Installation des nouveaux président et procureur général à la Cour de justice d'El-Bayadh    Foot: les clubs contestataires de la LNFA et de la LIRF introduisent des recours    Le procès de Baha Eddine Tliba reporté    ECOLE SUPERIEURE DE LA GN DE ZERALDA : Sortie de la 07ème promotion d'officiers    Belkecir risque le peloton d'exécution    Affaire de l'enregistrement sonore: liberté provisoire pour Nassim Saâdaoui    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent le vaccin    Installation du nouveau président de la Cour de justice de Constantine    495 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    En attendant l'ouverture des plages, les estivants envahissent la Corniche oranaise    Les habitants de Jijel redécouvrent la splendeur de la nature loin des plages    REOUVERTURE GRADUELLE DES PLAGES : Toutes les conditions sont réunies à Mostaganem    Lutte contre le Covid-19: Tebboune loue les efforts de certains walis    COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    10 millions de ventes pour RAV4    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Pléthore de modèles d'ici 2022    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Onzième vendredi : les messages du peuple à Gaid Salah et à la classe politique
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 03 - 05 - 2019


Par: Makhlouf Mehenni 03 Mai 2019 à 18:30
Ce onzième vendredi de contestation est celui qui devait voir le mouvement populaire montrer les premiers signes sérieux d'essoufflement, suivant les calculs du pouvoir. Celui-ci misait sur la conjonction de plusieurs facteurs dont la poursuite des manœuvres de division et du blocus de la capitale la veille et le jour de chaque marche et l'acceptation par une partie de la classe politique de sa dernière offre de dialogue.
Surtout, cette journée de mobilisation survient à la veille du début du ramadan et au moins une partie des manifestants devait logiquement mettre à profit le week-end pour effectuer les préparatifs du mois de jeûne. Mais comme toutes les précédentes, la prophétie ne s‘est pas réalisée et les Algériens sont sortis pour le onzième vendredi de suite par millions dans la rue.
À Alger, là où le pouvoir fait tout pour baisser la mobilisation, les rues et places du centre-ville ont été de nouveau noires de monde. Des centaines de milliers, peut-être plus d'un million -peu importe-, de citoyens ont marché. Dans les autres villes aussi, les mêmes marées humaines ont déferlé. La mobilisation est intacte et quand bien même elle faiblirait pendant le ramadan sous l'effet du jeûne, elle reprendra juste après comme au premier jour. Les manifestations de référence sont celles qui ont eu lieu ce vendredi.
En marchant en masse malgré tous les aléas cités, les Algériens ont délivré un message définitif qu'il sera difficile au pouvoir de continuer à ignorer : rien ne les arrêtera tant qu'ils n'auront pas obtenu ce pourquoi ils battent le pavé depuis bientôt deux mois et demi, soit une vraie transition qui débouchera sur la fin du système politique qui, même si certains de ses symboles sont traînés devant les tribunaux, n'est pas mort avec la démission de Bouteflika.
Les manifestants ont certes réclamé la tête de Saïd, le frère de l'ancien président, enfoncé par de nouvelles révélations sur ses intentions vis-à-vis du mouvement populaire à ses débuts, mais ils ont signifié que les poursuites judiciaires contre des figures du régime restent un bonus qui ne leur fera pas perdre de vue l'essentiel.
Ce onzième vendredi s'annonçait aussi comme un test pour jauger la capacité du mouvement à déjouer les pièges de la contre-révolution qui se multiplient de manière inquiétante. Ceux qui agitent les démons du régionalisme ont dû essuyer une autre déception, deux jours après la magistrale leçon administrée par les habitants de Djelfa.
Quant à ceux qui sont de nouveau tentés par l'entrisme, ils ont eu droit à une mise en garde doublée d'une petite leçon de politique : on ne s'empresse pas d'accueillir favorablement et sans conditions une offre de dialogue aussi vague que celle que vient de formuler le chef de l'armée.
La très forte mobilisation de ce vendredi 3 mai constitue une fin de non-recevoir populaire qui rend caduc tout éventuel processus de dialogue, quand bien même une partie de « l'opposition » choisirait le chemin de la compromission. Les partisans d'une telle option, qui ont déjà servi au sein du pouvoir par le passé, sont avertis : le peuple ne leur pardonnera pas une nouvelle trahison. Cette fois, ils n'ont plus aucune excuse : ils n'ont plus le droit de se servir du peuple.
Quand à Ahmed Gaïd-Salah, qui souffle le chaud et le froid et qui commence à dérouter par son attachement paradoxal à la satisfaction des revendications du peuple et à la solution constitutionnelle, il a vu les rangs de ceux qui le fustigent grossir un peu plus ce vendredi. Le général de corps d'armée a été invité de nouveau à choisir son camp, donc à formuler une proposition plus sérieuse qui dissiperait les conjectures sur ses intentions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.