Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 18 - 06 - 2019

Comme chaque mardi, les étudiants ont tenu ce 18 juin leur 17e manifestation contre le système en place. Ils ont , encore une fois, dit non à un Etat militaire et réitéré leur appel pour le départ de plusieurs personnalités politiques et la nécessité d'une période de transition.
Cette semaine aussi, les étudiants des différentes universités d'Alger se sont rassemblés à Place des martyrs avant d'entamer leur marche hebdomadaire. Les manifestants sont passés par Bab Azzoun, Larbi Ben M'hidi, l'avenue Pasteur, pour ensuite rejoindre le boulevard Amirouche et terminer la marche à Audin.
Une marche qui s'est déroulée relativement sans affrontements avec les forces de l'ordre. Ces derniers bloquaient comme à l'accoutumée l'accès au tunnel des facultés et les escaliers de la Grande-Poste. Et un autre cordon policier était placé à la Rue Abane Ramdane.
Arrivés au niveau de l'avenue Pasteur, les étudiants arrêtent de scander leur slogan pour ne pas perturber les lycéens qui passent l'examen du Baccalauréat. Les voix s'élèvent de nouveau, prés du commissariat central boulevard Amirouche, pour dire "nous voulons un Etat civil et non un Etat militaire".
Les étudiants arguent leur refus d'une main mise des militaires sur le pouvoir par ce qui se passe en Egypte, et considère que la mort de l'ancien président égyptien, Mohamed Morsi, est une conséquence d'un pouvoir militaire. Un étudiant brandi une pancarte sur laquelle il a inscrit "le résultat d'un pouvoir militaire, Hosni Moubarak a vécu libre alors que Mohamed Morsi est mort emprisonné".
Il ont également répondu aux convocations en justice et aux arrestations. Un étudiant mentionne sur sa pancarte "peu importe qui rentre à la prison d'El Harrach, ce qui nous intéresse ce sont ceux qui rentrent à El Mouradia".
Pour plusieurs étudiants, il s'agit de "règlements de comptes" ou de "tentatives de diversion". C'est pourquoi certains appellent à la vigilance. Une étudiante écrit sur la couverture de la constitution "Si on se tait il nous effaceront", son camarade précise sur sa pancarte "ceux qui étaient contre Bouteflika, il est parti, mais le système est toujours là. Ne reculez-pas".
Ils étaient plusieurs centaines à manifester ce 18 Juin, et même si le nombre des étudiants a baissé lors des manifestations, la détermination reste intacte.
"Nous ne sommes pas nombreux car nous avons repris les cours. Certains n'étudient pas le mardi mais d'autres si. Beaucoup sont actuellement en période d'examen et de soutenance", informe un étudiant pour justifier la baisse du nombre des étudiants pendant les manifestations.
Il ajoute que les vacances sont pour bientôt et que beaucoup vont rentrer chez eux, mais rassure que les manifestations se poursuivront jusqu'à ce que les revendications du peuple soient respectés.
Les étudiants demandent une période de transition. Une justice libre et indépendante et l'implication du peuple dans les choix pour son avenir. Ils estiment, aussi, que la stabilité du pays est tributaire du respect de la volonté du peuple.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.