Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 18 - 06 - 2019

Comme chaque mardi, les étudiants ont tenu ce 18 juin leur 17e manifestation contre le système en place. Ils ont , encore une fois, dit non à un Etat militaire et réitéré leur appel pour le départ de plusieurs personnalités politiques et la nécessité d'une période de transition.
Cette semaine aussi, les étudiants des différentes universités d'Alger se sont rassemblés à Place des martyrs avant d'entamer leur marche hebdomadaire. Les manifestants sont passés par Bab Azzoun, Larbi Ben M'hidi, l'avenue Pasteur, pour ensuite rejoindre le boulevard Amirouche et terminer la marche à Audin.
Une marche qui s'est déroulée relativement sans affrontements avec les forces de l'ordre. Ces derniers bloquaient comme à l'accoutumée l'accès au tunnel des facultés et les escaliers de la Grande-Poste. Et un autre cordon policier était placé à la Rue Abane Ramdane.
Arrivés au niveau de l'avenue Pasteur, les étudiants arrêtent de scander leur slogan pour ne pas perturber les lycéens qui passent l'examen du Baccalauréat. Les voix s'élèvent de nouveau, prés du commissariat central boulevard Amirouche, pour dire "nous voulons un Etat civil et non un Etat militaire".
Les étudiants arguent leur refus d'une main mise des militaires sur le pouvoir par ce qui se passe en Egypte, et considère que la mort de l'ancien président égyptien, Mohamed Morsi, est une conséquence d'un pouvoir militaire. Un étudiant brandi une pancarte sur laquelle il a inscrit "le résultat d'un pouvoir militaire, Hosni Moubarak a vécu libre alors que Mohamed Morsi est mort emprisonné".
Il ont également répondu aux convocations en justice et aux arrestations. Un étudiant mentionne sur sa pancarte "peu importe qui rentre à la prison d'El Harrach, ce qui nous intéresse ce sont ceux qui rentrent à El Mouradia".
Pour plusieurs étudiants, il s'agit de "règlements de comptes" ou de "tentatives de diversion". C'est pourquoi certains appellent à la vigilance. Une étudiante écrit sur la couverture de la constitution "Si on se tait il nous effaceront", son camarade précise sur sa pancarte "ceux qui étaient contre Bouteflika, il est parti, mais le système est toujours là. Ne reculez-pas".
Ils étaient plusieurs centaines à manifester ce 18 Juin, et même si le nombre des étudiants a baissé lors des manifestations, la détermination reste intacte.
"Nous ne sommes pas nombreux car nous avons repris les cours. Certains n'étudient pas le mardi mais d'autres si. Beaucoup sont actuellement en période d'examen et de soutenance", informe un étudiant pour justifier la baisse du nombre des étudiants pendant les manifestations.
Il ajoute que les vacances sont pour bientôt et que beaucoup vont rentrer chez eux, mais rassure que les manifestations se poursuivront jusqu'à ce que les revendications du peuple soient respectés.
Les étudiants demandent une période de transition. Une justice libre et indépendante et l'implication du peuple dans les choix pour son avenir. Ils estiment, aussi, que la stabilité du pays est tributaire du respect de la volonté du peuple.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.