Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne pour préserver la stabilité de l'Algérie    Une délégation de l'APN prendra part à l'Eucoco    Bale, la réponse de Marca ! (Photo)    CRB : Amrani «Je ne parlerai pas d'un autre club, je respecte ma profession»    Deux individus appréhendés à Relizane et El Taref pour tentative de ralliement aux groupes terroristes    Nouveau Gouvernement tunisien: Ennahdha s'oppose à la participation de certains partis    Bengrina s'en prend à l'opposition    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    Des partisans du président agressent des opposants    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    Il y a tromperie sur la marchandise    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Israël ferme des organisations palestiniennes à El-Qods occupée    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Se disputer avec soi-même    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Université / Emploi : l'autopsie    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelkader Alloula, ou l'histoire d'un «généreux»
Théâtre
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 03 - 2019

Une série de manifestations culturelles sont programmées à Oran et à Alger, notamment à l'occasion de la commémoration du 25e anniversaire de l'assassinat de Abdelkader Alloula.
Le Théâtre régional d'Oran (TRO) qui porte le nom du dramaturge, a abrité samedi la générale de la nouvelle version de la comédie Arlequin valet de deux maîtres , inspiré d'un texte déjà adapté par Abdelkader Alloula, en 1993. Jouée devant une salle archicomble, cette production est une coproduction du TRO et du Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi ( Alger).
La nouvelle version est mise en scène par Ziani Cherif Ayad d'après une adaptation de Mohamed Bourahla basée sur le texte d'Alloula.
L'assistance a apprécié les imbroglios, quiproquos et autres scènes comiques interprétées avec brio par de jeunes commédiens du théâtre national au côté de leur aîné Mohamed Himour, unique membre de la troupe à avoir déjà joué dans la première version d'Alloula.
L'histoire a pour trame des négociations dans la demeure de Pantalon, un riche marchand (rôle interprété par Mohamed Himour) qui s'apprête à marier sa fille Clarisse (Amina Belhocine) à Silvio (Mohamed El Amine Rara) le fils du docteur Lombardi (Mahfoudh El Hani). Mais voilà que vient un certain Arlequin (Mustapha Meratia) qui annonce le retour de l'ancien fiancé de Clarisse, celui que tout le monde croyait mort.
«Il s'agit d'une nouvelle version de la pièce éponyme de l'Italien Carlo Goldoni», a expliqué le directeur du TRO, Mourad Senouci, rappelant que la libre adaptation de cette œuvre par Abdelkader Alloula en 1093 avait connu un franc succès.
Ziani Cherif Ayad, le metteur en scène de la nouvelle version, a à son actif le montage d'une trentaine de pièces comme galou Laârab galou (1983), Les martyrs reviennent cette semaine en 1987 (d'après une nouvelle de Tahar Ouettar) et El Ayta (1989) qui lui ont valu des récompenses à l'échelle internationale.
Il a également occupé plusieurs postes de responsabilité dont les fonctions de directeur artistique et de directeur général du TNA avant de fonder, avec une équipe de comédiens, la compagnie théâtrale El-Qalaâ (La citadelle) qui monta et joua nombre de pièces en Algérie et à travers différents pays d'Europe et d'Afrique. Le dramaturge Mohamed Bourahla qui a assuré l'adaptation du texte de la pièce d'Alloula, de son côté, est l'auteur une dizaine de pièces théâtrales et de romans axés essentiellement sur les thématiques de la condition humaine et de la relation avec l'autre. Il a été plusieurs fois distingué pour ses contributions à la culture, et a été lauréat du prix du meilleur texte original au Festival national du théâtre professionnel d'Alger en 2012.
L'équipe technique associée au montage de cette nouvelle version en hommage à Alloula est composée d'autres professionnels de la scène artistique algérienne, à l'instar du scénographe Arezki Larbi connu comme décorateur au théâtre et au cinéma ainsi que pour ses talents dans le domaine des arts plastiques.
La musique est signée Sensabyl Beghdadi, auteur compositeur, interprète et instrumentiste (luth, violon et percussion) qui s'est attelé à un travail musical inspiré du patrimoine culturel algérien dans ses multiples genres tels le wahrani, le sahraoui ou le chaâbi.
Plusieurs personnalités culturelles dont les directeurs du TNA et de l'Opéra d'Alger Boualem-Bessaïh, Mohamed Yahiaoui et Noureddine Saoudi, ont assisté à la générale de cette pièce qui sera à l'affiche à Alger (au Theâtre national algérien Mahieddine- Bachtarzi du 20 au 22 mars 2019.
La série d'hommages à Abdelkader Alloula avait débuté samedi dernier au TRO avec la présentation d'une nouvelle version de la pièce El-Ajouad (les généreux) par la compagnie théâtrale oranaise Istijmam, produite en partenariat avec la Fondation Abdelkader- Alloula.
Abdelkader Alloula, né le 8 juillet 1939 à Ghazaouet (wilaya de Tlemcen), est mort le 14 mars 1994 à l'hôpital du Val- de- Grâce de Paris en France, des suites des blessures au cours d'un attentat terroriste à Oran le 10 mars de la même année. Il est considéré comme le plus populaire dramaturge algérien.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.