Juventus : Ronaldo n'ira pas au Sporting    Real Madrid: Zidane aurait pris sa décision    Oran: les traditionnelles photos de l'Aïd indétrônables    Délégation nationale aux risques majeurs: Promulgation d'un décret exécutif    Exactions au temps du Hirak : Affaire d'Oran, la fabrication de l'ennemi    Inondations à M'sila: la PC découvre un cadavre    Vendredi 117 : Marche empêchée et des interpellations y compris de journalistes    Mali: démission du gouvernement, Ouane reconduit    Coronavirus: 170 nouveaux cas, 134 guérisons et 5 décès    Palestine: Session publique du Conseil de sécurité dimanche    Aïd el-Fitr: le respect par les commerçants du programme de permanence salué    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    CRB-EST, maintenu pour le 15 mai à 17h    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 16 - 04 - 2021

Depuis l'avènement du hirak, la question culturelle n'est plus réduite à la région de Kabylie. Et même lorsque le général Gaid Salah a voulu, en juin 2019, interdire l'emblème culturel amazigh, la réponse des Algériens a été à la hauteur des enjeux. En effet, ils savaient que cette question a toujours été utilisée par le régime pour les diviser. Du coup, bien que la date du 20 avril ne soit pas célébrée partout en Algérie, il n'en reste pas moins que son message politique et sa philosophie ne cessent de gagner du terrain. En tout cas, depuis le 22 février 2019, les Algériens savent que leur union dans la diversité –quelles soient culturelles ou politiques –est la condition sine qua non de leur victoire sur un régime qui ne cherche que les intérêts de son clan.
Les règlements de compte après le départ de Bouteflika en sont la preuve tangible. Ainsi, sur ses trois derniers premiers ministres, deux sont en prison et le troisième est à El Mouradia. Toutefois, dans sa logique de survie, le nouveau régime –qui n'a rien à voir avec la nouvelle Algérie –continuera à agiter les facteurs de division. En s'appuyant sur ses alliés naturels et d'autres alliés contre-nature, il tentera de semer la division en tentant de réduire le message politique du 20 avril à une seule région du pays, alors que les revendications de ce mouvement, à ce moment-là, étaient nationales.
Le premier à réagir à cette stratégie du régime, c'est Ferhat Mehenni. A quelques jours du 41eme anniversaire du printemps algérien, il a accordé une interview à un journal officiel marocain pour verser tout son venin sur la révolution du sourire. « C'est le clan Nezzar-Toufik qui instrumentalise le hirak en Kabylie où, chaque vendredi, ils envoient leur pléthore d'agents par dizaines de bus, encadrant les marches à Vgayet et Tizi-Ouzou en scandant des slogans pro algériens », dit-il toute honte bue. Même l'entourage de Tebboune n'aurait pas trouvé une meilleure formulation. Dans le fond, le hirak ne peut pas s'arrêter à ces déclarations d'une personne qui est en déphasage total avec la société.
Et qui plus est, la question du MAK a été résolue dès février 2019. Lorsque les quelques partisans de ferhat Mehenni ont tenté d'intégrer les rassemblements avec leur tissu les distinguant, les manifestants les ont renvoyés, car les causes défendues par les uns et les autres étaient diamétralement opposées. D'ailleurs, même sur la question des détenus –il faut avouer que le régime emprisonne davantage de hirakistes que de séparatistes –, chaque bord défend les siens.
Mais, pour le moment, le principal enjeu est le départ des responsables politiques de la crise algérienne. Fidèle à son caractère inclusif, le hirak poursuivra son combat dans l'union et le respect des différences, pour peu que celles-ci soient exclusivement algériennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.