Dans un message à l'occasion du 19 mars.. Bouteflika maintient le cap    Gaid Salah : «A chaque problème existe une solution, voire plusieurs»    Invitant la classe politique à faire des concessions.. Ouyahia se range du côté du peuple !    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Safro contre les centres de référence
TRAITEMENT INNOVANT EN ONCOLOGIE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 11 - 2018

La Société algérienne de formation et de recherche en oncologie (Safro) s'oppose à la mise en place de centres hospitaliers de référence chargés de prescrire les nouvelles molécules oncologiques. Estimant que cette démarche pénalisera les cancéreux, la Safro plaide ainsi pour la création de trois comités régionaux : centre, est et ouest.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - Le ministère de la Santé envisage de créer des centres hospitaliers de référence pour les nouvelles molécules d'innovation thérapeutique en oncologie. Ils seront les seuls à pouvoir prescrire ces traitements. Mais cette option semble déplaire à nombre d'oncologues. La preuve : la Société algérienne de formation et de recherche en oncologie (Safro) s'y oppose avec vigueur.
«Les centres référents obligeront les malades cancéreux à se déplacer vers ces structures. Cette décision va à l'encontre des orientations du président de la République qui favorisent l'accès aux soins de proximité afin de réduire les disparités régionales en termes de soins», souligne le Pr Adda Bounedjar, président de la Société algérienne de formation et de recherche en oncologie (Safro), hier, en marge du 2e Congrès maghrébin d'oncologie, tenu à l'hôtel El Djazaïr à Alger.
Il estime que la désignation de centres référents va non seulement pénaliser davantage les cancéreux mais va également favoriser «un traitement des malades algériens en deux collèges».
Il rappelle ainsi les «progrès» réalisés ces dix dernières années dans le domaine de la santé et particulièrement dans le traitement du cancer où plusieurs services d'oncologie ont été ouverts à travers le territoire national. En effet, l'Algérie dispose de plus de 35 services d'oncologie et de 11 centres anticancer.
Pour le Pr Adda Bounedjar, ce n'est pas au patient d'aller vers le traitement mais c'est au traitement de se rapprocher du malade.
«Nous demandons la création de trois comités régionaux ; centre, est et ouest, qui regrouperont tous les chefs de services hospitalo-universitaires, lesquels seront chargés de débattre des cas et de donner leur aval pour l'administration du nouveau traitement», plaide-t-il.
Selon lui, cette démarche permettra justement de garder les malades dans leurs régions.
Organisé par la Safro en collaboration avec l'Association médicale arabe contre le cancer (Arab medical association against cancer), le 10e meeting d'oncologie a regroupé plus de 500 participants venus des différentes wilayas du pays mais aussi de Tunisie, du Maroc, de Libye et de Mauritanie.
Trois thèmes ont été choisis pour cette rencontre qui se poursuit jusqu'à aujourd'hui. Les spécialistes débattront ainsi du cancer du sein, du cancer de la prostate et du cancer du poumon. «En Algérie, le cancer du sein enregistre 10 000 à 12 000 nouveaux cas par an. Le cancer de la prostate, premier cancer chez les hommes après 50 ans dans le monde, est actuellement, le premier cancer urologique chez l'homme en Algérie, bien avant le cancer de la vessie. Il compte 4 500 nouveaux cas par an. Quant au cancer du poumon, il est le 2e cancer en Algérie après le cancer colorectal. Environ 4 000 nouveaux cas sont recensés par an», détaille le président de Safro.
Parmi les thèmes prévus au programme de la rencontre : le traitement innovant et les nouveautés dans tous les cancers. «Selon le ministère de la Santé, ces produits seront disponibles en Algérie à partir de 2019. Il s'agit notamment de la chimiothérapie deuxième génération et de l'immunothérapie deuxième génération pour le cancer du sein et celui de la prostate», précise le Pr Adda Bounedjar.
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.