Un panel qui n'aura pas de sens si le mouvement populaire n'obtient pas satisfaction sur ses préalables    Pouvoir-opposition: Dialogue de sourds, divergences et risque de statuquo    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Un bien détestable président    LE JUSTE MILIEU    Finale de la CAN 2019: Algérie-Sénégal, vendredi à 20h00: Rendez-vous avec l'histoire    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Neuf individus arrêtés: Un trafic de véhicules et de faux et usage de faux démantelé    Remchi: 71 familles recasées dans le cadre du RHP    Le Hirak : ne pas brouiller son message nationaliste !    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    M. Chahar Boulakhras, P-DG de la Sonelgaz, à la Radio : "Nous avons connu un pic historique de 15 133 mégawatts"    CAN-2021: Tirage au sort ce jeudi au Caire    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Utilisation en ligne des techniques de sensibilisation à la protection de l'environnement: 30 étudiants de l'Est du pays en formation à El-Tarf    Alors que les citoyens dénoncent la suspension de l'AEP durant cette période caniculaire : Les responsables concernés restent imperturbables !    Sahel : Bamako salue le rôle «éminent» de l'Algérie    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Le calvaire des usagers    Les Verts en quête d'une 2e étoile    Les résultats connus aujourd'hui    Création d'un comité de suivi    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    Real : Zidane sur le point de perdre 3 de ses joueurs favoris ?    MAHIEDDINE TAHKOUT : Zoukh de nouveau devant la Cour Suprême    Les C400X et C400GT arrivent    Ils seront plus de onze millions à la rentrée prochaine    Les étudiants résistent    Du 28 au 30 septembre à Tébessa    ACTUCULT    Une nouvelle initiative de dialogue lancée    Une statistique qui profite à l'Algérie avant la finale    Une médiation morte avant de commencer    Baisse drastique des réserves de change    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Victoire écrasante du parti au pouvoir aux législatives sur fond de soupçons de fraude pour la présidentielle
Zimbabwe
Publié dans Le Soir d'Algérie le 02 - 08 - 2018

Le parti au pouvoir au Zimbabwe depuis 1980, la Zanu-PF, a décroché la majorité absolue des sièges à l'Assemblée nationale, selon des résultats officiels annoncés mercredi, alors que le décompte des voix pour la présidentielle se poursuit sur fond d'accusations de fraude lancées par l'opposition.
Les observateurs de l'Union européenne (UE) doivent rendre public mercredi leur rapport préliminaire sur les élections présidentielle, législatives et municipales de lundi, les premières depuis la chute du président Robert Mugabe, tombé en novembre après près de quatre décennies au pouvoir.
La mission de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) a elle d'ores et déjà salué «l'environnement pacifique» qui a prévalu pendant la campagne pré-électorale et le jour du vote et «donné au peuple zimbabwéen la possibilité d'exercer son droit constitutionnel». Dans le cas où les résultats seraient contestés, la SADC a en outre «exhorté» les candidats «à s'abstenir de toute forme de violence».
Les scrutins de l'ère Mugabe ont été régulièrement entachés de fraude et de violences. Son successeur et ancien bras droit Emmerson Mnangagwa, soucieux de se démarquer de son ex-mentor, a promis cette année des élections justes, pacifiques et transparentes. Pour preuve de sa bonne volonté, il a invité des observateurs occidentaux à observer le vote, une première en seize ans.
Mercredi, la commission électorale (ZEC) a publié les premiers résultats partiels des législatives. Sur 153 des 210 circonscriptions du pays, «la Zanu-PF obtient 110 sièges, tandis que le MDC (Mouvement pour le changement démocratique) obtient 41 sièges», a annoncé le groupe audiovisuel public ZBC, citant les résultats de la commission.
Selon ces chiffres, la Zanu-PF a donc obtenu la majorité absolue à la chambre basse. Ni la Zanu-PF ni le MDC n'ont immédiatement réagi à ces premiers résultats officiels des législatives, mais le patron du MDC, Nelson Chamisa, a affirmé que ceux de la présidentielle étaient en train d'être truqués.
La commission électorale, critiquée pour sa partialité pendant les scrutins de l'ère Mugabe, «cherche à publier des résultats pour gagner du temps et inverser la victoire du peuple à l'élection présidentielle», a affirmé Nelson Chamisa sur son compte Twitter.
«La stratégie est destinée à préparer mentalement le Zimbabwe à accepter de faux résultats pour la présidentielle. (....) Nous avons remporté le vote populaire et nous le défendrons», a-t-il assuré.
Des premiers résultats partiels de la présidentielle, qui se joue essentiellement entre Emmerson Mnangagwa et Nelson Chamisa, seront annoncés mercredi à la mi-journée, selon la ZEC, qui la veille tablait seulement sur vendredi ou samedi.
Si personne n'obtient la majorité absolue au premier tour de la présidentielle, les deux candidats arrivés en tête s'affronteront lors d'un second tour prévu le 8 septembre.
Mercredi matin, plusieurs centaines de partisans de l'opposition se sont rassemblés devant le siège du MDC à Harare, où étaient stationnés des camions équipés de canons à eau et du personnel anti-émeute. «On ne veut pas les soldats dans la rue. Ils ne vont pas nous faire taire avec leurs fusils», a prévenu Beridge Takaendesa, un ancien agent immobilier de 43 ans.
«Les résultats sont biaisés, donnant l'impression que la Zanu-PF a gagné pour que nous préparions à la victoire de ED (Emmerson Mnangagwa)», a ajouté Lawrence Maguranyi, un étudiant de 21 ans.
Les résultats des législatives annoncés mercredi par la ZEC contredisent les annonces la veille du MDC, qui avait revendiqué la victoire.
Une proclamation qui a suscité la colère du gouvernement qui a menacé d'arrestations ceux qui annoncent des résultats alors que le décompte se poursuit.
De son côté, le président Mnangagwa, patron de la Zanu-PF, s'était dit confiant mardi dans la victoire. «Les informations obtenues par mes représentants sur le terrain sont extrêmement positives», a-t-il assuré.
Les électeurs se sont déplacés en masse lundi pour les premières élections générales post-Mugabe, alors que le pays est embourbé dans une grave crise économique depuis près de deux décennies.
Robert Mugabe, lâché par l'armée et son parti de la Zanu-PF après avoir limogé Emmerson Mnangagwa de son poste de vice-président, avait été contraint de démissionner en novembre après trente-sept ans au pouvoir.
Dimanche, lors d'une conférence de presse surprise, le nonagénaire a annoncé qu'il ne voterait pas Zanu-PF, laissant sous-entendre qu'il glisserait un bulletin Chamisa.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.