Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaires Sonatrach et Autoroute Est-Ouest: Les dossiers de Chakib Khelil et Amar Ghoul transmis à la Cour suprême    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour: JSMB - ESS, aujourd'hui à 17 h 00: Un âpre duel en vue    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Division nationale Amateur - Ouest: Cinq clubs dans la tourmente    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Restitution des projets financés par l'UE pour la sauvegarde du patrimoine : 5 associations oranaises présentent leurs bilans    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    "L'aide de l'armée est capitale"    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les acteurs de la scène politique insistent sur la vigilance
Publié dans La Nouvelle République le 10 - 03 - 2019

Mobilisés par Facebook, des milliers de citoyens sont sortis les trois derniers vendredi, ainsi qu'à plusieurs reprises en jour de semaine, pour protester contre la candidature du Président sortant à un nouveau mandat à l'occasion du scrutin du 18 avril prochain. D'autres revendications ont été portées par les slogans scandés lors des marches et des rassemblements, centrés sur l'exigence d'un Etat de droit, de la justice sociale et de la lutte contre la corruption.
Dans l'opinion publique, dans la classe politique et au sein du pouvoir, de même que chez les personnalités de la société civile, tous reconnaissent, avec surprise et satisfaction, que ces manifestations populaires se sont déroulées sans aucun incident. L'impressionnant dispositif de police mis en place pendant les manifestations a eu plus une fonction de maintien de l'ordre public dans l'intérêt des manifestants que de répression de leur protestation. Les observateurs et commentateurs ont noté la grande maturité et le civisme des manifestants, pour la plupart adolescents et jeunes, traduisant une compréhension réelle de ce qu'est le pluralisme démocratique qui est désormais une réalité palpable dans notre pays.
Par ailleurs, et sans surprise, l'ingérence étrangère qui a pointé le nez d'une façon provocatrice, est rejetée par tous; «khaoua, khaoua», lancent les manifestants, ce qui signifie: les Algériens sont tous des frères, l'étranger n'a pas à se mêler de nos affaires. Cela n'empêche pas les manifestants de critiquer violemment le pouvoir et d'en vouloir aussi à l'opposition qui a fini par s'inscrire dans le système, avec les avantages qu'il présente, et se couper, elle aussi, de la population. Maintenant, les questions qui peuvent se poser à tous, d'abord aux manifestants, mais aussi au pouvoir et à l'opposition, concernent la poursuite du mouvement populaire créé par les vagues de manifestations qui touchent la capitale et d'autres villes du pays.
Le caractère pacifique ainsi que le calme et la sérénité qui l'accompagnent pourront-ils continuer à être observés dans les prochaines manifestations, si les protestataires maintiennent leurs actions de rues? Le jusqu'au-boutisme de certains manifestants va-t-il entacher la retenue et l'esprit de responsabilité dont ont fait preuve la majorité d'entre eux? Jusque là, ils ont fait preuve d'une grande vigilance et d'une prudence qui leurs font honneur, pour empêcher une éventuelle infiltration visant à provoquer le chaos et porter atteinte à la paix et à la stabilité, dont jouit l'Algérie et qu'ils tiennent à tout prix à préserver.
Le réseau facebook a prouvé qu'il est un instrument efficace de mobilisation dans la mesure où des appels, anonymes et d'origine inconnue, à manifester dans la rue à Alger et dans d'autres villes du pays, ont été suivis par des milliers de citoyens. Mais, l'expérience montre qu'il est un médiocre moyen de démocratisation puisqu'il s'oppose au débat libre, et taxe de tous les noms, les auteurs d'avis contraires à ceux émis par les instigateurs des appels à manifester. En outre, les réseaux sociaux insèrent le mouvement populaire dans un espace virtuel où la notion de programme concret est ignorée, alors que le pouvoir et l'opposition qui disposent de programmes incluant tous les domaines de la vie du pays, sont rejetés tous deux.
Il reste, comme perspective, la répétition des manifestations du vendredi, qui peuvent prendre les allures de sorties de weekend, en groupes de jeunes et adolescents comme pour aller au stade, en espérant que l'aspect festif qui a caractérisé les manifestations et rassemblements de ce vendredi 8 mars soit de rigueur encore. On apprend que, malgré le caractère pacifique des manifestations dans la capitale, vendredi dernier, un groupe de délinquants a pu profiter des conditions créées par ces manifestations pour s'attaquer au Musée public national des antiquités et des arts islamiques qui se trouve au Telemly, et commettre des actes de vandalisme et voler un certain nombre d'objet de valeur après avoir mis le feu dans des locaux administratifs causant la destruction de documents et de registres, selon un communiqué du ministère de la Culture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.