Election présidentielle: Sahli et Belaïd se retirent    Pour solde de tout compte !    Le RCD demande à la justice de convoquer Abdelaziz Bouteflika    Tiaret: Des travailleurs sans salaire depuis 30 mois    Tlemcen: Un cinquième groupe de soutien à Daech démantelé    France : chasse à l'homme après une attaque au colis piégé    CSC - USMA: Le Chabab en arbitre impartial ?    CRB - USMBA: Le maintien comme objectif commun    Volley-ball - Coupe d'Algérie messieurs: Le GSP sans problème    Aïn El Turck pas encore prête pour l'accueil du rush des vacanciers: Les prémices d'un énième échec de la saison estivale    DE LA LITTERATURE ET DE LA BAIONNETTE    Cette jeunesse algérienne qu'on entend rugir sur Facebook    Des musulmans étrangers conviés à un iftar collectif    Médecine : Un avion hôpital pour former des ophtalmologues tout autour du monde    Les indépendantistes prennent la tête du Congrès    Que faire?    La liste s'allonge    L'activité en baisse de 85%    Des adoptions dans un climat délétère    Asselah offre le maintien à son équipe    Signature imminente de Fékir?    Sonatrach peut-elle s'en passer?    L'Intérieur dessaisi de l'organisation    Le Hirak libère les énergies    Lâche agression d'une fonctionnaire    La Caravane verte contre les feux de forêts    Il fallait y penser    Moscou prône le dialogue    Le président Trump effectue une visite au Japon    Tahar Djaout était assassiné    2019: l'Année de l'Algérie à Cannes    Abdelkrim Tazaroute lui consacre une biographie Vibrant hommage à Brahim Izri    La Protection civile mobilise39.000 agents    Plus de 4.750 logements attribués    Les premiers responsableslimogés    Des journalistes dénoncent    La contestation annonce une grève générale de deux jours    Où est la promesse du gouvernement    Programme de classification et de restauration    Chelsea : Lampard pour remplacer Sarri ?    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Une compétition internationale par club    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Oman tente de "calmer les tensions"    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    L'école des gourous    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le message de Youcef Goucem
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 01 - 2019

Comme chaque semaine, me voilà, dépité, à l'affût de l'actualité, partagé entre le trop peu et le trop, entre le vide et le plein. Quoi qu'il en soit, faut remplir le contrat, honorer le propos. Mais de quoi causer ? De la présidentielle, bien sûr ! Le sujet est tout indiqué. Obligatoire même, me dit mon petit doigt. Il s'impose, sans mauvais jeu de mots, quasi manu militari. D'autant que, soudain, ce grand corps déserté par la vie qu'est l'Algérie se remet à vibrionner. Ça sonne ? Mais où ?...
Sorti de la torpeur un brin anxieuse d'une salle de garde hospitalière, l'Algérie branchée aux urnes de la duperie se réveille en sursaut. Il pleut des candidatures. Tout le monde veut être Président. On retombe dans quelque chose qui nous est si familier : l'excès culminant dans le folklore. Ce qui n'est pas sans rappeler l'inflation minute de partis, parfois de rigolos purs et simples, qui a suivi la reconnaissance du multipartisme en 1990. On en avait vu, parole. D'ailleurs, çà et là, on continue d'en admirer les beaux restes.
A côté de candidatures sérieuses et récurrentes comme celle de Benflis par exemple, il y a de la clownerie électorale décomplexée. Beaucoup même ! Est-ce franchement un événement, cette présidentielle ? Ça devrait l'être. Un peuple qui élit son dirigeant suprême, ce n'est pas anodin ! Et pourquoi donc chez nous, c'est si dévalorisé ? Voilà une question basique qui mérite d'être posée.
Sans doute qu'à la crise de la représentativité qui touche, toutes proportions gardées, nombre de pays à travers le monde, s'ajoute-t-il, chez nous, le marché de dupes. Nous sommes passés de la période glaciaire du candidat unique et seul à une période, prétendument pluraliste, du candidat unique accompagné de quelques lièvres. Et cela, pas un seul électeur et aucun abstentionniste en Algérie ne l'ignore.
Tout le monde sait que l'élection sert à poser un vernis de caution démocratique à une désignation des plus autoritaires décidée dans des cercles impénétrables. Mouloud Hamrouche lui-même, architecte et enfant du système qui a viré sa cuti, le reconnaît. Les élections, dit-il, en Algérie, n'apportent ni pouvoir ni légitimité. Qui donne alors le pouvoir et la légitimité ? Il y a bien quelqu'un ou quelque chose qui les octroie, tout de même !
Alors, à quoi servent-elles ? Franchement, il faut être très pointu pour trouver de la matière à une réponse. Le fait est qu'on a affaire à un Président élu depuis 20 ans sans discontinuer, autour duquel s'est coagulé un univers parallèle et autonome, une sorte de capsule qui tournicote autour de l'Algérie, la surplombe, mais ne la touche pas et ne la connaît pas.
J'en étais là, à faire le même surplace pluri-décennal, sur cette question, lorsque est tombée la nouvelle tragique du décès de Youcef Goucem. Là aussi, pas grand-chose à dire mais pour d'autres raisons. La sidération. Le choc. Youcef Goucem était producteur et réalisateur de cinéma et de télévision. Il était à son compte, comme on dit. Bon professionnel qui maîtrise bien son métier, il proposait ses films aux télés, étatiques comme l'ENTV ou privées comme Dzaïr TV, la chaîne de l'empire Haddad.
C'est bien beau de trouver à bosser dans cette jungle dominée par le fric et l'arrivisme ignare. Mais comment tenir la route si les commanditaires ne payent pas le dû ? C'est l'équation impossible que Youcef Goucem a posée avec son immolation.
Lui, Youcef Goucem, en tant que petit producteur, devait s'acquitter cash des salaires et charges de tous ceux qui travaillent avec lui. Il ne pouvait pas y déroger. Mais les gros, eux, ont le pouvoir d'envoyer balader qui ils veulent. Et par la faute de cet arbitraire qui consiste à payer avec énormément de retard ou à ne pas payer du tout, Youcef Goucem s'est trouvé plongé dans un profond désarroi. Ses démarches à l'ENTV qui lui devait des sommes importantes étaient devenues, nous dit-on, presque quotidiennes. On lui assurait que le virement était effectué, qu'il n'avait qu'à consulter son compte. Rien. Le jour d'après, toujours rien. Pas mieux avec Dzaïr TV qui a diffusé ses films sans qu'il le sache et qui n'a pas voulu les lui rétribuer. Youcef Goucem n'était pas du genre à casser la baraque, à taper l'esclandre. C'était un homme pacifique, respectueux du droit. C'est donc un homme brisé qui se rend une ultime fois au siège de Dzaïr TV où un nouveau directeur venait d'être installé. A l'issue d'une entrevue qui semble avoir été expéditive et infructueuse, Youcef accomplit le geste fatal de s'imbiber d'essence et de s'immoler. Ceux qui le connaissent savent bien que s'il en est arrivé là, c'est parce qu'il s'est senti victime d'une terrible hogra, et qu'il ne pouvait plus continuer à parler à des murs qui possèdent le pouvoir. La suite, on la connaît. Hospitalisé, on a pu, un moment, le croire tiré d'affaire. Mais, brutalement, son état s'est dégradé. Il est décédé, laissant dans la stupeur ce pays, pourtant si habitué, malheureusement, à toutes sortes de décès. Youcef Goucem a écrit avec son corps consumé un message : plus jamais ça ! Respect du travail des autres !
A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.