Annoncée par Bensalah pour demain.. La conférence de concertation aura-t-elle lieu ?    Commémoration du printemps berbère et du printemps noir.. Imposante marche contre l'oubli et le déni à Bouira    Rassemblement des militants et cadres du RND pour exiger son départ.. Ouyahia charge Chihab    Elles sont de l'ordre de 17 %.. Les recettes douanières en hausse    Ouyahia et Loukal convoqués par le tribunal de Sidi Mhamed d'Alger    ETRHB Haddad à Tizi Ouzou.. Incertitude et angoisse des travailleurs    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    Championnat de France de natation.. Médaille de bronze pour Sahnoune sur le 100m    Annaba.. 26 kg de drogue saisis    Lutte contre la criminalité.. Interpellations à Tlemcen, Tébessa, et Aïn defla    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    TLEMCEN : Du chocolat fourré aux psychotropes !    France.. Les protestations continuent    PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : Le DG des douanes, Farouk Bahamid limogé !    TLEMCEN : Plus de 400 kg de kif saisis en 90 jours !    PROCHAINE SAISON ESTIVALE A ORAN : Trois nouvelles plages autorisées à la baignade    AEROPORT DE TUNIS : Saisie de plus de 100.000 euros sur un Algérien    Près de 223 000 cas suspects de choléra signalés en 2019    Damas mise sur le tourisme après la restauration de ses sites historiques    Laskri appelle les militants à resserrer les rangs    Les travailleurs décrètent 3 jours de grève dès le 28 avril    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    «Je ne laisserai personne détruire ce que nous construisons»    Mois du patrimoine    Des atouts non exploités !    Le parcours scientifique du penseur Abdelkrim Bekri mis en exergue    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Sous le signe de «dégage !»    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    En bref…    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    El Braya: Un homme mortellement poignardé    Mascara: Plus de 30 dealers arrêtés    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Nabni: Pour un système électoral anti-fraude en six mois    Tizi Ouzou: Des maires marchent pour refuser l'encadrement de la présidentielle    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    La date sera fixée dimanche    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«L'internationalisation de la crise ouvrira le pays aux luttes d'influence entre puissances»
Benflis fustige la tournée de Lamamra :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 03 - 2019

L'ancien chef de gouvernement, Ali Benflis, dénonce fermement la dernière initiative diplomatique du pouvoir, à savoir la tournée annoncée du vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, et qui l'a mené dans plusieurs capitales importantes. Une tournée qui participe, accuse Benflis, de la volonté du pouvoir «d'internationaliser la crise».
Dans une déclaration rendue publique hier lundi, exclusivement consacrée à ce qu'il qualifie de «déploiement diplomatique du régime politique en place»,
Ali Benflis estime que celle-ci intervient parce que «ce régime a été alarmé par les déclarations de certains partenaires étrangers sur le droit du peuple algérien à manifester pacifiquement et l'élan de sympathie manifesté par l'opinion publique internationale, notamment occidentale, à l'égard du mouvement de contestation pacifique, dans notre pays». Ce en réaction à quoi «le pouvoir politique en place semble s'engager dans une campagne auprès des partenaires étrangers pour plaider sa propre cause, promouvoir la feuille de route du président de la République, déclarée nulle et non avenue par le peuple algérien, et solliciter la compréhension des uns, particulièrement les Occidentaux plus sensibles aux pressions de leur opinion publique, et le soutien des autres, notamment la Russie et la Chine».
L'ancien chef de gouvernement y décèle un signe de panique chez le pouvoir et s'interroge, du reste : «N'est-il pas étonnant de voir un régime politique qui stigmatise l'ingérence étrangère lorsque certaines voix dans le monde s'élèvent pour soutenir le droit constitutionnel des Algériens à manifester pacifiquement et qui prend lui-même des initiatives qui vont dans le sens de l'internationalisation de la crise lorsqu'il se sent menacé dans sa survie ?»
Cela étant, Ali Benflis met en garde contre l'ingérence et toute tentative d'internationalisation de la crise politique qui secoue le pays , particulièrement depuis le 11 mars dernier. «La solution de l'impasse politique actuelle est entre les mains des Algériens et doit le rester. L'internationalisation de la crise se traduira nécessairement par l'ouverture de notre pays aux luttes d'influence entre puissances étrangères dont on sait l'effet ravageur sur les pays qui les subissent.»
Pour Benflis, le pouvoir «trouve (cette fois) des vertus à la main étrangère. Il ne se retient plus et ne s'interdit rien et plus aucun tabou ne lui résiste. La main étrangère semble devenue, pour lui, une main secourable». Quoi qu'il en soit, l'ancien chef de gouvernement estimera que «le peuple algérien est résolument contre toute forme d'ingérence étrangère dans les affaires internes de notre pays». Il ajoutera, à juste titre, que «le peuple algérien a crié haut et fort le rejet qu'il leur oppose dès les premières marches. Il ne tolérera pas l'ingérence étrangère d'où qu'elle vienne et en aucune circonstance».
A noter, par ailleurs, qu'au niveau diplomatique, les réactions internationales par rapport aux décisions lourdes de Bouteflika du 11 mars dernier ont été, pour le moins, assez «mesurées», sinon carrément favorables à Bouteflika pour certaines, notamment celle de Paris.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.