Reprise de l'activité du contrôle technique des véhicules    L'ENIE se lance dans la fabricationde respirateurs artificiels    L'afrique risque de ne pas recevoir le soutien souhaité    L'Algérie "peut compter" sur son amitié avec la Chine    Réception de 8,5 millions de masques en provenance de Chine    Le Pr Benbouzid annonce l'arrivée prochaine d'une vague de contamination    COVID-19 : L'Algérie continuera à réceptionner des équipements médicaux    OPEP : l'Algérie appelle à une réduction immédiate de la production de pétrole    LUTTE CONTRE L'INFORMEL ET LA SPECULATION : Les commerçants sommés de déclarer leurs entrepôts    POUR LES ABONNES DE BLIDA : Aucune coupure d'internet jusqu'au 19 avril    Pas de date butoir pour la LDC selon le démenti de l'UEFA    MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE : Ouadjaout annonce une mouture de plan de contingence    PREMIER MINISTERE : Reprise de certaines activités commerciales    Covid-19 : Nouveau bilan à Sétif    MASCARA : La BRI saisit une quantité de cocaïne    HRW : Algérie : La peine d'un leader d'opposition doublée la veille de sa libération.    Oran : concours du meilleur conte pour enfants sur Internet    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Trois banques publiques fin prêtes    4 hirakistes relaxés    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    RENAISSANCE HUMAINE    L'infrangible lien…    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    La chute de la maison Bouteflika    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





12e vendredi de la contestation populaire : Gaïd Salah particulièrement ciblé
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 11 - 05 - 2019


EL WATAN ABDELGHANI AICHOUN 11 MAI 2019
Ils étaient des milliers de manifestants à braver la faim, la soif et la chaleur dans les rues de la capitale, pour exprimer, pour la 12e fois de suite, leur rejet du «système».
Cette fois-ci, et au vu des derniers développements qu'a connus la scène politique nationale, c'est le chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, qui a été particulièrement ciblé, comme ce fut le cas d'ailleurs, mais dans une moindre mesure, vendredi passé. Les Algériens ont également réaffirmé leur position de rejet du processus électoral en cours.
Ainsi, le slogan qui a été le plus scandé hier était «Dawla madania, machi askaria» (Etat civil et non militaire). Le scénario égyptien est dans les esprits de beaucoup d'Algériens. D'ailleurs, certains d'entre eux ont scandés également «Chaab la yourid masrahia misria» (Le peuple ne veut pas une pièce théâtrale égyptienne).
A cet effet, manifestants et politiques tiennent à exprimer leur inquiétude concernant certains aspects liés aux positions de l'institution militaire vis-à-vis du hirak, comme le fait que le chef d'état-major de l'ANP s'en tient toujours à la «voie constitutionnelle», c'est-à-dire un processus mené par le chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, débouchant sur la présidentielle du 4 juillet prochain, et les arrestations de certaines personnalités, poursuivies notamment par le tribunal militaire. «Gaïd Salah dégage», ont également scandés les manifestants, comme pour signifier d'une manière franche et directe leur mécontentement vis-à-vis de l'attitude du vice-ministre de la Défense nationale.
En plus des slogans scandés, des citoyens se sont exprimés via des pancartes ou banderoles qu'ils ont brandies. Une grande affiche, accrochée sur la façade de la Grande-Poste, a particulièrement déplu aux autorités. «Vous partirez, veut dire vous partirez. Pas de dialogue avec vous. Pas de tutelle sur la volonté du peuple.
C'est le peuple qui décide. L'armée est la nôtre et Gaïd est contre la volonté du peuple», lit-on sur cette grande banderole, sur laquelle il y avait également des photos de quelques responsables, comme Bensalah, Bedoui ou même le nouveau premier responsable du FLN, Mohamed Djemai.
Des policiers avaient tenté à maintes reprises de l'enlever, en vain. La détermination des manifestants les en a finalement dissuadés. Vendredi dernier aussi, des policiers avaient «saisis» des pancartes sur lesquelles étaient inscrits des slogans contre Gaïd Salah. Mais globalement, cela n'a eu aucune incidence sur les manifestations.
Bien évidemment, les contestataires se sont également prononcés, d'une manière claire, contre l'élection présidentielle du 4 juillet prochain. «Makanch Intikhabat ya issabat» (Pas d'élections, bandits), ont-ils scandés.
Pour la majorité des Algériens, comme c'est le cas pour ce qui est de la classe politique de l'opposition, il n'est nullement question de s'engager dans un processus électoral mené par des figures du régime bouteflikien, en l'occurrence le chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, et le Premier ministre, Nourredine Bedoui.
Ce dernier a été pendant longtemps, sous la présidence de Abdelaziz Bouteflika, ministre de l'Intérieur. Pour l'instant, et malgré ce refus de la population, les autorités s'en tiennent à cette élection présidentielle, même si techniquement les chances de sa tenue s'avèrent extrêmement minces.
Ainsi, tout en rejetant ce processus électoral, les Algériens ont lancé, hier, un avertissement contre toute velléité d'aller vers un scénario «à l'égyptienne», c'est-à-dire la prise du pouvoir par l'armée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.