Projet de Plan national de relance socio-économique: le Président Tebboune préside une réunion    Confinement partiel imposé dans 18 communes de Sétif : soulagement chez les citoyens    L'UE réaffirme sa position de non reconnaissance de la marocanité du Sahara Occidental    Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    IMPORTATION DE VEHICULES NEUFS EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie se prononce de nouveau    La justice libanaise este en justice le représentant de Sonatrach    MULTIPLICATION DES CAS DE CORONAVIRUS A ORAN : Les médecins tirent la sonnette d'alarme    SETIF : Retour au confinement partiel de 13h00 à 05h00    Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    M'sila: nécessité d'accélérer les travaux de la station déminéralisation de Hamam Dhalaa    Laghouat: équipement du laboratoire du nouveau CHU en appareil de dépistage du Covid19    475 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    JM Oran-2022: le COJM mobilisera près de 1 milliard de dinars pour l'équipement des sites    Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Courrier des lecteurs    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Benhadid réhabilité    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Treize activites acquittés    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    La FAF veut «assainir» le métier    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 18 - 06 - 2019

Comme chaque mardi, les étudiants ont tenu ce 18 juin leur 17e manifestation contre le système en place. Ils ont , encore une fois, dit non à un Etat militaire et réitéré leur appel pour le départ de plusieurs personnalités politiques et la nécessité d'une période de transition.
Cette semaine aussi, les étudiants des différentes universités d'Alger se sont rassemblés à Place des martyrs avant d'entamer leur marche hebdomadaire. Les manifestants sont passés par Bab Azzoun, Larbi Ben M'hidi, l'avenue Pasteur, pour ensuite rejoindre le boulevard Amirouche et terminer la marche à Audin.
Une marche qui s'est déroulée relativement sans affrontements avec les forces de l'ordre. Ces derniers bloquaient comme à l'accoutumée l'accès au tunnel des facultés et les escaliers de la Grande-Poste. Et un autre cordon policier était placé à la Rue Abane Ramdane.
Arrivés au niveau de l'avenue Pasteur, les étudiants arrêtent de scander leur slogan pour ne pas perturber les lycéens qui passent l'examen du Baccalauréat. Les voix s'élèvent de nouveau, prés du commissariat central boulevard Amirouche, pour dire "nous voulons un Etat civil et non un Etat militaire".
Les étudiants arguent leur refus d'une main mise des militaires sur le pouvoir par ce qui se passe en Egypte, et considère que la mort de l'ancien président égyptien, Mohamed Morsi, est une conséquence d'un pouvoir militaire. Un étudiant brandi une pancarte sur laquelle il a inscrit "le résultat d'un pouvoir militaire, Hosni Moubarak a vécu libre alors que Mohamed Morsi est mort emprisonné".
Il ont également répondu aux convocations en justice et aux arrestations. Un étudiant mentionne sur sa pancarte "peu importe qui rentre à la prison d'El Harrach, ce qui nous intéresse ce sont ceux qui rentrent à El Mouradia".
Pour plusieurs étudiants, il s'agit de "règlements de comptes" ou de "tentatives de diversion". C'est pourquoi certains appellent à la vigilance. Une étudiante écrit sur la couverture de la constitution "Si on se tait il nous effaceront", son camarade précise sur sa pancarte "ceux qui étaient contre Bouteflika, il est parti, mais le système est toujours là. Ne reculez-pas".
Ils étaient plusieurs centaines à manifester ce 18 Juin, et même si le nombre des étudiants a baissé lors des manifestations, la détermination reste intacte.
"Nous ne sommes pas nombreux car nous avons repris les cours. Certains n'étudient pas le mardi mais d'autres si. Beaucoup sont actuellement en période d'examen et de soutenance", informe un étudiant pour justifier la baisse du nombre des étudiants pendant les manifestations.
Il ajoute que les vacances sont pour bientôt et que beaucoup vont rentrer chez eux, mais rassure que les manifestations se poursuivront jusqu'à ce que les revendications du peuple soient respectés.
Les étudiants demandent une période de transition. Une justice libre et indépendante et l'implication du peuple dans les choix pour son avenir. Ils estiment, aussi, que la stabilité du pays est tributaire du respect de la volonté du peuple.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.