Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Farid Cherbal. Syndicaliste et universitaire :« Les syndicats autonomes se sont mués en mouvement de résistance sociale »
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 10 - 11 - 2009


El Watan, 10 novembre 2009
- Cinq syndicats autonomes – Cnapest, Snapest, Snapap, Satef, Unpef – sont à la tête d'un mouvement de protestation monstre qui paralyse le secteur de l'éducation. D'autres mouvements de débrayage sont programmés pour les prochains jours, notamment dans les secteurs de la santé, de l'enseignement supérieur et de l'administration. Le potentiel mobilisateur des syndicats autonomes ne cesse de croître, une évidence que les pouvoirs publics s'entêtent à ignorer. Le dialogue social peut-il s'instaurer dans l'exclusion de ces syndicats ?
- Le refus de la reconnaissance des syndicats autonomes comme partenaire social ne date pas de cette grève. Ce n'est pas nouveau. Le mouvement syndical autonome, depuis son apparition après la Constitution de 1989, à de rares exceptions, a toujours buté sur le refus des pouvoir publics d'ouvrir un dialogue social comme le stipulaient pourtant les lois sociales.Je rappelle à ce titre les lois 90-02 et 90-14 qui régissent l'activité syndicale et le dialogue social en Algérie. Les pouvoirs publics n'ont jamais négocié ni amorcé un dialogue autour des revendications socioprofessionnelles des travailleurs. Des revendications aussi vieilles que le mouvement syndical autonome lui-même. Ce qui est par contre nouveau, surtout depuis les trois jours de grève des syndicats autonomes de la Fonction publique en février 2008 et la grève unitaire d'avril 2008, c'est l'apparition d'un mouvement de résistance sociale. Un mouvement de résistance qui s'installe dans la durée, qui profite du recul des luttes politiques des partis traditionnels et qui traduit aussi la mutation du syndicalisme autonome d'une identité corporatiste qui l'a toujours caractérisé en syndicalisme unitaire. Cette mutation est particulièrement visible dans le secteur de la Fonction publique où les luttes syndicales associent à la fois les travailleurs des secteurs de l'éducation, de la santé, de l'administration, etc. L'apparition des actions unitaires dans la Fonction publique est essentiellement due au fait que les revendications sont communes. Les syndicats autonomes n'ont de ce fait d'autre option que de transcender leur corporatisme pour revenir au syndicalisme unitaire, seul à même d'instaurer un rapport de force nouveau sur la scène sociale et syndicale. On le voit très bien, c'est la première fois depuis 2003 que les trois paliers de l'éducation nationale sont totalement paralysés. L'impact de cette grève est immense.
- Le gouvernement ne donne aucun signe de fléchissement de sa position, de sa logique. Quel est votre commentaire ?
- Les pouvoirs publics ne peuvent pas camper éternellement sur cette position qui s'apparente à un déni de la réalité. Tant que le mouvement syndical autonome était corporatiste, les pouvoirs publics pouvaient encore manœuvrer. Cette marge de manœuvre devient moins évidente avec ce syndicalisme autonome, nouveau, associant tous les travailleurs de la Fonction publique et adoptant des luttes unitaires. Le déni de la réalité ne pourra pas durer éternellement. Aussi j'ajoute que cette résistance sociale traduit incontestablement l'échec du pacte économique et social. La réalité vient de les rattraper, pour leur dire, une fois encore, qu'il n'y aura pas de paix sociale en Algérie si les pouvoirs publics ne comprennent pas une vérité historique irréversible : seule l'ouverture du dialogue social et la reconnaissance du mouvement syndical autonome comme partenaire à part entière pourra permettre à notre pays d'avoir des mécanismes régulateurs de dialogue social autour des revendications socioprofessionnelles.
- L'Ugta a déserté le terrain des luttes sociales, l'appareil est-il voué à disparaître au bénéfice du mouvement syndical autonome ?
- Je vous donne deux exemples édifiants, qui traduisent à mon sens les contradictions qui agitent actuellement l'Ugta. Le renouvellement, l'été dernier, de la section syndicale UGTA d'ArcelorMittal est un exemple de mouvement syndical démocratique et revendicatif. Pour défendre leur usine, leur emploi, les travailleurs d'El Hadjar ont repris en main leur section syndicale. Cela s'est fait de manière très démocratique. Pourtant, ce mouvement s'est opéré à l'intérieur de l'UGTA. Cette contradiction n'est pas un cas isolé. On peut rappeler la coordination des syndicats de l'éducation mise en place dans les années 1990 par le regretté Redouane Osmane ; c'était sous l'égide de l'UGTA. Cette coordination était le véritable ancêtre des syndicats autonomes de l'éducation. Le deuxième exemple nous vient du syndicat UGTA des travailleurs du port d'Alger. Les luttes des travailleurs de ce secteur névralgique par excellence sont tout aussi édifiantes. La dynamique actuelle, insufflée par les syndicats, les syndicats autonomes surtout, est en train de pénétrer, par capillarité, à l'intérieur de l'UGTA. Une dynamique qui accentue les contradictions qui existaient déjà entre l'appareil syndical traditionnel de l'UGTA, qui lui a depuis des années abandonné les luttes revendicatives pour devenir un partenaire à part entière des pouvoirs publics et qui a validé toutes les politiques économiques et le segment revendicatif à l'intérieur de l'UGTA qui subsiste et persiste toujours. Conclusion : le syndicalisme revendicatif et démocratique à l'intérieur de l'UGTA n'a pas disparu.
- Pourquoi, selon vous, les syndicats autonomes n'arrivent-ils pas à investir le secteur économique ?
- C'est lié à l'histoire et aux limites du syndicalisme autonome tel qu'on l'a connu dans les années 1990, c'est-à-dire corporatiste. Mais attention, même dans le secteur économique, on commence à se battre avec les valeurs du syndicalisme autonome. Autrement dit, un syndicalisme démocratique, revendicatif. Dans ce climat de détresse sociale couplé avec les effets de la crise économique, le secteur économique ne peut pas rester en marge de la dynamique actuelle. Il n'est pas exclu de voir en son sein l'émergence de syndicats autonomes si des réponses ne sont pas apportées aux revendications socioprofessionnelles de l'ensemble des travailleurs. Tout dépendra de la capacité du syndicalisme autonome à transcender ses clivages corporatistes ; il pourrait, le cas échéant, servir de repaire pour le syndicalisme dans le secteur économique, public ou privé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.