Aucune restriction dans la révision constitutionnelle    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    "100 mds DA injectés dans les communes dès le mois de mai"    Ferhat: «Merci à tous pour vos messages, ça me va droit au cœur»    Motion de soutien du Conseil de la Nation au plan d'action du gouvernement    Crise libyenne: la position de l'Algérie privilégiant une solution politique réitérée    Montage automobile: le nouveau cahier des charges promulgué dans 2 mois    Le Gouvernement examine de nouvelles mesures en faveur de la gestion décentralisée    Kherrata, une convergence et des messages    CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU : L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    L'instruction de l'affaire ETRHB Haddad bouclée    TAMANRASSET : Plus de 500 affaires de contrebande traitées en 2019    Tebboune : "Aucune restriction hormis ce qui a trait à l'unité et à l'identité nationales"    TIARET : Des citoyens observent un sit-in devant la mairie d'Ain Dehab    AIN EL-TURCK : Des taxis demandent le double de la course    Le Président Tebboune: les responsables locaux tenus de briser le cloisonnement entre les citoyens et l'Etat    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Il était une fois, le plus grand pays d'Afrique    Les pièges de l'assistanat    Slimani en sauveur !    Zelfani prépare le Paradou    L'ESS nouveau leader    Le Targui    À tout jamais…    5 personnes retrouvées mortes après leur enlèvement    Encore un manifestant assassiné à la place Tahrir    Yémen : entrée de 138 000 migrants et réfugiés en 2019    Enseignants du primaire : marche nationale demain à Alger    Des TV-offshores et des pollutions millénaires !    ACTUCULT    Emouvant hommage à la militante Nabila Djahnine    Le répertoire andalou dans toute sa splendeur    Ciné-houma rend hommage aux femmes victimes de violences    La Cinémathèque algérienne célèbre les films sur la guerre de Libération    La quête de la connaissance et de la vérité    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Coupe arabe des nations (U20) : Les Algériens s'installent en Arabie Saoudite    USM Alger : Dziri reste    Epidémie du ncoronavirus : L'économie mondiale fortement impactée    Prime du service civil pour les spécialistes: Les décrets en voie de finalisation    Sidi El-Houari, Sidi El-Bachir, El Badr, El Emir et Es Seddikia: Lancement du bitumage d'une trentaine d'axes routiers    Les spécialistes plaident pour le dépistage précoce: 236 nouveaux cas de cancer de la prostate enregistrés au CHUO en 2019    Commerce extérieur: Plus de 6 milliards de dollars de déficit en 2019    Information officielle: La Présidence revient à la charge    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    Le double jeu de Makri et de ses députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le message de Youcef Goucem
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 01 - 2019

Comme chaque semaine, me voilà, dépité, à l'affût de l'actualité, partagé entre le trop peu et le trop, entre le vide et le plein. Quoi qu'il en soit, faut remplir le contrat, honorer le propos. Mais de quoi causer ? De la présidentielle, bien sûr ! Le sujet est tout indiqué. Obligatoire même, me dit mon petit doigt. Il s'impose, sans mauvais jeu de mots, quasi manu militari. D'autant que, soudain, ce grand corps déserté par la vie qu'est l'Algérie se remet à vibrionner. Ça sonne ? Mais où ?...
Sorti de la torpeur un brin anxieuse d'une salle de garde hospitalière, l'Algérie branchée aux urnes de la duperie se réveille en sursaut. Il pleut des candidatures. Tout le monde veut être Président. On retombe dans quelque chose qui nous est si familier : l'excès culminant dans le folklore. Ce qui n'est pas sans rappeler l'inflation minute de partis, parfois de rigolos purs et simples, qui a suivi la reconnaissance du multipartisme en 1990. On en avait vu, parole. D'ailleurs, çà et là, on continue d'en admirer les beaux restes.
A côté de candidatures sérieuses et récurrentes comme celle de Benflis par exemple, il y a de la clownerie électorale décomplexée. Beaucoup même ! Est-ce franchement un événement, cette présidentielle ? Ça devrait l'être. Un peuple qui élit son dirigeant suprême, ce n'est pas anodin ! Et pourquoi donc chez nous, c'est si dévalorisé ? Voilà une question basique qui mérite d'être posée.
