Neutralité écornée    Alger: Trois militants du FFS arrêtés    Importation des véhicules en CKD: Une facture de près de 3 milliards de dollars    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Division nationale amateur - Est: Le MOC et le CRBOD en arbitres    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Lutte contre l'habitat précaire: Réception de plus de 3.500 nouveaux logements, fin 2019, à Misserghine    Ils seront installés le mois d'avril prochain pour la gestion des plages: Un administrateur et deux élus, dans chaque commune côtière    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    La balle dans le camp des actionnaires    L'Histoire des peuples ne se falsifie pas    Session de formation au profit d'officiers de la police mauritanienne    Ligue des champions    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Partenaire de la Fédération Algérienne d'Escrime : Ooredoo accompagne l'équipe nationale dans la Coupe du monde de Sabre féminin-junior    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Réunion des partis de l'opposition    Deux suspects arrêtés    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Chine ne dévaluera «jamais» le yuan
Guerre commerciale
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 09 - 2018

Le Premier ministre chinois Li Keqiang a fustigé hier mercredi «l'unilatéralisme» menaçant le libre-échange mondial, après une escalade du conflit commercial entre Pékin et Washington, tout en assurant que la Chine ne dévaluerait «jamais» sa monnaie pour maintenir à flot ses exportations.
«Il est essentiel que nous défendions les principes fondamentaux du multilatéralisme et du libre-échange», a martelé M. Li, devant un parterre de dirigeants économiques, ouvrant l'édition chinoise du Forum économique mondiale à Tianjin (est).
Après l'annonce, hier mercredi de nouvelles taxes douanières américaines contre la Chine, le Premier ministre a vigoureusement démenti que Pékin dévaluait délibérément le yuan pour aider ses exportateurs et modérer l'impact des tensions commerciales, comme l'en accuse Donald Trump.
Si le yuan a effectivement décroché face au dollar ces derniers mois, «il n'y a aucune preuve» de manipulation. «La Chine ne s'engagera jamais sur la voie d'une dépréciation du yuan pour stimuler ses exportations, car (ceci) lui apporterait bien plus de maux que de bienfaits», a-t-il souligné.
Un repli persistant pourrait déstabiliser le système financier et précipiter les fuites de capitaux hors du pays, la hantise de Pékin.
Le yuan a perdu quelque 8% par rapport au dollar depuis avril, mais les experts y voient avant tout la pression des tensions commerciales et la banque centrale chinoise s'efforce... d'en soutenir le cours.
Les différends commerciaux «doivent être résolus par la négociation» car «l'unilatéralisme» n'offre aucune solution, a également observé Li Keqiang.
L'administration Trump a frappé de tarifs douaniers à 10% quelque 200 milliards de dollars d'importations annuelles de produits chinois, s'ajoutant à 50 milliards de dollars de biens déjà surtaxés.
Le géant asiatique a aussitôt répliqué en ciblant 60 milliards de dollars de biens américains importés en Chine. Il surtaxe désormais 110 milliards de dollars de produits des Etats-Unis.
Ces salves de taxes commerciales interviennent alors que l'économie chinoise reste sous pression, les investissements dans les infrastructures s'essoufflant à des niveaux jamais vus, et le Premier ministre a lui-même reconnu «des difficultés accrues» pour maintenir une croissance stable.
Pour autant, Pékin ne va pas adopter de vastes plans de relance, a-t-il affirmé, suggérant que le pays n'injectera pas, comme lors de la crise financière de 2008, des flots de liquidités dans l'économie pour stimuler l'activité, à l'heure où le géant asiatique ploie déjà sous un endettement colossal dépassant 250% de son PIB.
«Ces 40 dernières années, la Chine a toujours franchi les épreuves (...) Nous allons continuer d'approfondir nos vastes réformes», notamment en ouvrant davantage l'économie, en allégeant le fardeau fiscal, ou en réduisant les droits de douane tous azimuts, a promis Li Keqiang.
Face au protectionnisme de Washington, Pékin s'affiche volontiers en héraut du libre-échange, même si les entreprises occidentales déplorent toujours une longue liste de barrières réglementaires persistantes limitant drastiquement leur accès au marché chinois.
L'ouverture de la Chine «va s'accélérer» et les firmes étrangères «seront traitées équitablement, sans discrimination», a lancé Li Keqiang. Des propos qu'il avait déjà prononcés, quasiment mot pour mot, à l'édition 2013 du Forum économique mondial en Chine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.