Le clan Tliba en perte de vitesse    Présidentielle : il y aura de l'ambiance !    Les experts pointent les insuffisances et contraintes du secteur    Les parlementaires s'y intéressent    Le Front Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Plus de Prozac dans la soupe, peut-être ?    Que de derbies !    Une finale avant la lettre entre les plus titrés    Le NAHD voit désormais grand    «Nous avons été poussés à la contestation»    Médecins, l'autre harga    Le photographe de presse Benhlima Abdelkrim porté disparu en mer    Au royaume des poètes arabes    Des écrivaines qui valent leur pesant de poudre    Vers la création d'un orchestre symphonique amazigh    Lutte contre la criminalité : Près de 40 kg de cannabis saisis en décembre dernier    Présidence tournante en Union européenne: La Roumanie veut une Europe de cohésion    L'opposition piégée ?    Tizi Ouzou: Un homme tué par le monoxyde de carbone    Urgences du CHUO: Près de 14.000 consultations et 1.900 admissions en 1 mois    Saisie de 100 kilos de kif    EN - En prévision de la CAN-2019: Belmadi dégrossit la liste élargie de 45 joueurs    Fin du suspense mais un emballement politique relatif    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Le rêve et la chaloupe    Victoire de Ouarghi de l'OFAC    Le GS Pétroliers évoluera dans le groupe D    Italie: Déception et colère après la sanction maintenue contre Koulibaly    Salon national de l'emploi et de la formation La 13ème édition du 29 au 31 janvier à Alger    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    Renault : Une semaine décisive pour l'après-Ghosn    Madagascar : Andry Rajoelina s'engage à rattraper dans cinq ans le retard du développement du pays    Guerre commerciale : Les USA veulent des contrôles réguliers du commerce chinois    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    En attendant les 1ères Assises nationales sur l'économie circulaire : Le volume des déchets en Algérie peut créer 100 000 postes d'emploi    L'économie administrée est en échec    Bourses : Wall Street se réjouit de la montée en flèche des actions des compagnies américaines    Transfert des eaux de Beni-Ounif vers cinq communes (Bechar) : Le projet hydraulique sera réceptionné et mis en service en avril prochain    La fédération satisfaite de la participation algérienne    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Bedoui lance le débat    Raids aériens massifs de la Coalition arabe contre les Houthis    GMI livre 50 bus scolaires Au profitdes collectivités locales    Cinq partis politiques et six personnalités procèdent au retrait des formulaires de candidature    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    Avant-première du documentaire «Juba II»    Plusieurs réserves levées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les carences logistiques à l'origine du gaspillage alimentaire
JOURNEE MONDIALE DE L'ALIMENTATION
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 10 - 2018

Le problème du gaspillage était au centre du débat qui a animé le séminaire tenu hier au niveau de l'Ecole supérieure des sciences de l'alimentation et de l'industrie agroalimentaire (Essaia) dans le cadre de la journée mondiale de l'Alimentation.
Nedjma Merabet - Alger (Le Soir) - Le chiffre terrifiant de 70% de pertes de ce qu'on produit était annoncé par la directrice de l'école, Mme Benmehdi, qui a beaucoup insisté sur les divers problèmes que l'on connaît en Algérie en terme logistique (transport, transformation, conditionnement, chaîne du froid, etc). Outre les chiffres donnés par des experts universitaires ou encore par le ministère de l'Agriculture, on apprend que le gaspillage dans les pays «sous-développés » est principalement dû à ces carences logistiques, tandis que dans les pays développés, le gaspillage est cantonné principalement au niveau du consommateur. La directrice de l'école, Mme Benmehdi, a longuement évoqué les différentes techniques permettant une meilleure conservation des denrées (anaérobie : absence d'oxygène, étiquettes aux huiles essentielles absorbant les gaz rejetés par les denrées, etc.). Elle insiste sur l'obsolescence des réserves de denrées alimentaires, nous assurant qu'il n'y a aucune guerre à craindre. L'alerte est portée sur les différents secteurs à problèmes en Algérie, notamment concernant la transformation, le conditionnement, le respect de la chaîne du froid, etc. Ce qui a donné naissance à un plan de prévention pour l'amélioration logistique (transport, chaîne du froid, stockage, conditionnement, transformation ...). Quasiment tous les ministères du gouvernement ont pris part à l'organisation de ce séminaire en partenariat avec la FAO (Organisation des Nations-Unies pour l'alimentation et l'agriculture), ce qui dévoile une volonté manifeste du gouvernement de régler la question de la sécurité alimentaire. L'objectif principal s'inscrit dans la continuité de la stratégie de l'Etat relative à cette question dont le PNDA, texte largement inspiré par ceux de la Banque mondiale et de la FAO, constitue le canevas premier. En plus de la diversification des sources d'importation des aliments stratégiques, il est également question de développer la production de ces aliments. On peut, à cet effet, rappeler la tenue récente d'un conseil algéro- américain sur l'agriculture, avec notamment des mégaprojets, à l'image de celui d'El- Bayadh, supposé assurer une plus grande indépendance en lait, viandes et céréales. Pour ce qui est du volet légal, Mme N. Boukemidja, professeure à l'Université Alger 1, fait, quant à elle, un exposé sur le cadre législatif algérien. Le but étant la protection des «obtentions végétales » dans les législations nationale et internationale. L'Algérie a fait le choix des textes sui generis. Elle reconnaît les obtentions végétales comme étant une invention, mais ne se règle pas sur le système de brevets. Ceci est le résultat principalement des négociations avec l'OMC en juin 2002. En marge de ce programme, l'Agence suédoise de coopération pour le développement (SIDA) finance le projet «Agenda 2030 pour l'efficience et la productivité de l'eau (ODD). Plusieurs pays de la zone Mena (Moyen-Orient-Afrique du Nord) sont concernés par ce projet se voulant fixer les limites permettant d'assurer une durabilité efficace de l'eau : l'Algérie, le Maroc, la Tunisie, l'Egypte, le Liban, la Palestine, l'Iran et la Jordanie. En définitive, les questions de subsistance d'une population mondiale en constante croissance relient la question alimentaire à celle de l'environnement, notamment les ressources en eau et en terres, une problématique qui a forcé l'adoption d'une stratégie claire, d'autant qu'il s'agit de pays connaissant un important stress hydrique.
N. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.