Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    Nouvelles d'Oran    Rabah Bouarifi élu président jusqu'à la fin du mandat olympique en cours    Le comportement «inélégant et pitoyable» de Mohamed Raouraoua    La préparation du match de Tizi Ouzou perturbée    L'avis de trois personnalités    Hausse de plus de 17 % des recettes douanières en janvier et février 2019    Grippe saisonnière: net recul des décès par rapport à l'année précédente    Prochainement sur Google traduction    25 affaires traitées par la Gendarmerie nationale lors du 1er trimestre 2019    Explosions au Sri Lanka : le bilan s'aloudrit à 207 morts et plus de 450 blessés    Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Un rassemblement en prévision de l'arrivée d'Ouyahia    L'US Akbou-NRB Hammamet en finale…    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    Début du référendum constitutionnel en Egypte    UGTA : Sidi-Saïd jetterait-il l'éponge ?    18,7 milliards de centimes octroyés    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    Les 7 000 LPL de Draâ Errich en voie de règlement    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    Ouaret, DG des douanes, et Hiouani, gouverneur de la BA par intérim    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Aziz Chouaki, Ulysse en mode harrachi    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    Chiheb torpille Ouyahia    "Trop tard, M.Bensalah..."    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Ronaldo, la mise au point d'Allegri    Rihane éliminé au deuxième tour    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    En hommage aux 126 martyrs    Expo "L'Afrique à la mode"    L'IF cherche des réalisateurs de documentaires    Ligue 2: Le RCR hors course, l'ESM et l'ASMO en panique    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    El-Oued : Pôle agricole en tête des wilayas du Sud productrices de primeurs    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le mouvement populaire en quête de structuration
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 03 - 2019

Le mouvement de contestation populaire s'apprête-t-il à passer à une nouvelle phase ? Depuis plusieurs jours, des indicateurs portent en effet à croire que ce dernier tente de trouver moyen de se structurer pour mieux appréhender les évènements.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Les éléments qui tendent à démontrer cette nouvelle évolution sont de plus en plus nombreux et essentiellement perceptibles à travers les messages publiés via le net.
Espace d'échange, de liberté d'expression incontrôlable, Facebook s'est transformé, depuis un long moment déjà, en une sorte de terrain de mobilisation citoyenne qui a assuré avec succès, compte tenu des résultats obtenus.
C'est ici que le premier appel au rassemblement du 22 février a été lancé, suivi de celui du 1er mars puis du vendredi 8 mars dernier. Et c'est là encore que les mots d'ordre, consignes de sécurité de vigilance du maintien du caractère pacifique des manifestations, sont entretenus d'heure en heure. Il se trouve que l'origine de ces appels reste à ce jour inconnue.
Le maintien de cet anonymat semble quant à lui répondre essentiellement au souci de se préserver de toute tentative de «phagocytage», ou, en d'autres termes, éviter d'être cassé et étouffé dans l'œuf. Jusqu'ici, les foules incitées à sortir dans les rues ont fait preuve d'une maturité, d'une conscience et surtout d'une organisation exemplaires.
Des milliers de personnes sont sorties trois vendredis de suite à Alger, mais aussi à travers toutes les grandes villes du pays sans incidents, sans déroger à la règle. Les seuls incidents observés seraient l'œuvre de groupes isolés et n'ayant aucun rapport avec les manifestants. Il en a été de même durant les marches organisées par les étudiants.
Ce mouvement a dépassé aujourd'hui sa troisième semaine. Il se trouve à une étape cruciale de sa très jeune existence mais porte à la fois de lourdes responsabilités : celles de pouvoir poursuivre le processus déclenché dans les formes où il se trouve, faire face à un pouvoir qui n'a pas encore joué toutes ses cartes, mais aussi et surtout pouvoir porter de manière effective, politique, les revendications populaires, étape inéluctable ayant marqué tous les mouvements révolutionnaires à travers l'Histoire de l'humanité.
Cela, les Algériens engagés dans la bataille, l'ont bien compris. Ils ont compris aussi que les initiatives personnelles (nettoyer les rues, prendre en charge les blessés, étendre la solidarité les jours des grandes manifestations…) ne pouvaient constituer que l'aspect technique de la mobilisation en cours. Depuis un moment, des tentatives d'amorcer un nouveau processus, de structuration celui-là, se sont mises en place.
Des noms de personnalités, d'intellectuels, n'ayant pas forcément de lien avec le monde politique, ont d'abord circulé et présentés comme étant de potentiels figures pouvant représenter le mouvement. Plusieurs d'entre elles ont cependant préféré se garder d'apporter un quelconque quitus à ces initiatives, bien périlleuses il faut le dire, compte tenu de la sensibilité de la situation mais aussi au regard de la grande méfiance qui règne chez les Algériens.
Conscients de cet état de fait, les partis politiques ont tenu, jusqu'à l'heure, à accompagner, uniquement, les manifestants et à prendre part aux rassemblements en qualité de citoyens. Effacés ? Pas le moins du monde, ici la bataille est autre. Mais tous observent aussi l'évolution et la recherche d'une structuration qui se manifeste par des appels comme celui auquel ont eu droit les Algériens hier.
Un Comité patriotique pacifique s'est par exemple mis en place et appelle à la création d'une «organisation unificatrice et fédératrice», car continuer simplement à «admirer ce mouvement pacifique avec fascination ne pourra aboutir à l'éclosion d'une deuxième République tant souhaitée».
«Nous ne sommes ni un parti politique, ni un quelconque groupe de récupération de voix, notre unique dessein est de fédérer les actions du peuple algérien (…) et les transformer en force de changements honorant le courage de cette mobilisation.»
Les initiateurs de cet appel vont jusqu'à proposer une plate-forme d'actions parmi lesquelles «le recensement des revendications populaires» pour mieux appréhender les évènements à venir. Trouvera-t-il écho ? Sous quelle forme se présentera-t-il ?
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.