Le FFS s'indigne et demande le retrait de l'article 87 bis du code pénal    Domenech abonde dans le sens de Belmadi et ses propos sur Delort    L'Algérien Mohamed Belhocine élu    Des mesures urgentes pour "décongestionner" Alger    Milan AC : Ibrahimovic fait son retour dans le groupe    Stambouli : "Nous sommes prêts pour le défi"    Tirage au sort des barrages le 18 décembre à Doha    Début des travaux de regarnissage de la pelouse    Signature de trois conventions-cadres avec l'Anade    Campagne de maintenance des raccordements au gaz naturel    Arrestation de trafiquants de drogue présumés    La Seine d'horreur    De la berceuse de Fairouz ou de l'audit ?    sortie culturelle    CS Constantine-MC Oran en ouverture de la saison    Galtier trouve Belmadi «excessif»    Belmadi invité à la visioconférence    6 morts et 30 blessés dans des échanges de tirs à Beyrouth    Le marché de gros de Semmar prochainement transféré à El-Kharrouba    Une entrée de gamme satisfaisante    Violent incendie dans un appartement    Jambes lourdes et alimentation équilibrée    Mon beau chien Giscard...    Comment bloquer les appels indésirables ?    Elections à l'algérienne et syndrome du boycott    Ils ne nous aiment pas...    Focus sur le cinéma d'émigration    Ouverture aujourd'hui à Annaba    Une visite et des attentes    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Belaribi brandit l'expérience algérienne    C'est l'apanage des mamans!    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    Quelles incidences?    Des rejets à la pelle    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    La France muette face à ses massacres    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le soufisme à l'honneur à la Cinémathèque
Deux films turcs y ont été projetés
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 07 - 2018

L'ambassade de Turquie en Algérie a organisé, lundi, deux projections de films à la Cinémathèque d'Alger du réalisateur Kürsat Kizbaz, autour du thème de l'amour dans sa dimension soufie.
La Turquie, plus précisément la ville de Konya, est, comme tout le monde le sait, le berceau de la confrérie des Derviches tourneurs fondée par le mystique afghan Jalal-Eddine Rumi. Le pays reste marqué par l'héritage de ce soufi dont la pensée, traduite dans toutes les langues, rencontre un engouement mondial. Le cinéma turc est également empreint de cette culture de la tolérance, de la paix, de l'amour universel et de la spiritualité délestée du dogme.
Deux films, une fiction et un documentaire ont été projetés autour de ce thème à la Cinémathèque algérienne à l'initiative de l'ambassade de Turquie : Somuncu Baba Askin Sirri (Père boulanger – Les mystères de l'amour) et Mevlana askin Dansi (Mawlana, la danse de l'amour). Le premier, un long-métrage d'une durée de 100 minutes est un bio-pic du célèbre mystique turc Somuncu Baba, de son vrai nom Cheikh Hamidi Vali (1331-1412), qui enseigna les préceptes du soufisme dans la ville turque de Bursa sous l'égide du sultan ottoman Bayezid 1er. Plusieurs de ses disciples deviendront à leur tour de grands maîtres soufis.
Rythmé par le son de la flûte, un instrument emblématique de la musique soufie, le film raconte la trajectoire et les enseignements de l'ascète, surnommé le boulanger en référence à ce métier humble qu'il a choisi d'exercer à Bursa pour s'éviter le culte de la personnalité. La facture classique et la dimension didactique du film ne lèsent pas pour autant le travail approfondi sur le personnage dont le réalisateur réussira à mettre en relief le style de vie dépouillé et la beauté d'une pensée transcendante.
Le second film, signé par le même réalisateur, est un documentaire consacré à Jalal Eddine Rumi, certainement le soufi le plus célèbre au monde à l'heure actuelle, en raison de l'accessibilité et la popularité de certains de ses ouvrages. En effet, le fondateur des Derviches tourneurs et de la spiritualité du «Samaâ» (l'écoute) a, certes, laissé un livre phare et, néanmoins, ésotérique (El mouthnawi) mais aussi des recueils de poésie et autres œuvres dont la simplicité du style et l'universalité du contenu en font des livres de chevet pour des millions de personnes à travers le monde grâce à un réseau de traduction étendue.
Dans ce film intitulé Mevlana, la danse de l'amour, Kürsat Kizbaz alterne entre reconstitution et interventions d'universitaires, notamment américains, pour suivre la trace de ce mystique hors pair dont les vers et les enseignements continuent d'influencer et de guider des centaines de milliers de personnes, sept siècles après sa mort. De son arrivée à Baghdad à la fondation des derviches à Konya (Turquie), en passant par le récit de son amitié fusionnelle avec Shams de Tabriz et l'effroyable assassinat de ce dernier par les disciples de Rumi, le documentaire passe au crible le cheminement exceptionnel du maître tout en apportant des éclairages variés sur son œuvre grâce aux interviews avec des chercheurs et spécialistes du soufisme. Kürsat Kizbaz est un jeune réalisateur passionné de soufisme dont les trois films sont consacrés à des personnages emblématiques de cette philosophie spirituelle.
En plus de Rumi et de Somuncu Baba, il signe un bio-pic autour d'un autre mystique incontournable de Turquie, le poète Yunus Emre (1240-1321).
Sarah H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.