Les universitaires haussent le ton    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Exigence logique et sensée    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Effondrement d'un immeuble à la basse-Casbah : Ouverture d'une enquête après le décès de cinq (05) personnes    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Rebrab placé sous mandat de dépôt    Une centaine de produits exclus du DAPS    Gaid Salah charge les boycotteurs    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Msila.. Psychotropes saisis    Lutte pour le maintien.. Huit clubs pour trois places en enfer    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    Un documentaire en cours de réalisation    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Paon Quand le soleil se lève à l'ouest
Exposition de l'artiste japonaise Mayuka Wakai à la galerie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 03 - 2019

Du pays du Soleil levant, la graveuse Mayuka Wakai est venue à Alger présenter son exposition d'arts plastiques «Le soleil se lève à l'ouest». La galerie d'arts Le Paon du Centre des arts de Riadh-El-Feth, qui accueille à bras ouverts cette exposition, ressemble à un «îlot » de culture nippone.
Le jour du vernissage, Mayuka Wakai et un petit groupe de ses compatriotes accueillent avec le sourire les visiteurs. La jeune artiste qui commence à apprendre le français parle volontiers de ses œuvres, aidée parfois par un interprète japonais.
Le tableau titré «La ville la nuit» a été réalisé à Nagoya, la ville de Mayuka Wakai. «Méditerranée» est naturellement une inspiration algéroise. La grande bleue est également présente dans les tableaux «La mer» et «Souvenirs de l'île», inspiré d'une île britannique, paraît-il, réputée pour la qualité de son whiskey. L'artiste japonaise a également ramené des souvenirs de France comme le joli tableau La Seine en mai. Les œuvres certes abstraites sont éloquentes, à l'instar de La vie en rose, La lune lointaine, la la la ou Le vent et le son dans lequel se devine l'instrument de musique à cordes, la harpe. A juste titre, le tableau intitulé «On peut régler tous les problèmes» clôture en beauté cette belle exposition.
Mayuka Wakai est diplômée de l'université d'art de Nagoya, au Japon, et de l'Ecole supérieure des beaux-arts de Dijon, en France. Elle a à son actif plusieurs expositions collectives et individuelles dans son pays et à travers le monde. Ainsi, elle a été sélectionnée au mini-print international de Cadaques en Espagne en 2015, et à l'exposition annuelle internationale d'Estampe Miniature du Lessedra (Bulgarie) en 2016.
Wakaî Mayuka, designer de formation, a commencé à faire de la gravure il y a une quinzaine d'années à l'Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Dijon où elle a réalisé ses premières œuvres. De retour dans son pays natal, elle décide d'enrichir ses connaissances dans l'atelier du célèbre graveur Hiroyuki Suzuki.
En 2016, elle a eu la possibilité de séjourner durant deux mois à la Cité internationale des arts à Paris et d'organiser une exposition. Pour Mayuka Wakai , la gravure est un ensemble de techniques artistiques qui permettent de transcrire sur le papier des images gravées sur le bois, sur la pierre ou sur le cuivre. «je fais de la gravure sur le cuivre et il y en a plusieurs types : l'etching (l'eau forte), le dry point (la pointe sèche), le monotype, etc. Je fais notamment de l'etching au Japon», précise l'artiste. Elle explique que la technique l'etching consiste à dessiner l'image sur la plaque de cuivre en utilisant le burin et du liquide chimique acide. Comme elle n'a pas pu apporter du Japon ce liquide, elle utilise la technique monotype, où elle dessine directement avec la plume et l'encre sur le cuivre. Mais «contrairement à l'etching, cette technique ne permet pas la reproduction de l'image», fait-elle encore remarquer.
Dans son exposition à la galerie d'arts Le Paon, Mayuka Wakai présente aussi des œuvres réalisées au Japon et d'autres à l'Ecole nationale des beaux-arts d'Alger.
«Ce que je veux rendre en images, c'est de l'invisible, c'est-à-dire l'atmosphère, l'odeur et la sensation des objets. Le paysage algérien m'inspire beaucoup. Vous trouverez dans cette exposition des œuvres inspirées de la ville de Ghardaïa.» Cette artiste du Levant découvre l'Algérie, un des pays du Maghreb, dont le nom veut dire «Le Couchant» (du soleil)
Après Alger, l'artiste japonaise exposera prochainement à New York.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.