense, au cimetière de Sidi Yahia, à Alger. « Je n'ai pas cherché à savoir pourquoi et je n'ai demandé à personne de me donner des explications. Ce que je sais est que des agents de sécurité m'ont empêché d'aller à l'enterrement (…) Je ne suis en adversité contre personne », a-t-il dit.
Il est, selon M. Ghediri, encore tôt pour dévoiler le programme électoral. « Au moment voulu, tout le monde verra que j'ai bel et bien un programme riche et important », a-t-il noté.
Ali Ghediri a annoncé avoir rencontré Abdallah Djaballah, président d'El Adala, mais sans s'accorder sur l'idée d'un candidat « consensuel » de l'opposition pour la présidentielle. « J'ai discuté avec lui et avec d'autres représentants de l'opposition. Le sujet ne portait pas sur la désignation d'un candidat représentatif de l'ensemble de l'opposition. Nous avons parlé des élections, sans nous concentrer sur un point donné », a-t-il précisé.
Ali Ghediri a promis de donner une réponse lorsque la question d'un candidat unique de l'opposition sera posée. « Je ne suis pas contre l'opposition. Si l'opposition veut s'entendre sur un plan, bienvenue ! », a-t-il dit.
Le candidat n'a pas voulu répondre à une question sur la proposition faite par Bouteflika d'organiser une conférence de consensus national et d'enrichir la Constitution dans le cas de sa réélection pour un 5e mandat. « Si je réponds, cela veut dire que je reconnais la victoire de Bouteflika alors que je suis décidé à gagner. C'est un homme qui a gouverné le pays pendant vingt ans dans des conditions économiques favorables sans précédent dans l'Histoire de l'Algérie. Et, il n'a rien fait, il n'a mené aucune réforme. Va-t-il faire tout cela dans les cinq prochaines années alors qu'il est malade et que le prix du baril du pétrole est en dessous de 50 dollars et que le nombre des habitants est en augmentation ? », s'est-il inter
Selon lui, les réformes ne peuvent pas être menées avec les mêmes visages qui ont « pratiqué le pouvoir » durant les quatre mandats de Bouteflika.
Sans parti et sans militants, comment Ali Ghedri compte-t-il mener sa campagne pour la présidentielle alors que Bouteflika est soutenu par une Alliance de partis (MPA, FLN, RND, TAJ) ? « Rassemblés, les partis de l'Alliance ne pèsent rien. Pour preuve, le taux de boycott des élections depuis l'arrivée de Bouteflika au pouvoir. Ce taux a dépassé les 80 %. Aussi, le poids de ces partis ne peut-il aller, au maximum, au-delà de 20 %. Je n'ai pas de base partisane, mais j'ai une base populaire. Les prochains jours vont vous le prouver. Je m'adresse aux jeunes qui représentent 70 % du peuple algérien et à l'élite qui est envahie par le désespoir », a-t-il répondu.
Ali Ghediri a estimé que les jeunes demandent le changement du mode de gouvernance en Algérie, réclament de « nouvelles têtes » et exigent une vie meilleure. « Les jeunes veulent un dirigeant qui insuffle l'espoir chez les Algériens et qui arrache la misère qui les pousse vers les mers », a-t-il souligné disant que les jeunes veulent « la rupture ».
| LIRE AUSSI :
VIDEO. Ali Ghediri réagit à la candidature de Bouteflika


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.