Les réactions divergent entre optimisme et hésitation    «La qualité des candidatures définira le taux de participation»    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Lamiri appelle à soutenir le pouvoir d'achat du citoyen    Redonner confiance et rapprocher l'Etat du citoyen, par une réelle décentralisation    Nouveaux horaires des trains de banlieue algéroise    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Le MC Alger revient avec une précieuse victoire d'Oran    Ultime dérogation pour Cherif El Ouezzani, le CA au box des accusés    «La JSK réalise une nouvelle progression»    Slimani en tête du classement des meilleurs joueurs de la L1    Un artisan au service de l'éducation    L'Etat a construit des milliers de logements mais la crise perdure :    Les jeunes d'une agglomération secondaire réclament une aire de jeu    Pour les passionnés de fantastique    Une chaîne exclusivement dédiée aux pays du Maghreb    Un festival pour la promotion des traditions méditerranéennes    Algérie-Grande Bretagne: Le Royaume-Uni pour l'élargissement des relations économiques avec l'Algérie    Production de pétrole, attaques de drones en Arabie: le Brent atteint un niveau sans précédent depuis 30 ans    Stabilité et épanouissement de la nation    JM Oran-2021: Le logo officiel de la 19e édition sera présenté ce mardi    Election présidentielle: Discours du chef de l'Etat à la Nation (Texte intégral)    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Mohamed Djemai se retire du FLN    Enquêtes dans les écoles    On se trompe de dépouilles !    Un déficit de 4,41 mds de dollars    Psychotropes : en finir avec l'anarchie    3 prévenus placés en détention provisoire    MORTS PAR NOYADE ET PAR MONOXYDE DE CARBONE : Huit personnes décédées en 24 heures    CEM ‘' MOHAMED LAKHAL ‘' DE KHARROUBA : Les enseignants dénoncent la surcharge des classes    Plaidoyer pour une loi sur l'acquisition de tableaux    Sortir ...sortir ...sortir ...    Bull, portrait d'une Amérique à l'abandon, couvert de récompenses    Pour des mesures urgentes en matière d'éducation    JSK : Il a réussi son premier match international… : Mebarki s'affirme !    CRB : Coupe de la CAF, le plus dur reste à faire à Alger    Faible taux de participation et indécision totale    Le chef Raoni proposé au prix Nobel de la paix    Kagame veut éjecter l'Afrique du Sud des instances de l'UA    Sous le signe de l'amitié algéro-italienne    Suppression de la règle 51/49: Le débat est lancé    Football - Ligue 2: Le DRBT rejoint le duo de tête    Mohamed Chorfi à la tête de l'Autorité de surveillance des élections    Conclave wali-chefs de daïras et P/APC: Des mesures urgentes pour parer à d'éventuelles inondations    Analyse: Invitée au G7… L'Afrique n'a-t-elle vraiment fait que de la figuration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«L'internationalisation de la crise ouvrira le pays aux luttes d'influence entre puissances»
Benflis fustige la tournée de Lamamra :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 03 - 2019

L'ancien chef de gouvernement, Ali Benflis, dénonce fermement la dernière initiative diplomatique du pouvoir, à savoir la tournée annoncée du vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, et qui l'a mené dans plusieurs capitales importantes. Une tournée qui participe, accuse Benflis, de la volonté du pouvoir «d'internationaliser la crise».
Dans une déclaration rendue publique hier lundi, exclusivement consacrée à ce qu'il qualifie de «déploiement diplomatique du régime politique en place»,
Ali Benflis estime que celle-ci intervient parce que «ce régime a été alarmé par les déclarations de certains partenaires étrangers sur le droit du peuple algérien à manifester pacifiquement et l'élan de sympathie manifesté par l'opinion publique internationale, notamment occidentale, à l'égard du mouvement de contestation pacifique, dans notre pays». Ce en réaction à quoi «le pouvoir politique en place semble s'engager dans une campagne auprès des partenaires étrangers pour plaider sa propre cause, promouvoir la feuille de route du président de la République, déclarée nulle et non avenue par le peuple algérien, et solliciter la compréhension des uns, particulièrement les Occidentaux plus sensibles aux pressions de leur opinion publique, et le soutien des autres, notamment la Russie et la Chine».
L'ancien chef de gouvernement y décèle un signe de panique chez le pouvoir et s'interroge, du reste : «N'est-il pas étonnant de voir un régime politique qui stigmatise l'ingérence étrangère lorsque certaines voix dans le monde s'élèvent pour soutenir le droit constitutionnel des Algériens à manifester pacifiquement et qui prend lui-même des initiatives qui vont dans le sens de l'internationalisation de la crise lorsqu'il se sent menacé dans sa survie ?»
Cela étant, Ali Benflis met en garde contre l'ingérence et toute tentative d'internationalisation de la crise politique qui secoue le pays , particulièrement depuis le 11 mars dernier. «La solution de l'impasse politique actuelle est entre les mains des Algériens et doit le rester. L'internationalisation de la crise se traduira nécessairement par l'ouverture de notre pays aux luttes d'influence entre puissances étrangères dont on sait l'effet ravageur sur les pays qui les subissent.»
Pour Benflis, le pouvoir «trouve (cette fois) des vertus à la main étrangère. Il ne se retient plus et ne s'interdit rien et plus aucun tabou ne lui résiste. La main étrangère semble devenue, pour lui, une main secourable». Quoi qu'il en soit, l'ancien chef de gouvernement estimera que «le peuple algérien est résolument contre toute forme d'ingérence étrangère dans les affaires internes de notre pays». Il ajoutera, à juste titre, que «le peuple algérien a crié haut et fort le rejet qu'il leur oppose dès les premières marches. Il ne tolérera pas l'ingérence étrangère d'où qu'elle vienne et en aucune circonstance».
A noter, par ailleurs, qu'au niveau diplomatique, les réactions internationales par rapport aux décisions lourdes de Bouteflika du 11 mars dernier ont été, pour le moins, assez «mesurées», sinon carrément favorables à Bouteflika pour certaines, notamment celle de Paris.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.