551 nouveaux cas confirmés et 13 décès en Algérie    Le Général-Major Meftah Souab n'est pas en fuite    EFFONDREMENT DU TUNNEL MINIER A AIN AZAL : Une commission d'enquête pour déterminer les causes    EXPLOSIONS DE BEYROUTH : Pas d'Algériens parmi les victimes    LE CHEF D'ETAT-MAJOR CHANEGRIHA AFFIRME : La gendarmerie est l'un des piliers de la stabilité    PROTECTION CIVILE DE MOSTAGANEM : 266 interventions les jours de l'Aïd    TIZI OUZOU : Confinement partiel dans deux communes    COLLECTE DES ORDURES MENAGERES A ORAN : La mairie réquisitionne des entreprises communales    Explosion de Beyrouth: entretien téléphonique entre le président Tebboune et son homologue libanais    Confinement partiel dans les communes de Tizi Ouzou et Draâ Ben Khadda    Premiers essais de Vision-S    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Manchester United et l'Inter : objectif «Final 8»    L'eau, le feu, l'argent et les enquêtes    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Mutualisation des compétences et passage de témoin    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Un SUV pour les pays émergents    Les modalités restent à fixer    2 employés morts dans l'effondrement partiel d'un tunnel minier à Chaâba-el-Hamra    La rentrée universitaire semble compromise    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    La famille Bouchaoui sans acte de propriété    L'aide humanitaire ne suffit pas    Signature de conventions de partenariat    Les walis sommés de transmettre les registres de doléances à la Présidence    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Infantino "respectera toute décision" de la commission d'éthique    L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos serait en République dominicaine    17 morts dans des inondations dans le Nord    Charbel Wehbé, nouveau ministre des Affaires étrangères    Se reconstruire après la tragédie    "Aucun échec n'est une mort définitive"    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Décès du Pr Jean-Paul Grangaud : Condoléances du ministre de la Santé    Décès du khalife général Médina Baye (Sénégal): Condoléances du Président Tebboune    Tiaret: La ville n'aura pas son tramway    USTOMB et Tosyali Holding Algérie: Vers la mise en place de formations professionnalisantes    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Pénurie de plus de 200 médicaments    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    "Sonatrach n'est pas impliquée dans l'affaire du fuel frelaté au Liban"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





12e vendredi de la contestation populaire : Gaïd Salah particulièrement ciblé
Publié dans El Watan le 11 - 05 - 2019

Ils étaient des milliers de manifestants à braver la faim, la soif et la chaleur dans les rues de la capitale, pour exprimer, pour la 12e fois de suite, leur rejet du «système».
Cette fois-ci, et au vu des derniers développements qu'a connus la scène politique nationale, c'est le chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, qui a été particulièrement ciblé, comme ce fut le cas d'ailleurs, mais dans une moindre mesure, vendredi passé. Les Algériens ont également réaffirmé leur position de rejet du processus électoral en cours.
Ainsi, le slogan qui a été le plus scandé hier était «Dawla madania, machi askaria» (Etat civil et non militaire). Le scénario égyptien est dans les esprits de beaucoup d'Algériens. D'ailleurs, certains d'entre eux ont scandés également «Chaab la yourid masrahia misria» (Le peuple ne veut pas une pièce théâtrale égyptienne).
A cet effet, manifestants et politiques tiennent à exprimer leur inquiétude concernant certains aspects liés aux positions de l'institution militaire vis-à-vis du hirak, comme le fait que le chef d'état-major de l'ANP s'en tient toujours à la «voie constitutionnelle», c'est-à-dire un processus mené par le chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, débouchant sur la présidentielle du 4 juillet prochain, et les arrestations de certaines personnalités, poursuivies notamment par le tribunal militaire. «Gaïd Salah dégage», ont également scandés les manifestants, comme pour signifier d'une manière franche et directe leur mécontentement vis-à-vis de l'attitude du vice-ministre de la Défense nationale.
En plus des slogans scandés, des citoyens se sont exprimés via des pancartes ou banderoles qu'ils ont brandies. Une grande affiche, accrochée sur la façade de la Grande-Poste, a particulièrement déplu aux autorités. «Vous partirez, veut dire vous partirez. Pas de dialogue avec vous. Pas de tutelle sur la volonté du peuple.
C'est le peuple qui décide. L'armée est la nôtre et Gaïd est contre la volonté du peuple», lit-on sur cette grande banderole, sur laquelle il y avait également des photos de quelques responsables, comme Bensalah, Bedoui ou même le nouveau premier responsable du FLN, Mohamed Djemai.
Des policiers avaient tenté à maintes reprises de l'enlever, en vain. La détermination des manifestants les en a finalement dissuadés. Vendredi dernier aussi, des policiers avaient «saisis» des pancartes sur lesquelles étaient inscrits des slogans contre Gaïd Salah. Mais globalement, cela n'a eu aucune incidence sur les manifestations.
Bien évidemment, les contestataires se sont également prononcés, d'une manière claire, contre l'élection présidentielle du 4 juillet prochain. «Makanch Intikhabat ya issabat» (Pas d'élections, bandits), ont-ils scandés.
Pour la majorité des Algériens, comme c'est le cas pour ce qui est de la classe politique de l'opposition, il n'est nullement question de s'engager dans un processus électoral mené par des figures du régime bouteflikien, en l'occurrence le chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, et le Premier ministre, Nourredine Bedoui.
Ce dernier a été pendant longtemps, sous la présidence de Abdelaziz Bouteflika, ministre de l'Intérieur. Pour l'instant, et malgré ce refus de la population, les autorités s'en tiennent à cette élection présidentielle, même si techniquement les chances de sa tenue s'avèrent extrêmement minces.
Ainsi, tout en rejetant ce processus électoral, les Algériens ont lancé, hier, un avertissement contre toute velléité d'aller vers un scénario «à l'égyptienne», c'est-à-dire la prise du pouvoir par l'armée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.