Les femmes-mères travailleuses entre le four et le moulin    1 500 milliards de DA hors circuit    Pas d'impacts de la crise financière    Pour l'annulation des poursuites judiciaires    Varsovie attend des excuses d'Israël    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Pauvre Finkielkraut    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Feghouli et Bennacer dans le Onze type africain de la semaine    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Le plan de Benghabrit pour faire face à la grève    Violences contre les femmes et trafic de drogue en hausse    Gâteau renversé aux agrumes    La « main étrangère » au service du régime illégitime d'Alger durant la « sale guerre ».    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Liberté de la presse : Le Maroc renoue avec les méthodes de barbouzes    Aïn El Hammam : Un commerce informel encombrant    Boufarik : 32 Omras octroyées par l'association Ennour    Opposition unie, un rêve ?    Tiaret: Un réseau de vol de véhicules démantelé    EN - La liste des joueurs à retenir: Un casse-tête pour Belmadi    Ligue 2 - Probabilités de relégation: Le temps de la calculette est arrivé !    UMA et sociétés civiles: «Laisser le règlement du problème du Sahara Occidental aux Nations unies»    Le vendredi de tous les dangers    Boumerdès: Un véhicule de transport de fonds attaqué, 15 milliards volés    Le mot du Chahid à ces gens-là...    Sebaâ et Haniched renforcent la DTS    Les acteurs politiques face aux risques de dérapages    «L'assiette destinée au centre de formation du club est prête»    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Le développement de l'Afrique, un enjeu géostratégique au XXIe siècle»    Avec Ooredoo, suivez votre consommation d'eau sur votre mobile grâce au nouveau service exclusif «SEAAL Mobile»    Comment renforcer les capacités des bureaux d'hygiène    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Retour des «djihadistes», un vrai casse-tête pour les autorités françaises    Où est le programme ?    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Exportation de 860.000 œufs vers la Libye    Influence de la cuisine orientale sur la cuisine européenne du Moyen-âge    Bedoui dénonce des tentatives de "gâcher" l'élection    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    17 personnes décédées et 1.242 autres blessées en une semaine    Déclaration de politique générale : M. Ouyahia la présentera lundi prochain devant l'APN    Augmentation de la bourse et suppression des réfectoires    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les experts pointent les insuffisances et contraintes du secteur
3es Assises du tourisme
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 01 - 2019

Les insuffisances et contraintes freinant l'essor du secteur touristique en Algérie ont été pointées du doigt, hier à Alger, par des experts nationaux et étrangers du domaine touristique qui ont préconisé, en même temps, des pistes de solutions pour y remédier.
Intervenant en séance plénière des 3es Assises nationales du tourisme, l'expert Aziz Nafa a recommandé le «renforcement» de l'aspect lié à la promotion de la destination Algérie, à travers «l'identification de la cible» et ce, en mettant à disposition des organes en charge de le faire avec «davantage de moyens financiers, ainsi qu'un capital humain plus adapté».
Chercheur au Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (Cread), l'intervenant a, dans une évaluation du Schéma directeur d'aménagement touristique (SDAT), insisté également sur l'aménagement du territoire dans le cadre des Zones d'expansion touristique (ZET) créées jusque-là.
Il a, par ailleurs, plaidé pour la mise en œuvre du Système d'observation et d'évaluation touristique ainsi que de la Banque d'investissement touristique (BIT), les deux dispositifs étant prévus dans le cadre du SDAT, a-t-il rappelé.
S'agissant du critère lié à la formation, M. Nafa s'est félicité de l'augmentation du nombre d'établissements spécialisés dans les métiers et les activités touristiques, mais considère néanmoins que cette formation se doit d'être «en adaptation avec les besoins économiques locaux».
Evoquant les contraintes freinant le développement du secteur touristique en Algérie, il les résumera en deux aspects majeurs : l'insuffisance et la qualité de l'hébergement, ainsi que «la tarification inaccessible» pratiquée par les différents voyagistes (hébergement et transport notamment).
«Il est temps que nos agences de voyages travaillent sur la réception et ne se contentent plus de faire uniquement dans l'émission des voyageurs», a-t-il également déploré.
Allant dans le même sens, l'expert canadien en tourisme, François Bédard, a souligné la nécessité de mettre en place «une Marque Algérie», afin de mettre en avant et de valoriser la destination Algérie, comme c'est le cas pour les pays touristiques, a-t-il argumenté.
L'intervenant a, en outre, recommandé d'axer les efforts autour des deux concepts que sont «Gouvernance et Durabilité», tout en prévoyant un «budget conséquent» aux aspects liés à la promotion, à travers un travail de marketing, pour valoriser les potentialités touristiques du pays.
Le spécialiste des questions touristiques a également préconisé «l'encouragement de l'entreprenariat et de l'investissement» des différentes activités liées au secteur, à l'instar de l'hébergement, transport, etc. et ce, dans le cadre des Petites et moyennes entreprises (PME), créatrices d'emplois directs et indirects.
Pour le représentant du Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD), Remy Poliwa, tout développement touristique passe par la création d'une «valeur ajoutée» à partir de la base, et ce, explique-t-il, à travers des micro-activités locales, créatrices de richesses. De même que par le respect de «l'échelle de valeurs» propres au secteur, ainsi que par «l'encouragement et l'accompagnement» des jeunes créateurs de projets touristiques.
APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.