La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Washington Post met en garde contre la répétition du scénario égyptien en Algérie
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 14 - 03 - 2019


Par: Yacine Babouche 14 Mars 2019 à 12:20
Un article publié sur le journal américain le Washington Post ce jeudi a effectué le parallèle entre la situation que vit actuellement l'Algérie avec celle vécue par l'Egypte durant ces dernières années, estimant que « les manifestations et la réaction du régime en Egypte en 2011 peut offrir quelques leçons aux Algériens » et mettant en garde contre la répétition du scénario égyptien en Algérie.
« En Egypte et en Algérie, l'armée est la force la plus puissante dans les coulisses et le degré de centralisation du régime est essentiel pour comprendre la capacité de ces régimes à s'adapter et à surmonter les crises politiques », souligne le Washington Post.
« Comme lors de la période qui a précédé le départ de Hosni Moubarak en Egypte, le ‘'Deep state'' algérien cherche des moyens de sortir d'une situation précaire. Il tente de donner l'illusion de concessions et une transition qui permettent à ceux qui en font partie de préserver le système et leur place au sein du système », affirme l'article.
« Le rôle dominant de l'armée et des élites politiques et économiques liées signifie que le ‘'Deep state'' algérien ne disparaîtra pas du jour au lendemain », estime le Washington Post, ajoutant que « les manifestants peuvent éviter deux erreurs clés commises en Egypte ».
« La première, en insistant sur des réformes réelles et en refusant d'être apaisés par le retrait de personnalités du régime. Deuxièmement, en ne quittant pas les rues avant que leurs demandes soient satisfaites », préconise le journal américain.
En Egypte en 2011, « les manifestants avaient réagi avec fureur lorsque Moubarak n'avait pas démissionné durant son discours du 10 février. L'armée, comprenant la volatilité de la situation, finit par retirer son soutien, et le président a démissionné le lendemain. Les manifestants ont quitté la Place Tahrir et sont rentrés chez eux avec la promesse que l'armée mettrait en place un pouvoir civil. Ils s'étaient trompés », rappelle le Post.
« En 2019, le ‘'Deep state'' égyptien est plus fort que jamais. Le régime d'Abdel Fatah al-Sissi a montré qu'il pouvait grandement s'adapter, et il est souvent décrit maintenant comme ‘'pire que Moubarak'' », affirme le journal, indiquant que al-Sissi « cherche à prolonger son règne au-delà de ce que permet les amendements de la constitution et qui lui permettrait de rester au pouvoir jusqu'en 2034, démantelant le gain ultime de la révolte de 2011, la limite à deux mandats présidentiels ».
« L'annonce de Bouteflika, cette semaine, qu'il ne sera pas candidat à un nouveau mandat, emprunte une pièce du cahier de jeu égyptien », explique le Washington Post.
« En annulant la prochaine élection, l'octogénaire Bouteflika a dans les faits prolongé son mandat présidentiel pour une durée indéterminée, permettant ainsi au pouvoir de mettre en place une transition favorable ne menaçant pas ses intérêts », explique également le journal américain. « La désignation par Bouteflika au poste de Premier ministre de son ministre d'Intérieur Noureddine Bedoui, loyaliste de longue date au régime, est exactement ce que Moubarak a fait lorsqu'il a nommé Ahmed Shafik au poste de Premier ministre durant les manifestations de 2011 », affirme le Post.
« La capacité du régime algérien à s'adapter et survivre cette crise politique est grande. En d'autres termes, un scénario égyptien est très probable. Des concessions seront effectuées et des personnalités majeures du régime seront sacrifiées », affirme le Washington Post.
« Mais la question se pose : le peuple algérien acceptera-t-il cela ? », s'interroge le journal américain, pour qui le pouvoir des manifestants « vient de la présence. Quitter les rues sans résultats concrets signifiera probablement qu'un nouveau Bouteflika viendra et que le pouvoir restera en place », estime le journal américain.
« Les semaines à venir seront critiques pour montrer si les Algériens seront capables d'aller de l'avant ou s'ils se retrouveront avec une révolte avortée comme en Egypte », conclut le Washington Post.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.