Sans doute qu'à la crise de la représentativité qui touche, toutes proportions gardées, nombre de pays à travers le monde, s'ajoute-t-il, chez nous, le marché de dupes. Nous sommes passés de la période glaciaire du candidat unique et seul à une période, prétendument pluraliste, du candidat unique accompagné de quelques lièvres. Et cela, pas un seul électeur et aucun abstentionniste en Algérie ne l'ignore.
Tout le monde sait que l'élection sert à poser un vernis de caution démocratique à une désignation des plus autoritaires décidée dans des cercles impénétrables. Mouloud Hamrouche lui-même, architecte et enfant du système qui a viré sa cuti, le reconnaît. Les élections, dit-il, en Algérie, n'apportent ni pouvoir ni légitimité. Qui donne alors le pouvoir et la légitimité ? Il y a bien quelqu'un ou quelque chose qui les octroie, tout de même !
Alors, à quoi servent-elles ? Franchement, il faut être très pointu pour trouver de la matière à une réponse. Le fait est qu'on a affaire à un Président élu depuis 20 ans sans discontinuer, autour duquel s'est coagulé un univers parallèle et autonome, une sorte de capsule qui tournicote autour de l'Algérie, la surplombe, mais ne la touche pas et ne la connaît pas.
J'en étais là, à faire le même surplace pluri-décennal, sur cette question, lorsque est tombée la nouvelle tragique du décès de Youcef Goucem. Là aussi, pas grand-chose à dire mais pour d'autres raisons. La sidération. Le choc. Youcef Goucem était producteur et réalisateur de cinéma et de télévision. Il était à son compte, comme on dit. Bon professionnel qui maîtrise bien son métier, il proposait ses films aux télés, étatiques comme l'ENTV ou privées comme Dzaïr TV, la chaîne de l'empire Haddad.
C'est bien beau de trouver à bosser dans cette jungle dominée par le fric et l'arrivisme ignare. Mais comment tenir la route si les commanditaires ne payent pas le dû ? C'est l'équation impossible que Youcef Goucem a posée avec son immolation.
Lui, Youcef Goucem, en tant que petit producteur, devait s'acquitter cash des salaires et charges de tous ceux qui travaillent avec lui. Il ne pouvait pas y déroger. Mais les gros, eux, ont le pouvoir d'envoyer balader qui ils veulent. Et par la faute de cet arbitraire qui consiste à payer avec énormément de retard ou à ne pas payer du tout, Youcef Goucem s'est trouvé plongé dans un profond désarroi. Ses démarches à l'ENTV qui lui devait des sommes importantes étaient devenues, nous dit-on, presque quotidiennes. On lui assurait que le virement était effectué, qu'il n'avait qu'à consulter son compte. Rien. Le jour d'après, toujours rien. Pas mieux avec Dzaïr TV qui a diffusé ses films sans qu'il le sache et qui n'a pas voulu les lui rétribuer. Youcef Goucem n'était pas du genre à casser la baraque, à taper l'esclandre. C'était un homme pacifique, respectueux du droit. C'est donc un homme brisé qui se rend une ultime fois au siège de Dzaïr TV où un nouveau directeur venait d'être installé. A l'issue d'une entrevue qui semble avoir été expéditive et infructueuse, Youcef accomplit le geste fatal de s'imbiber d'essence et de s'immoler. Ceux qui le connaissent savent bien que s'il en est arrivé là, c'est parce qu'il s'est senti victime d'une terrible hogra, et qu'il ne pouvait plus continuer à parler à des murs qui possèdent le pouvoir. La suite, on la connaît. Hospitalisé, on a pu, un moment, le croire tiré d'affaire. Mais, brutalement, son état s'est dégradé. Il est décédé, laissant dans la stupeur ce pays, pourtant si habitué, malheureusement, à toutes sortes de décès. Youcef Goucem a écrit avec son corps consumé un message : plus jamais ça ! Respect du travail des autres !
A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.