Sit-in des avocats à Alger : Le corps de la justice exige "le respect de la Constitution"    Le FLN s'entre-déchire    Le FFS se fissure    Les décrets publiés au JO    Malgré une croissance en panne : Publicis signe un bénéfice record    USA: La Fed ne prévoit plus de hausse de taux en 2019    Selon l'ONS : L'inflation à 4,1% sur un an en février 2019    Le Snapo tire la sonnette d'alarme !    Des experts mettent en garde    Sahara occidental: La 2ème table-ronde se termine sans avancées    Golan syrien occupé: Les propos de Trump dénoncés par Damas et à l'étranger    11 morts, dont 1 vice-ministre, dans une attaque des shebab    Sélection algérienne : Décrassage pour les titulaires, entraînement pour les remplaçants contre la Gambie    Hausse inexpliquée des prix des fruits et légumes : Les ménages désemparés    29 suspects arrêtés à Alger    Colère contre Benghabrit    Nouvelle pièce théâtrale à l'affiche à Oran    L'ADE de Chlef rassure : «L'eau du robinet est sans risque pour la santé»    FABB.. Les compétitions gelées jusqu'à l'élection d'un nouveau président    Aymen Mathlouthi, gardien de but de la Tunisie : «On a pris un ascendant sur les Algériens ces dernières années»    Argentine.. L'absence de Lionel Messi au Maroc va coûter cher    Washington reconnaîtra aujourd'hui la souveraineté d'Israël sur le Golan occupé.. Crime avec préméditation    Alors que Mihoubi est partant.. Abdelkader Bendamèche à la tête de l'Aarc    Accidents de la circulation.. 8 morts et 22 blessés en 24 heures    POUR PARLER DE LA SITUATION DU PAYS : Le SG du RND convoque les cadres de son parti    Mali: plus de 130 civils tués dans l'attaque d'un village peul    MASCARA : 4014 unités de vin saisies à Khalouia    SES LEADERS CHASSES DES MANIFESTATIONS : L'opposition tente de se positionner    LOUISA HANOUNE : Le FLN et le RND accusés d'attitude ‘'vicieuse''    ELLE VEUT LE VOIR AU ‘'MUSEE DE L'HISTOIRE'' : L'Organisation des moudjahidine exige la libération du FLN    L'Angola qualifiée, pas le Burkina    Imposante marche des avocats à Alger    Faire sa crème anticellulite maison    L'association El Rahma au chevet des femmes    CAN-2019. Algérie 1 – Gambie 1 : Les Verts accrochés dans le temps additionnel    Eliminatoires CAN-U23 : L'EN olympique prend option    70 logements réalisés en 2007 dans la commune de Oued Goucine (Chlef).. Les habitants réclament leur distribution    Pour vol avec violence: Trois malfaiteurs sous les verrous    Les «hommes» du ministre    Evaluée à 4,1% en février.. L'inflation se stabilise    La réunion avec les présidents de Ligues et de sections annulée    Guterres appelle à s'unir contre l'islamophobie    HBO a caché 6 trônes de fer à travers le monde    Toutânkhamon, le roi oublié    Depuis nos plus lointains ancêtres à nos jours    Les recommandations du FMI    Voitures électriques : Tesla baisse encore le prix de la Model 3    Près de 100 morts dans le naufrage d'un bac à Mossoul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





1 500 milliards de DA hors circuit
La collecte des ressources, talon d'Achille des banques
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 02 - 2019

Le système bancaire dresse son bilan. Ses différents acteurs rejettent le qualificatif d'archaïque. Les banques mesurent néanmoins le chemin qui leur reste à faire pour leur modernisation. En 2017, les crédits alloués ont atteint 7 000 milliards de dinars. Une performance qui ne les met pas à l'abri de nombreux reproches. Le président de l'Abef considère que la collecte de la ressource est le talon d'Achille des banques.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Si le qualificatif d'archaïque a souvent été utilisé pour évoquer un système bancaire trop longtemps figé, le président de l'Association des banques et des établissements financiers préfère nuancer ses propos.
Le président de l'Abef assure que la collecte des ressources reste le talon d'Achille du système bancaire qui doit, dit-il, faire preuve de plus d'agressivité pour capter les 1 500 milliards de dinars qui se trouvent hors circuit bancaire.
Abboud Achour affirme que le réseau bancaire est actuellement composé d'une trentaine de banques et d'établissements financiers, employant 35 000 personnes et gérant pas moins de 14 millions de comptes.
Un bilan chiffré qui, dit-il, ne peut traduire le niveau de performance ni occulter les insuffisances. La communauté des banques est, dit-il, consciente du chemin qui reste à faire pour hisser le secteur à un meilleur niveau.
Pour le président de l'Abef, les banques ont déjà connu des changements profonds induits par l'environnement, pour notamment répondre aux attentes nouvelles des clients et redéployer leurs activités à travers la digitalisation de leurs offres.
Le secteur bancaire est contraint de poursuivre sa mue dans le nouveau paysage, assure-t-il. Le processus de réformes qui a été réalisé sur plusieurs étapes se poursuit, ajoute-t-il. La dynamique se poursuit avec, dit-il, plusieurs projets qui sont programmés dans l'avenir. C'est dans ce contexte, dit-il, que la communauté bancaire estime nécessaire de faire une halte et faire un état des lieux quant aux perspectives. Il s'exprimait à l'occasion d'une journée dédiée à la modernisation des banques organisée par l'association qu'il préside.
Une rencontre au cours de laquelle le gouverneur de la Banque d'Algérie rappellera que le financement dépendait en grande partie de la dépense publique laquelle dépend de la fiscalité pétrolière avec les contraintes imposées.
Le recours à ce mécanisme de financement, assure Mohamed Loukal, ne peut qu'être limité dans le temps et doit aboutir à une diversification de l'économie dans un système, dit-il, où la réforme du système bancaire occupe une place primordiale et constitue un socle important.
L'investissement productif marchand doit s'étendre à d'autres secteurs portés par les PME principales pourvoyeuses de richesses mais le secteur bancaire doit également faire preuve de plus d'agressivité pour capter les 1 500 milliards de dinars qui se trouvent hors circuit bancaire.
La collecte des ressources reste le talon d'Achille du système bancaire, regrette-t-il. De son côté, le ministre des Finances a estimé que la modernisation des banques était un jalon important dans le processus de mise à niveau des banques.
Les reformes menées jusque-là, dit-il, sont le produit de l'histoire du pays avec une orientation assumée basée sur des financements publics.
Les banques continuent à apporter leur appui à l'économie avec des crédits de 7 000 milliards de DA en 2017.
Mohamed Raouia salue l'implication importante des banques dans le financement des entreprises des deux secteurs public et privé. Il considère, toutefois, que la conjoncture est faite de besoins en permanente évolution auxquels les banques doivent s'adapter tout en travaillant dans le cadre du respect des règles prudentielles.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.