Militaires et sécuritaires, au niveau de la région, urgence pour l'Algérie de résoudre la crise politique    Les dessous du trafic de pièces détachées en Algérie    Deux drones israéliens abattus au Liban    La minute qui qualifie la JSK au prochain tour    Le CABBA crée la surprise à Bel-Abbès, l'ESS piégée à domicile    Avalanche de médailles pour l'Algérie    Une librairie fait la part belle aux fanzines    «Le bélier magique» au Festival international du film pour l'enfance    De bonnes nouvelles pour les étudiants algériens    Le taux d'inflation à 2,7 % sur un an en juillet 2019    Après un 1er semestre plombé par les prix : Eramet abaisse sa prévision 2019    Rencontre entre le ministre de l'Intérieur et les représentants des retraités de l'ANP    Sahara occidental : Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    Reportage : Un "Drone made in Sénégal" pour lutter contre le paludisme    Guerre commerciale : La Chine riposte aux USA sur le commerce, Trump menace    Dialogue national : Nécessité de mener notre pays vers des lendemains sûrs et prospères    2ème Région militaire : Gaïd Salah entame une visite de travail et d'inspection    Dynamiques de la société civile: Attachement au dialogue et à l'unification des efforts pour sortir de la crise politique    CHAN 2020 (préparation) : Djamel Belmadi convoque 22 joueurs pour un stage    Coupes africaines des clubs : Qualification de la JSK, du CRB et du Paradou    Oum El Bouaghi: La culture écolo fait son chemin parmi les jeunes et les associations    Education : Le ministère publie la liste des fournitures scolaires pour les trois paliers d'enseignement    Réception de 102 établissements éducatifs    Réception de 102 établissements éducatifs    «Gare aux cadres et entreprises défaillants !»    Lait : Aucune mesure prise pour réduire les quantités collectées, rassure Giplait    Réunion interministérielle : Le dossier de l'entretien de l'autoroute Est-Ouest et mesures de péage au menu    L'heure du retour a sonné !    Ordonnances de désignation des administrateurs    Le ministère de l'Intérieur dément    Le "Oui, mais" de Makri    Vingt investisseurs devant la justice    Nouvelle série d'arrestations d'opposants    Abou-Leïla de Amine Sidi Boumediene au programme    PROTECTION CIVILE : 240 interventions enregistrées en 48 heures !    Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    La politique commerciale de Trump critiquée    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    L'inévitable saignée des parents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





1 500 milliards de DA hors circuit
La collecte des ressources, talon d'Achille des banques
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 02 - 2019

Le système bancaire dresse son bilan. Ses différents acteurs rejettent le qualificatif d'archaïque. Les banques mesurent néanmoins le chemin qui leur reste à faire pour leur modernisation. En 2017, les crédits alloués ont atteint 7 000 milliards de dinars. Une performance qui ne les met pas à l'abri de nombreux reproches. Le président de l'Abef considère que la collecte de la ressource est le talon d'Achille des banques.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Si le qualificatif d'archaïque a souvent été utilisé pour évoquer un système bancaire trop longtemps figé, le président de l'Association des banques et des établissements financiers préfère nuancer ses propos.
Le président de l'Abef assure que la collecte des ressources reste le talon d'Achille du système bancaire qui doit, dit-il, faire preuve de plus d'agressivité pour capter les 1 500 milliards de dinars qui se trouvent hors circuit bancaire.
Abboud Achour affirme que le réseau bancaire est actuellement composé d'une trentaine de banques et d'établissements financiers, employant 35 000 personnes et gérant pas moins de 14 millions de comptes.
Un bilan chiffré qui, dit-il, ne peut traduire le niveau de performance ni occulter les insuffisances. La communauté des banques est, dit-il, consciente du chemin qui reste à faire pour hisser le secteur à un meilleur niveau.
Pour le président de l'Abef, les banques ont déjà connu des changements profonds induits par l'environnement, pour notamment répondre aux attentes nouvelles des clients et redéployer leurs activités à travers la digitalisation de leurs offres.
Le secteur bancaire est contraint de poursuivre sa mue dans le nouveau paysage, assure-t-il. Le processus de réformes qui a été réalisé sur plusieurs étapes se poursuit, ajoute-t-il. La dynamique se poursuit avec, dit-il, plusieurs projets qui sont programmés dans l'avenir. C'est dans ce contexte, dit-il, que la communauté bancaire estime nécessaire de faire une halte et faire un état des lieux quant aux perspectives. Il s'exprimait à l'occasion d'une journée dédiée à la modernisation des banques organisée par l'association qu'il préside.
Une rencontre au cours de laquelle le gouverneur de la Banque d'Algérie rappellera que le financement dépendait en grande partie de la dépense publique laquelle dépend de la fiscalité pétrolière avec les contraintes imposées.
Le recours à ce mécanisme de financement, assure Mohamed Loukal, ne peut qu'être limité dans le temps et doit aboutir à une diversification de l'économie dans un système, dit-il, où la réforme du système bancaire occupe une place primordiale et constitue un socle important.
L'investissement productif marchand doit s'étendre à d'autres secteurs portés par les PME principales pourvoyeuses de richesses mais le secteur bancaire doit également faire preuve de plus d'agressivité pour capter les 1 500 milliards de dinars qui se trouvent hors circuit bancaire.
La collecte des ressources reste le talon d'Achille du système bancaire, regrette-t-il. De son côté, le ministre des Finances a estimé que la modernisation des banques était un jalon important dans le processus de mise à niveau des banques.
Les reformes menées jusque-là, dit-il, sont le produit de l'histoire du pays avec une orientation assumée basée sur des financements publics.
Les banques continuent à apporter leur appui à l'économie avec des crédits de 7 000 milliards de DA en 2017.
Mohamed Raouia salue l'implication importante des banques dans le financement des entreprises des deux secteurs public et privé. Il considère, toutefois, que la conjoncture est faite de besoins en permanente évolution auxquels les banques doivent s'adapter tout en travaillant dans le cadre du respect des règles prudentielles.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.