Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaires Sonatrach et Autoroute Est-Ouest: Les dossiers de Chakib Khelil et Amar Ghoul transmis à la Cour suprême    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour: JSMB - ESS, aujourd'hui à 17 h 00: Un âpre duel en vue    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Division nationale Amateur - Ouest: Cinq clubs dans la tourmente    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Restitution des projets financés par l'UE pour la sauvegarde du patrimoine : 5 associations oranaises présentent leurs bilans    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    "L'aide de l'armée est capitale"    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Capitalisme de surveillance»
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 03 - 2019

Shoshana Zuboff est professeur émérite à la Harvard Business School et ancien collaborateur de la faculté au Centre Berkman-Klein pour l'internet et la société à la Harvard Law School. Le magazine Promarket vient de publier des bonnes feuilles de son ouvrage From the Age of Surveillance Capitalism : The Fight for a Human Future at the New Frontier of Power (De l'ère de la surveillance capitalisme : la lutte pour un avenir humain à la nouvelle frontière du pouvoir). Il y traite de ce qu'il appelle «la main invisible du capitalisme de surveillance» à l'ère du «servage numérique».(*)
A ses yeux, le nouvel ordre se distingue de l'ancien de trois manières : primo, il préconise «le privilège de la liberté et de la connaissance sans entraves» : secundo, il élague «les recettes biologiques» qui ont prévalu de longue date et, tertio, il trahit «une vision sociétale collectiviste soutenue par une indifférence radicale dont Big Brother est l'expression matérielle».
Les nouveaux maîtres du jeu ont pour seule filiation avec le capitalisme originel qu'ils aspirent à se libérer de toute contrainte, conformément à deux assertions fondamentales : «Les marchés sont intrinsèquement mystérieux», d'une part ; «l'ignorance engendrée par cette lacune commande une grande liberté d'action pour les acteurs du marché», d'autre part.
La célèbre métaphore de la «main invisible» d'Adam Smith sacralise le marché avec cette foi divine que «les actions individuelles qui produisent des marchés efficients se mêlent à un schéma extrêmement complexe, un mystère qu'aucune personne ni aucune entité ne peut espérer connaître ou comprendre, encore moins commander».
Dans son prolongement, tous les libéraux «associent sans équivoque liberté et ignorance». Pour reprendre, Friedrich Hayek — notamment son monumental article, «l'utilisation de la connaissance dans la société», paru en 2011 — «le mystère du marché réside dans le fait qu'un grand nombre de personnes peuvent se comporter efficacement tout en restant ignorantes du tout». Dans cette logique, «la perception humaine» devient superfétatoire car les flux d'informations pertinents opèrent «hors de contrôle de tout esprit», la dynamique du marché permettant aux gens de fonctionner dans l'ignorance sans que «personne soit obligé de prescrire quoi faire».
La marge, le mystère qui se retrouvent dans cette «ignorance» nourrissent tous les rêves attachés au mythe de la concurrence «pure et parfaite» entre agents placés dans des conditions idéales de compétition hors de «toute ingérence réglementaire, législative, judiciaire, sociétale ou publique».
C'est compter sans Big Other et son «pouvoir instrumentaliste» remettant en question le principe classique de «la liberté par ignorance».
De nos jours, le «marché» n'est plus aussi invisible que l'imaginaient Smith ou Hayek : «Un capitalisme de surveillance remplace le mystère par la certitude, il a substitué révision, modification du comportement et prédiction à l'ancien modèle». Il s'agit d'un renversement fondamental de l'idéal classique du «marché».
Au cœur de la nouvelle économie de la surveillance, on retrouve le rôle économique grandissant des modes de surveillance de la population comme nouvelles sources de profit pour des secteurs variés de l'économie.
En 2013, on évaluait le secteur du courtage des données personnelles à 200 milliards de dollars pour les seuls Etats-Unis : c'est trois fois le budget annuellement alloué par le gouvernement américain à ses services de renseignement. Le marché européen est encore plus porteur : la valeur des données personnelles collectées auprès des consommateurs européens était estimée à 315 milliards d'euros en 2011.
Et les besoins semblent loin de connaître leur limite. Mark Zuckerberg nous promet que Facebook finira par connaître tous les livres, films et chansons que vous appréciez et que «ses modèles prédictifs vous indiqueraient le bar où aller lorsque vous arriverez dans une ville inconnue, où le barman vous accueillera avec votre boisson préférée».
Auparavant, l'ancien vice-président des Etats-Unis Al Gore déplorait, en 2013, de vivre «dans une économie de traqueurs», avec pour acteurs des «entreprises exploitant internet pour en extraire les informations concernant les habitudes de consultation et de consommation des utilisateurs, afin de cibler au mieux leurs publicités».
Le responsable de l'équipe scientifique Facebook est fier du résultat : «Pour la première fois, nous avons un microscope qui... nous permet d'examiner le comportement social à un niveau de finesse jamais atteint auparavant.»
C'est également l'avis d'Eric Schmidt de Google en 2010 : «Vous nous donnez plus d'informations sur vous, sur vos amis, et nous pouvons améliorer la qualité de nos recherches. Nous savons où vous êtes. Nous savons où vous êtes allé.»
Pour Satya Nadella de Microsoft, «tous les espaces physiques et institutionnels, les personnes et les relations sociales peuvent être indexés et consultés: tout cela est sujet au raisonnement automatique, à la reconnaissance de formes, à la prédiction, la préemption, l'interruption et la modification».
Ainsi, le capitalisme de surveillance se décline comme «une convergence sans précédent de la liberté et du savoir» et le niveau de cette convergence correspond exactement à la mesure du «pouvoir instrumentaliste».
«Les capitalistes de la surveillance réclament la liberté de commander le savoir, puis exploitent cet avantage du savoir pour protéger et étendre cette liberté.»
«Plus étonnant encore, le capital d'investigation provient de la dépossession de l'expérience humaine, concrétisée dans ses programmes de restitution unilatéraux et omniprésents : nos vies sont raclées et vendues pour financer leur liberté et notre assujettissement, leur connaissance et notre ignorance de ce qu'ils savent.»
«La combinaison de la connaissance et de la liberté contribue à accélérer l'asymétrie du pouvoir entre les capitalistes et les sociétés dans lesquelles ils évoluent. Ce cycle ne sera brisé que si nous reconnaissons en tant que citoyens, en tant que sociétés et en tant que civilisation que les capitalistes de la surveillance en savent trop pour être éligibles à la liberté.»
A. B.
Shoshana Zuboff, The Road to Digital Serfdom? The Visible Hand of Surveillance Capitalism, Promarket, 22 février 2019,
https://promarket.org/road-to-digital-serfdom-surveillance-capitalism-visible-hand/?mc_cid=cfc0120717&mc_eid=6b484f1c8e


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.