Un panel qui n'aura pas de sens si le mouvement populaire n'obtient pas satisfaction sur ses préalables    Pouvoir-opposition: Dialogue de sourds, divergences et risque de statuquo    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Un bien détestable président    LE JUSTE MILIEU    Finale de la CAN 2019: Algérie-Sénégal, vendredi à 20h00: Rendez-vous avec l'histoire    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Neuf individus arrêtés: Un trafic de véhicules et de faux et usage de faux démantelé    Remchi: 71 familles recasées dans le cadre du RHP    Le Hirak : ne pas brouiller son message nationaliste !    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    M. Chahar Boulakhras, P-DG de la Sonelgaz, à la Radio : "Nous avons connu un pic historique de 15 133 mégawatts"    CAN-2021: Tirage au sort ce jeudi au Caire    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Utilisation en ligne des techniques de sensibilisation à la protection de l'environnement: 30 étudiants de l'Est du pays en formation à El-Tarf    Alors que les citoyens dénoncent la suspension de l'AEP durant cette période caniculaire : Les responsables concernés restent imperturbables !    Sahel : Bamako salue le rôle «éminent» de l'Algérie    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Le calvaire des usagers    Les Verts en quête d'une 2e étoile    Les résultats connus aujourd'hui    Création d'un comité de suivi    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    Real : Zidane sur le point de perdre 3 de ses joueurs favoris ?    MAHIEDDINE TAHKOUT : Zoukh de nouveau devant la Cour Suprême    Les C400X et C400GT arrivent    Ils seront plus de onze millions à la rentrée prochaine    Les étudiants résistent    Du 28 au 30 septembre à Tébessa    ACTUCULT    Une nouvelle initiative de dialogue lancée    Une statistique qui profite à l'Algérie avant la finale    Une médiation morte avant de commencer    Baisse drastique des réserves de change    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Safro contre les centres de référence
TRAITEMENT INNOVANT EN ONCOLOGIE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 11 - 2018

La Société algérienne de formation et de recherche en oncologie (Safro) s'oppose à la mise en place de centres hospitaliers de référence chargés de prescrire les nouvelles molécules oncologiques. Estimant que cette démarche pénalisera les cancéreux, la Safro plaide ainsi pour la création de trois comités régionaux : centre, est et ouest.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - Le ministère de la Santé envisage de créer des centres hospitaliers de référence pour les nouvelles molécules d'innovation thérapeutique en oncologie. Ils seront les seuls à pouvoir prescrire ces traitements. Mais cette option semble déplaire à nombre d'oncologues. La preuve : la Société algérienne de formation et de recherche en oncologie (Safro) s'y oppose avec vigueur.
«Les centres référents obligeront les malades cancéreux à se déplacer vers ces structures. Cette décision va à l'encontre des orientations du président de la République qui favorisent l'accès aux soins de proximité afin de réduire les disparités régionales en termes de soins», souligne le Pr Adda Bounedjar, président de la Société algérienne de formation et de recherche en oncologie (Safro), hier, en marge du 2e Congrès maghrébin d'oncologie, tenu à l'hôtel El Djazaïr à Alger.
Il estime que la désignation de centres référents va non seulement pénaliser davantage les cancéreux mais va également favoriser «un traitement des malades algériens en deux collèges».
Il rappelle ainsi les «progrès» réalisés ces dix dernières années dans le domaine de la santé et particulièrement dans le traitement du cancer où plusieurs services d'oncologie ont été ouverts à travers le territoire national. En effet, l'Algérie dispose de plus de 35 services d'oncologie et de 11 centres anticancer.
Pour le Pr Adda Bounedjar, ce n'est pas au patient d'aller vers le traitement mais c'est au traitement de se rapprocher du malade.
«Nous demandons la création de trois comités régionaux ; centre, est et ouest, qui regrouperont tous les chefs de services hospitalo-universitaires, lesquels seront chargés de débattre des cas et de donner leur aval pour l'administration du nouveau traitement», plaide-t-il.
Selon lui, cette démarche permettra justement de garder les malades dans leurs régions.
Organisé par la Safro en collaboration avec l'Association médicale arabe contre le cancer (Arab medical association against cancer), le 10e meeting d'oncologie a regroupé plus de 500 participants venus des différentes wilayas du pays mais aussi de Tunisie, du Maroc, de Libye et de Mauritanie.
Trois thèmes ont été choisis pour cette rencontre qui se poursuit jusqu'à aujourd'hui. Les spécialistes débattront ainsi du cancer du sein, du cancer de la prostate et du cancer du poumon. «En Algérie, le cancer du sein enregistre 10 000 à 12 000 nouveaux cas par an. Le cancer de la prostate, premier cancer chez les hommes après 50 ans dans le monde, est actuellement, le premier cancer urologique chez l'homme en Algérie, bien avant le cancer de la vessie. Il compte 4 500 nouveaux cas par an. Quant au cancer du poumon, il est le 2e cancer en Algérie après le cancer colorectal. Environ 4 000 nouveaux cas sont recensés par an», détaille le président de Safro.
Parmi les thèmes prévus au programme de la rencontre : le traitement innovant et les nouveautés dans tous les cancers. «Selon le ministère de la Santé, ces produits seront disponibles en Algérie à partir de 2019. Il s'agit notamment de la chimiothérapie deuxième génération et de l'immunothérapie deuxième génération pour le cancer du sein et celui de la prostate», précise le Pr Adda Bounedjar.
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.