Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Sit-in des avocats devant le palais de justice    Sidi Saïd plus que jamais indésirable    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    «La rue doit maintenir la pression»    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    La fin des anneaux de Jupiter    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Le groupe Benamor se disculpe    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Le monde entier a exprimé son immense douleur !    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zaâlane remplace Sellal
Changement-surprise à la tête de la campagne de Bouteflika
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 03 - 2019

Le candidat à la présidentielle du 18 avril prochain, Abdelaziz Bouteflika, a procédé, hier samedi, à la nomination du ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaâlane, comme nouveau directeur de sa campagne électorale en remplacement de l'ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal. C'est ce qu'a annoncé l'agence officielle, l'APS, en fin d'après-midi.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - L'annonce en question a été faite via une très brève dépêche de l'agence et dont voici le contenu intégral : «Le candidat Abdelaziz Bouteflika a procédé samedi au changement de son directeur de campagne,
M. Abdelmalek Sellal par Abdeghani Zaâlane, a annoncé sa direction de campagne».
Si courte mais combien lourde, en termes de messages que cette annonce où l'on apprend que Sellal n'est plus directeur de campagne, que Zaâlane le remplace et, surtout, que Abdelaziz Bouteflika est, toujours, «le candidat». Une annonce qui intervient le lendemain même des historiques et impressionnantes manifestations populaires du vendredi 1er mars à travers tout le pays et qui contestaient cette même candidature, celle de Bouteflika pour un cinquième mandat.
Elle intervient également à la veille du dépôt, par Abdelaziz Bouteflika, de son dossier de candidature auprès du Conseil constitutionnel, prévu aujourd'hui, dimanche. Le limogeage de Abdelmalek Sellal aura été, pour ainsi dire, la seule réponse de Bouteflika aux manifestations de vendredi dernier. Officiellement, aucune explication n'a été fournie par «le candidat» ou sa direction de campagne sur ce limogeage inattendu de celui qui, à trois reprises, en 2004, 2009 et 20014, avait eu à diriger cette même campagne pour le compte du candidat Bouteflika. Mais il est clair que l'accélération des événements de ces derniers jours exigeait quelques décisions fortes pour tenter de relancer une candidature fortement décriée par la rue, mal défendue par «les siens» et desservie, en plus, par une direction de campagne qui n'arrive toujours pas à émerger.
En dépit de moyens colossaux à sa disposition, elle passe plus de temps à colmater les brèches, à se défendre et à subir des coups qu'à réellement défendre son propre candidat. L'étonnante affaire de l'enregistrement audio d'une discussion censée être privée entre Sellal et Ali Haddad mais qui a fait le tour du monde en est la parfaite illustration. Abdelghani Zaâlane pourra-t-il «booster» la campagne du candidat Bouteflika ? Il est évident que ce qui a plaidé pour lui, c'est son tempérament et son profil. Proche du cercle présidentiel, bien sûr, Zaâlane, que l'on dit particulièrement proche de Chakib Khelil, est un nouveau venu sur le devant de la scène. Sobre, cet énarque natif de Souk Ahras n'est ministre que depuis mai 2017.
N'appartenant ni au FLN ni au RND, c'est un cadre appartenant à la génération post-indépendance, ayant passé le plus clair de sa carrière au sein des collectivités locales avant d'être promu wali à partir de 2006, successivement à Oum-el-Bouaghi, Béchar puis à Oran.
Un «nouveau visage» donc, pas trop catalogué comme l'un des barrons du système Bouteflika, comme Ouyahia, Sellal, et bien d'autres symboles du régime auprès de l'opinion, Zaâlane aura à mener une mission extrêmement difficile. C'est le moins que l'on puisse dire pour quelqu'un qui doit conduire la campagne d'un candidat fortement et «bruyamment» contesté depuis son annonce officielle, le 10 février dernier. Il aura d'abord à mobiliser l'armada partisane et associative qui soutient Bouteflika mais qui reste comme tétanisée pour le moment, par l'avènement d'un client inattendu dans l'arène politique : la rue !
De même qu'à coordonner entre les différentes composantes de la terrible machine qui reste à la disposition du candidat du pouvoir, l'inestimable arsenal institutionnel, médiatique et l'administration dans son ensemble, tout entièrement engagée pour la cause de « la continuité»…
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.