AZZEDINE MIHOUBI AFFIRME : Le Hirak a rebattu les cartes politiques en Algérie    TELEVISION : Belhimer souligne "l'urgence" de réguler les chaînes privées    MINISTERE DU COMMERCE : Rezig reçoit une délégation du FMI    LAGHOUAT : Deux sœurs meurent asphyxiées    DEMANTELEMENT D'UN IMPORTANT RESEAU DE TRAFIC DE DROGUE : La police saisit plus d'un kilo de kif à Mostaganem    Plus de 356 kg de cannabis et plus de 162.000 comprimés psychotropes saisis à Alger en 2019    L'Algérie présente au Salon international de l'Agriculture de Paris    Ajax : Le successeur de Ziyech a signé    Actes racistes en Europe, inquiétude face à la montée de l'extrême droite    Aviron: le président de la Fédération internationale en visite de travail à Alger    Ligue 1 (Classement des buteurs): Abid revient à un but de Belhoucini    Secousse tellurique de magnitude 3.0 à Sidi Bel-Abbes    Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Révolution Le nouvel élan    L'angoisse monte en Italie    La Chine progresse dans le traitement des patients atteints du nouveau coronavirus «Covid-19»    De Yalta au monde unipolaire et à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire -1re partie-    Gros risques sur les banques    Des potentialités inexploitées    Rencontre algéro-française à Alger    Le Chabab, un leader bien fragile    Le Targui    À tout jamais…    Un samedi sur un air de vendredi à Tizi Ouzou    Le chef rebelle Riek Machar investi vice-président du Soudan du Sud    Les discussions sur la Libye reprendront mercredi à Genève    Burkina Faso : plus de 700 000 déplacés en 2019    Le saviez-vous… ?    L'Algérie en quatrième position    ...sortir ...sortir ...sortir ...    "La poésie d'Anna Gréki répond à notre actualité"    Amour et oppression dans la Chine du VIIIe siècle    Un bon, devenu une brute et un truand !    Mes fausses notes    Le Nigeria réaffirme sa position constante sur la juste cause du peuple sahraoui    Coronavirus: la propagation du virus inquiète l'OMS, l'Europe menacée    Une exposition collective d'arts plastiques sur le patrimoine historique algérien à Alger    Ligue 2 : Pas de boycott de la 20e journée    Agriculture: une convention de soutien et d'accompagnement des startups dans le Secteur    Mouvements de grèves sauvages: Le ministère de l'Education met en garde    Le Hirak boucle sa première année    Regards opposés    Tébessa: Un mort dans une collision    BARRICADES INOPERANTES    "C'est le peuple qui a sauvé le pays"    Lancement du nouveau Groupement algérien des acteurs du numérique    Samsung prépare sa DexBook : Transformer son smartphone en PC    Victoire impérative des Verts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les anciens militaires partie prenante de la contestation
Ils adoptent le mot d'ordre de rejet du système
Publié dans Liberté le 18 - 03 - 2019

Plusieurs régions du pays, ont vécu, hier, au rythme des marches, sit-in et rassemblements des anciens de l'ANP, pour exprimer leur total attachement aux revendications du peuple.
C'est ainsi qu'à Sétif, des centaines d'anciens et retraités de l'armée nationale ont manifesté, hier, devant le siège de la wilaya pour exprimer leur refus d'une nouvelle mandature pour le président sortant Abdelaziz Bouteflika, voire un refus catégorique de tout prolongement du mandat en cours.
Les marcheurs ont scandé des slogans hostiles au clan qui gouverne en Algérie dont certains ont donné la chair de poule aux passants, à savoir : "Ya Amirouche, ya Hawes, l'Algérie mahich labès" (l'Algérie ne va pas bien), "Nous ne voulons pas d'anciens visages du système au gouvernement", "Système dégage !", "Les anciens de l'armée ne veulent ni Bouteflika ni Saïd"…Très bien organisés et bien encadrés, les manifestants qui sont arrivés devant le portail de la wilaya sur l'avenue de l'ALN, ont été longuement applaudis par les passants.
À Guelma également, ce sont plusieurs centaines d'anciens militaires, dont certains revêtus de treillis, ont arpenté à pied et à bord de véhicules les principales artères de la ville. Brandissant des banderoles et des pancartes et agitant l'emblème national, ils ont scandé à tue-tête des slogans hostiles au pouvoir actuel, tels que : "Ni Bouteflika ni Saïd !", "Dégagez !", "Armée et peuple sont des frères !", "Le peuple est souverain !", "Le système doit dégager !". La manifestation s'est déroulée au son de la derbouka dans une ambiance festive et elle s'est achevée vers 13 heures dans le calme.
À Bordj Bou-Arréridj, plusieurs dizaines d'anciens militaires et rappelés ont organisé, un rassemblement au centre-ville.
Ils demandent le respect des lois et de la Constitution et dénoncent l'entêtement du pouvoir. Tout au long de la procession, les anciens militaires ont scandé des slogans appelant au départ du Président dès la fin de son mandat.
Tandis qu'à Oum El-Bouaghi, environ 200 personnes se sont rassemblées, dimanche matin, dès 9h, sur la place de l'APC, pour entamer une marche pacifique tout en scandant : "Pas de Président par procuration, il existe des hommes en Algérie", "Bouteflika rouh tertah", "Silmiyin, silmiyin", "Watani, Watani, ghali thamani". Sur les pancartes brandies par les manifestants, l'on pouvait lire : "Le peuple refuse Lamamra et Bedoui", "Non à la prolongation du 4e mandat", ou encore "Le peuple refuse la violation de la Constitution".
Puis les manifestants ont traversé l'avenue du 18-Février, le boulevard de l'Aurès et l'avenue Houari-Boumediene pour atteindre le siège du secteur militaire Chahid Fentazi-Mohamed, en scandant : "Djeïch chaab, khaoua, khaoua". Enfin, à Sidi Bel-Abbès, une centaine de membres de la coordination de la wilaya ont, dès 10h, organisé un rassemblement sur la place du 1er-Novembre, où ils ont scandé des slogans hostiles aux propositions du président de la République, à savoir le report de l'élection présidentielle du 18 avril et l'organisation d'une période de transition.
Tout en apportant leur soutien au mouvement populaire initié en ce sens, les manifestants qui affirment que la coordination des militaires à la retraite, des blessés, des radiés et des ayants droit au même titre que l'ensemble du peuple algérien, restent mobilisés et engagés contre le pouvoir en place et qui, selon eux, "a plongé le pays dans une crise multidimensionnelle empêchant l'émergence d'une véritable démocratie". À la fin du sit-in, les manifestants se sont dispersés dans lecalme.
Synthèse correspondants


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.