Six demandes de rendez-vous déposées auprès de l'ANIE    Real : Ramos ne lâche pas Zidane    Pour renflouer les caisses sociales déficitaires :    «Nos structures de maintenance sont certifiées par l'aviation civile»    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    PROPOS DE SAADANI SUR LE SAHARA OCCIDENTAL : Le gouvernement réagit    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE MOSTAGANEM : Saisie de 7440 comprimés de psychotropes sur la RN°11    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR    «Papicha» ou le drame de la censure?    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Paon Quand le soleil se lève à l'ouest
Exposition de l'artiste japonaise Mayuka Wakai à la galerie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 03 - 2019

Du pays du Soleil levant, la graveuse Mayuka Wakai est venue à Alger présenter son exposition d'arts plastiques «Le soleil se lève à l'ouest». La galerie d'arts Le Paon du Centre des arts de Riadh-El-Feth, qui accueille à bras ouverts cette exposition, ressemble à un «îlot » de culture nippone.
Le jour du vernissage, Mayuka Wakai et un petit groupe de ses compatriotes accueillent avec le sourire les visiteurs. La jeune artiste qui commence à apprendre le français parle volontiers de ses œuvres, aidée parfois par un interprète japonais.
Le tableau titré «La ville la nuit» a été réalisé à Nagoya, la ville de Mayuka Wakai. «Méditerranée» est naturellement une inspiration algéroise. La grande bleue est également présente dans les tableaux «La mer» et «Souvenirs de l'île», inspiré d'une île britannique, paraît-il, réputée pour la qualité de son whiskey. L'artiste japonaise a également ramené des souvenirs de France comme le joli tableau La Seine en mai. Les œuvres certes abstraites sont éloquentes, à l'instar de La vie en rose, La lune lointaine, la la la ou Le vent et le son dans lequel se devine l'instrument de musique à cordes, la harpe. A juste titre, le tableau intitulé «On peut régler tous les problèmes» clôture en beauté cette belle exposition.
Mayuka Wakai est diplômée de l'université d'art de Nagoya, au Japon, et de l'Ecole supérieure des beaux-arts de Dijon, en France. Elle a à son actif plusieurs expositions collectives et individuelles dans son pays et à travers le monde. Ainsi, elle a été sélectionnée au mini-print international de Cadaques en Espagne en 2015, et à l'exposition annuelle internationale d'Estampe Miniature du Lessedra (Bulgarie) en 2016.
Wakaî Mayuka, designer de formation, a commencé à faire de la gravure il y a une quinzaine d'années à l'Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Dijon où elle a réalisé ses premières œuvres. De retour dans son pays natal, elle décide d'enrichir ses connaissances dans l'atelier du célèbre graveur Hiroyuki Suzuki.
En 2016, elle a eu la possibilité de séjourner durant deux mois à la Cité internationale des arts à Paris et d'organiser une exposition. Pour Mayuka Wakai , la gravure est un ensemble de techniques artistiques qui permettent de transcrire sur le papier des images gravées sur le bois, sur la pierre ou sur le cuivre. «je fais de la gravure sur le cuivre et il y en a plusieurs types : l'etching (l'eau forte), le dry point (la pointe sèche), le monotype, etc. Je fais notamment de l'etching au Japon», précise l'artiste. Elle explique que la technique l'etching consiste à dessiner l'image sur la plaque de cuivre en utilisant le burin et du liquide chimique acide. Comme elle n'a pas pu apporter du Japon ce liquide, elle utilise la technique monotype, où elle dessine directement avec la plume et l'encre sur le cuivre. Mais «contrairement à l'etching, cette technique ne permet pas la reproduction de l'image», fait-elle encore remarquer.
Dans son exposition à la galerie d'arts Le Paon, Mayuka Wakai présente aussi des œuvres réalisées au Japon et d'autres à l'Ecole nationale des beaux-arts d'Alger.
«Ce que je veux rendre en images, c'est de l'invisible, c'est-à-dire l'atmosphère, l'odeur et la sensation des objets. Le paysage algérien m'inspire beaucoup. Vous trouverez dans cette exposition des œuvres inspirées de la ville de Ghardaïa.» Cette artiste du Levant découvre l'Algérie, un des pays du Maghreb, dont le nom veut dire «Le Couchant» (du soleil)
Après Alger, l'artiste japonaise exposera prochainement à New York.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.