Six demandes de rendez-vous déposées auprès de l'ANIE    Real : Ramos ne lâche pas Zidane    Pour renflouer les caisses sociales déficitaires :    «Nos structures de maintenance sont certifiées par l'aviation civile»    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    PROPOS DE SAADANI SUR LE SAHARA OCCIDENTAL : Le gouvernement réagit    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE MOSTAGANEM : Saisie de 7440 comprimés de psychotropes sur la RN°11    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR    «Papicha» ou le drame de la censure?    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La leçon algérienne
MANIFESTATIONS CONTRE LE 5e MANDAT
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 03 - 2019

Pancartes en main ou cris de foule : d'un bout à l'autre du pays, les citoyens étalent leur opinion à travers des slogans qui trahissent l'évolution qualitative des formes de protestation algériennes.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Les photos prises sur le vif par les reporters ou les images circulant en grande quantité sur le web sont loin de ressembler à celles qui nous étaient offertes durant les décennies précédentes. Pas de pneus enflammés, pas de barricades tenues par des jeunes aux yeux exorbités et surtout sortis d'on ne sait où, aucune marque d'appartenance politique ou idéologique, de peur lisible sur les visages. Les Algériens ont franchi un grand pas, et le bon. Un véritable saut qualitatif, indéniable, particulièrement décelable à travers les slogans enregistrés.
Un mot d'ordre principal, hurlé du Nord au Sud, d'Est à l'Ouest : «Non au cinquième mandat», sans recours à l'insulte ni mots indécents. Le message est hautement politique et les manifestants tiennent à le respecter de manière stricte. Son expression se fait de différentes manières, littéralement rédigée dans les deux langues sur des affiches, en énorme 5 barré, une grande croix sur les cinq doigts écartés d'une main et surtout scandé.
D'autres messages politiques très durs ont été entendus mais toujours exprimés sans dérapage verbal : «L'Algérie est une république, pas une royauté», «rendez-nous notre pays, vous avez tout pris», «Algérie libre et démocratique», «Liberté». Des noms de hauts responsables sont criés suivis de «dégage». Ce vendredi, plus qu'un autre jour, les Algériens ont également démontré le degré d'intérêt qu'ils portent à l'évolution de la situation en cours. Des réponses ont ainsi été apportées aux propos tenus cette semaine par le Premier ministre à l'Assemblée.
En marge de la déclaration de politique générale du gouvernement, Ahmed Ouyahia a comparé les marches aux événements qui ont précédé le basculement de la Syrie. Les manifestants ont réagi en criant que la contestation algérienne s'achèvera «avec des roses».
Les milliers de personnes sorties dans les rues ce vendredi se sont fait un point d'honneur d'éviter toute provocation ou toute confrontation avec les forces de l'ordre. A la place du 1er-Mai où des gaz lacrymogènes ont été tirés, la foule a immédiatement réagi en scandant «pacifique, pacifique».
Des images historiques captées à ce moment montrent aussi des jeunes tapoter l'épaule de CRS ou carrément les enlacer en signe de fraternité ou de retrouvailles après une longue période d'adversité. Des scènes encore inimaginables il y a peu montrent qu'en certains endroits où devait régner une certaine tension, des jeunes ont pris l'initiative de dresser un cordon pour protéger les CRS de ceux qui pourraient être tentés par la contestation. «Khawa, khawa» (nous sommes tous frères) lançaient à ce moment des centaines de personnes.
Face aux brigades anti-émeutes qui interdisaient le passage aux manifestants voulant faire jonction avec ceux qui défilaient au centre-ville, tous ont préféré contourner le cordon en criant «nidham», signifiant leur adhésion à l'ordre.
Les chants patriotiques étaient également très présents, arrachant parfois des larmes d'émotion aux anciens, aux femmes présentes en grand nombre lors de ces mobilisations citoyennes.
Loin des partis politiques, des organisations censées produire ces scènes auxquelles le monde assiste aujourd'hui, les Algériens ont choisi également d'isoler les casseurs et de lancer d'autres messages forts, silencieux ceux-là en entamant le nettoyage des zones où des dérapages ont eu lieu.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.