Mouvement citoyen : quelle forme de structuration ?    Ici et maintenant    Gare aux activistes revanchards    Partenariat algéro-italien: Des hélicoptères seront fabriqués à Sétif    Gaz gratuit pour la France et rupture des relations avec Exxonmobil: Les réponses de Sonatrach    Eco-construction: Groupe Hasnaoui, une longueur d'avance    UNAF - Tournoi international U-15: Le Maroc sacré, l'Algérie deuxième    En amical : Algérie-Tunisie, ce soir à Blida - Une revue d'effectif décisive    CAN-2019 (U23) : Algérie - Guinée équatoriale, aujourd'hui à 17h00: Le match de la confirmation pour les Verts    Des terrains désaffectés après les relogements transformés en décharges: Des habitants de Ras El Aïn réclament l'installation de clôtures    Vol et trafic de drogue, trois personnes arrêtées    Arzew: 77 millions de dinars pour l'aménagement du front de mer    De l'Etat profond de Saadani    Rehausser le débat    Mesrati remporte le grand prix 3 étoiles    Le FLN et le RND se prononcent    Zetchi satisfait de ses deux premières années de règne    Les déterminants du cours du pétrole et son impact sur l'économie algérienne    Plus de 310 exposants de plus de 20 pays attendus au prochain SIMEM    L'Afrique du Sud, dernier qualifié à la phase finale    Réunion ministérielle préparatoire à la Conférence internationale de solidarité avec le peuple sahraoui    Jaafari appelle l'ONU «à prendre une position officielle claire»    Rassemblement à la Grande-Poste    Plus de 560 jeunes au championnat national de calcul mental    Extension du siège de l'APC de Sidi Khettab (Relizane)    Saisie de un million d'euros en fausses coupures    L'UFDS de Nourredine Bahbouh s'oppose à l'intervention de l'Armée    2e édition du séminaire sur la cyber-sécurité et la cyber-défense    Les films de 1999 impressionnent toujours    Ouverture à Boufarik de la 5e session de qualification    Sovac / Skoda : Simulation du crédit 0 % sur l'Octavia    Nissan teste la technologie invisible-to-visible en conditions réelles    Algérie Télécom s'explique    Louisa Hanoune dit "non" à Zeroual    Gaïd Salah en visite de travail    Ressources halieutiques : Hausse de la production nationale en 2017 mais recul des quantités exportées    422 morts en janvier et février    Nissan Le groupe abaisse ses prévisions, passe une charge liée à Ghosn    Carburants en France : Macron projette de moduler les taxes en fonction du cours du pétrole    Chine : Xi Jinping, allié et rival, en visite d'Etat en France    3 kamikazes de l'EI tués dans le Nord proche de la Syrie    Festival lire en fête : Affluence considérable des enfants à Chlef    L'économiste Ferhat AÎT Ali : " Une grève générale constituerait un danger pour le pays "    Tewfik Khelladi limogé    Equipe nationale de football.. Boudaoui libéré au profit des U23    JSMT-OMA : plusieurs policiers blessés à l'issue du match    Des mesures à prendre en extrême urgence    Ouverture du festival du printemps    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa
LA MANIFESTATION N'A PAS ETE REPRIMEE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 12 - 2018

Contrairement à la marche du 20 novembre dernier qui a été, pour rappel, violemment réprimée par la police, la manifestation pour les libertés observée, hier, à l'occasion de la Journée mondiale des droits de l'Homme, au niveau du chef-lieu de wilaya à laquelle a appelé le comité pour la libération de Merzouk Touati, s'est déroulée dans une parfaite organisation et n'a connu aucun incident.
Près de deux mille personnes ont défilé, dans la matinée, à travers la principale artère menant de la maison de la culture Taos-Amrouche vers la place de la Liberté d'expression Saïd-Mekbel sous les mots d'ordre réclamant la libération du jeune blogueur Merzouk Touati, condamné à 7 ans de prison ferme ainsi que la libération de tous les autres détenus d'opinion.
Dans une ambiance riche en couleurs, arborant des banderoles et des pancartes sur lesquelles l'on pouvait lire «A bas la répression, liberté d'expression», «Libérez Merzouk Touati», les manifestants ont repris à tue-tête tout au long du parcours de la marche des slogans fustigeant le pouvoir. Devant le siège de la Wilaya, une halte a été observée par les manifestants qui scandaient à gorges déployées» «Pouvoir assassin», «y en a «tilleli I'Merzouk Touati».
Au niveau de la place de la Liberté d'expression Saïd-Mekbel située à quelques encablures du siège de la Wilaya, lors d'une prise de parole improvisée, les différents intervenants tout en s'élevant contre les atteintes aux libertés des citoyens ont réitéré l'exigence de la libération du blogueur Merzouk Touati et l'ensemble des détenus d'opinion à travers le pays.
Dans sa déclaration, le comité citoyen pour la libération de Merzouk Touati a appelé les participants à la marche au «respect strict des directives et des mots d'ordre pour faire de cette Journée mondiale des droits de l'Homme, une tribune pour porter haut et fort le cri de détresse de tous les détenus d'opinion et pour que chacun de nous tous puisse exercer sa liberté d'expression et d'opinion sans risque de se voir jeter dans les geôles de la République», a-t-on souligné.
Le même comité initiateur de la marche des libertés se dit également déterminé et convaincu «plus que jamais de la justesse de sa démarche et demeure mobilisé jusqu'à la libération de Merzouk Touati et tous les détenus d'opinion».
La manifestation s'est dispersée vers de 13h dans le calme.
A. Kersani

Une conférence sur les droits de l'Homme interdite par la wilaya
La LADDH s'est vu signifier par le wali de Béjaïa l'interdiction d'organiser une conférence au Théâtre régional de Béjaïa, ce dimanche, dans le cadre de la célébration du 70e anniversaire de la Proclamation de la Charte universelle des droits de l'Homme. Les responsables du bureau de Béjaïa du CDDH indiquent qu'aucune explication sur les motivations de l'interdiction de la conférence n'a été fournie dans la réponse des services de la wilaya. Tout en s'élevant contre ces «pratiques inqualifiables de violations des droits humains», le CDDH de Béjaïa a condamné avec force toute «interdiction de réunion, de manifestations et d'expression».
A. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.