Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





12e vendredi de la contestation populaire : Gaïd Salah particulièrement ciblé
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 11 - 05 - 2019


EL WATAN ABDELGHANI AICHOUN 11 MAI 2019
Ils étaient des milliers de manifestants à braver la faim, la soif et la chaleur dans les rues de la capitale, pour exprimer, pour la 12e fois de suite, leur rejet du «système».
Cette fois-ci, et au vu des derniers développements qu'a connus la scène politique nationale, c'est le chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, qui a été particulièrement ciblé, comme ce fut le cas d'ailleurs, mais dans une moindre mesure, vendredi passé. Les Algériens ont également réaffirmé leur position de rejet du processus électoral en cours.
Ainsi, le slogan qui a été le plus scandé hier était «Dawla madania, machi askaria» (Etat civil et non militaire). Le scénario égyptien est dans les esprits de beaucoup d'Algériens. D'ailleurs, certains d'entre eux ont scandés également «Chaab la yourid masrahia misria» (Le peuple ne veut pas une pièce théâtrale égyptienne).
A cet effet, manifestants et politiques tiennent à exprimer leur inquiétude concernant certains aspects liés aux positions de l'institution militaire vis-à-vis du hirak, comme le fait que le chef d'état-major de l'ANP s'en tient toujours à la «voie constitutionnelle», c'est-à-dire un processus mené par le chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, débouchant sur la présidentielle du 4 juillet prochain, et les arrestations de certaines personnalités, poursuivies notamment par le tribunal militaire. «Gaïd Salah dégage», ont également scandés les manifestants, comme pour signifier d'une manière franche et directe leur mécontentement vis-à-vis de l'attitude du vice-ministre de la Défense nationale.
En plus des slogans scandés, des citoyens se sont exprimés via des pancartes ou banderoles qu'ils ont brandies. Une grande affiche, accrochée sur la façade de la Grande-Poste, a particulièrement déplu aux autorités. «Vous partirez, veut dire vous partirez. Pas de dialogue avec vous. Pas de tutelle sur la volonté du peuple.
C'est le peuple qui décide. L'armée est la nôtre et Gaïd est contre la volonté du peuple», lit-on sur cette grande banderole, sur laquelle il y avait également des photos de quelques responsables, comme Bensalah, Bedoui ou même le nouveau premier responsable du FLN, Mohamed Djemai.
Des policiers avaient tenté à maintes reprises de l'enlever, en vain. La détermination des manifestants les en a finalement dissuadés. Vendredi dernier aussi, des policiers avaient «saisis» des pancartes sur lesquelles étaient inscrits des slogans contre Gaïd Salah. Mais globalement, cela n'a eu aucune incidence sur les manifestations.
Bien évidemment, les contestataires se sont également prononcés, d'une manière claire, contre l'élection présidentielle du 4 juillet prochain. «Makanch Intikhabat ya issabat» (Pas d'élections, bandits), ont-ils scandés.
Pour la majorité des Algériens, comme c'est le cas pour ce qui est de la classe politique de l'opposition, il n'est nullement question de s'engager dans un processus électoral mené par des figures du régime bouteflikien, en l'occurrence le chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, et le Premier ministre, Nourredine Bedoui.
Ce dernier a été pendant longtemps, sous la présidence de Abdelaziz Bouteflika, ministre de l'Intérieur. Pour l'instant, et malgré ce refus de la population, les autorités s'en tiennent à cette élection présidentielle, même si techniquement les chances de sa tenue s'avèrent extrêmement minces.
Ainsi, tout en rejetant ce processus électoral, les Algériens ont lancé, hier, un avertissement contre toute velléité d'aller vers un scénario «à l'égyptienne», c'est-à-dire la prise du pouvoir par l'armée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.