Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Actu
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 05 - 2018

Twitter exhorte tous les utilisateurs à changer les mots de passe
Twitter a exhorté ses 330 millions d'utilisateurs à changer leurs mots de passe après qu'un bug eut permis de les stocker en format un texte lisible sur son système informatique interne au lieu d'être cryptés par un processus connu sous le nom «hachage».
Le réseau social a révélé le problème dans un blog et une série de tweets, jeudi dernier. «Nous avons corrigé le bug et n'avons aucune indication d'une violation ou d'une mauvaise utilisation par quiconque», a déclaré le directeur général Jack Dorsey dans un tweet. «Par mesure de précaution, pensez à changer votre mot de passe sur tous les services où vous avez utilisé ce mot de passe.» Le blog n'a pas indiqué combien de mots de passe ont été affectés. Une personne familière avec la réponse de l'entreprise a déclaré que le nombre était «important» et qu'ils ont été exposés pendant «plusieurs mois». La divulgation intervient alors que les législateurs et les régulateurs à travers le monde examinent la manière dont les entreprises stockent et sécurisent les données des consommateurs, après une série d'incidents de sécurité chez Equifax, Facebook et Uber Technologies. L'Union européenne devrait, à la fin de ce mois, commencer à appliquer une nouvelle loi stricte sur la protection de la vie privée, le règlement général sur la protection des données (RGPD), qui prévoit des frais élevés pour les contrevenants. Le problème était lié à l'utilisation du «hachage» par twitter et à l'écriture de mots de passe sur un journal interne de l'ordinateur avant que le processus de brouillage ne soit terminé, selon le blog. La société a également conseillé aux utilisateurs de permettre au service d'authentification à deux facteurs de twitter d'empêcher le piratage des comptes.
L'Iran lance une cryptomonnaie à usage interne
Après avoir interdit, une semaine auparavant, à toutes les banques du pays de traiter des cryptomonnaies en raison de risques de blanchiment d'argent, l'Iran a mis au point une cryptomonnaie expérimentale à usage interne, a annoncé, samedi dernier, le ministre iranien de l'Information et des Technologie de la communication. «L'interdiction faite par la banque centrale ne signifie pas une prohibition ou une restriction sur l'utilisation des devises digitales dans le développement intérieur», a commenté Mohammad Javad Azari-Jahromi. «La semaine passée, lors d'une réunion destinée à examiner l'avancement du projet, il a été annoncé que le modèle expérimental était prêt», a-t-il ajouté. Après une chute de sa monnaie, le rial, à un plus bas niveau historique, en raison de la crainte d'un retour des sanctions économiques en cas de sortie des Etats-Unis de l'accord sur le programme nucléaire, l'Iran a décidé, en avril, de l'unification de son marché des taux de change et une interdiction des activités de change en dehors des établissements bancaires.
Les plateformes numériques transforment les habitudes des consommateurs
Quelque 20% des Sud-Africains qui s'abonnent à un service de vidéo à la demande (SVOD) comme Netflix ou Showmax le font avec l'intention d'annuler leur abonnement à la télévision payante. C'est ce que révèle le sondage international ViewScape de GfK, cité par IT News Africa, qui couvre cette année l'Afrique du Sud, le Kenya et le Nigeria. L'étude, qui a interrogé 1 250 personnes représentatives des adultes urbains sud-africains ayant un accès à internet, montre que 90% des adultes utilisent au moins un service de vidéo en ligne et qu'un peu plus de la moitié payent pour regarder du contenu numérique. L'utilisateur moyen passe environ 7 heures et 2 minutes par jour à consommer du contenu vidéo, la télévision ne représentant que 42% du temps que les Sud-Africains passent devant un écran. Les consommateurs d'Afrique du Sud consacrent presque autant de leur temps d'écoute quotidien — 39% du total — à regarder des sources vidéo numériques gratuites telles que YouTube et Facebook. L'étude montre qu'un peu plus d'un tiers des adultes sud-africains utilisent des services de vidéo à la demande en continu (SVOD), avec seulement 16% des utilisateurs de SVOD qui souscrivent à plusieurs services. Environ 23% utilisent des plates-formes payantes telles que DSTV Box Office, tandis qu'environ 10% téléchargent du contenu piraté sur internet.
Les blogueurs tanzaniens face à la répression de l'Etat
Vendredi dernier, les blogueurs et militants tanzaniens ont obtenu une injonction temporaire de la justice bloquant une décision du gouvernement d'enregistrer leurs plateformes en ligne. Le régulateur tanzanien des communications a donné aux blogueurs, ainsi qu'aux propriétaires d'autres forums en ligne tels que les chaînes de télévision YouTube, jusqu'au 5 mai pour tenir compte des nouvelles règles strictes du contenu internet grâce à l'enregistrement officiel et à des frais de licence allant jusqu'à 900 $. Six organismes de surveillance des droits de l'Homme, des organisations de médias et des blogueurs ont déposé une plainte auprès de la Haute Cour de Tanzanie demandant au pouvoir judiciaire de bloquer l'application de la réglementation, arguant qu'elle violait la liberté d'expression et la vie privée des internautes. Dans sa décision, un juge a ordonné au ministère de l'Information et à l'autorité de régulation des communications (TCRA) de ne pas appliquer le délai en attendant une autre audience pour statuer sur l'affaire. Les nouvelles règles exigent également que les blogueurs fournissent des détails sur les actionnaires, le capital social, la citoyenneté des propriétaires, les programmes de qualification et de formation du personnel, ainsi qu'un certificat d'exonération fiscale, pour obtenir une licence d'exploitation. Le nombre d'internautes en Tanzanie a augmenté de 16% en 2017 pour atteindre 23 millions, soit environ 44% de la population, la plupart se connectent via leurs smartphones.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.