La classe politique et les personnalités nationales réagissent    Les étudiants se démarquent    Déstabilisations cycliques    Reprise dimanche des discussions sur la transition    Une série d'attentats déjoués    L'Iran joue l'apaisement    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    Ce sera à Sidi Moussa et à Doha    El Bahia prépare la saison estivale    Extension du réseau de gaz 400 nouveaux foyers raccordés    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Les salaires impayés aux joueurs estimés à plus de 50 millions dinars    Ibbou en finale    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    Peut-on croire encore au scrutin du 4 juillet ?    La troupe du Renouveau du théâtre amazigh demain à Tizi Ouzou    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Echauffourées entre jeunes et policiers    Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    USM Bel Abbès – MCA : Victoire impérative pour rester en Ligue 1    Oran : 25 blessés dans une collision entre un bus et une voiture    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    Société Générale Algérie : Concours Jeune artiste peintre    Haï Snawber ex-Les Planteurs: Démolition d'une dizaine de nouvelles constructions illicites    Et si c'était la solution ?    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Baptême du feu pour Arkab!    Viande à 750 DA: c'est où M. le ministre?    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    Saisie de 5 quintaux de viande blanche avariée    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    6 civils tués lors d'un raid saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le matin du Grand Soir
Publié dans Le Soir d'Algérie le 31 - 03 - 2019

Il y a deux situations dans lesquelles le chroniqueur est désorienté. L'une lorsqu'il y a un déficit d'informations, l'autre lorsqu'il y a pléthore. L'une lorsque l'on est mélancolique, l'autre lorsque l'on exulte, pour reprendre un verbe cher à Jacques Brel. Trop longtemps nous avons été dans le premier cas de figure, sous-informés et dans la déprime. Nous manquions à la fois d'informations et d'enthousiasme. Aujourd'hui, nous en avons, toutes proportions gardées, de l'un comme de l'autre à foison, même s'il convient de mettre un peu d'ordre dans cette abondance.
En dépit de leurs tares congénitales qui sont nombreuses, les réseaux sociaux permettent l'accès de tout un chacun à l'information, ou du moins de beaucoup plus de monde qu'avant. Ils favorisent aussi la rapidité de circulation et la suppression du monopole des Etats et des grands groupes de pression. Encore qu'on ne puisse pas dire que les réseaux sociaux ne procèdent pas, eux-mêmes, de ces groupes de pression !
Cette magnifique insurrection citoyenne qui fait l'admiration du monde, les gens de ma génération n'auraient jamais imaginé pouvoir la vivre un jour ! Cela ressemblait à une utopie, et comme telle, elle était à la fois omniprésente et inatteignable.
Echaudés, rares parmi nous sont ceux qui avaient gardé intact l'espoir d'une tentative de reconquête collective par le peuple de son destin. Les pouvoirs successifs depuis l'indépendance et particulièrement celui de Bouteflika, ont épuisé le peuple, laminé la société, désagrégé le bel esprit de résistance que les Algériens avaient tiré de leur histoire millénaire, clochardisé la citoyenneté, dégénéré même le nationalisme. Tout ce à quoi ils ont touché a été contaminé. L'or qui leur a été donné, ils en ont fait du plomb.
Le bel élan populaire qui a réussi à balayer la 4e puissance du monde et à obtenir l'indépendance du pays, ils l'ont encagé dans le système du Parti unique qui a produit une nomenklatura sous-développée devenue spécialiste dans l'art policier de domestiquer le peuple. Puis, conséquence logique, le système mis en place a fini par générer une oligarchie qui, elle, le méprise, le divise, tente de le corrompre et fait remonter en lui tous les bas instincts. On se souvient qu'il y a encore quelques semaines ou quelques mois, à l'instigation de hauts responsables, on avait assisté au lamentable spectacle d'un acharnement raciste anti-Noirs contre les réfugiés subsahariens, qui nous a avilis. Une telle honteuse campagne n'aurait pas été possible dans les hautes sphères du pouvoir d'un Etat démocratique. Et tout le reste à l'avenant. L'humiliation suprême d'imposer un moribond à un cinquième mandat a été quelque part salvatrice puisqu'elle a tiré de son apparente torpeur un peuple qui a gardé, en dépit des tentatives de dépossession, son esprit de résistance et peut-être de résilience, et qui montre qu'il est plus sensible aux atteintes à sa dignité que le pouvoir qui, lui, semble ne pas en avoir du tout. Depuis le 22 février et la naissance de ce mouvement d'insurrection citoyenne unique au monde, tous les observateurs se demandaient où les Algériens, catalogués jusqu'alors comme violents, brouillons, indisciplinés, inciviques, brutaux, cachaient ces réserves de maturité politique, de discipline civique, de solidarité, de respect les uns envers les autres. On se demandait même, surtout s'agissant des jeunes, d'où ils avaient pu puiser cette conscience politique, cette lucide vigilance qui a donné au mouvement du 22 février son exemplarité. Il n'y a pas, on le sait, de génération spontanée, ni de révélation divine en la matière. Cette prise de conscience n'est pas le cadeau de Facebook non plus. Elle est l'accumulation d'un ensemble de facteurs disparates qui ont fusionné au moment idéal d'un rejet unanime conjugué à une crise aiguë du système politique algérien.
Il est bien entendu inconcevable que la maturité dont fait preuve le mouvement ne soit pas aussi l'héritage de toutes les luttes menées par les forces progressistes contre l'hégémonie du pouvoir nationaliste perverti, négateur des libertés, et assassin des espoirs. Tout cela est aussi le fruit du combat de tous les militants, des sacrifices d'hommes et de femmes de conviction et d'action, de militants politiques, associatifs, de syndicalistes, d'intellectuels, de patriotes qui ont lutté pour la justice sociale, pour la démocratie, pour les droits fondamentaux, pour les droits des femmes et pour la construction du pays. Ils ont été humiliés, jetés en prison, torturés, assassinés, poussés à l'exil pendant des décennies. Ils ont aussi été enterrés dans l'oubli.
C'est une injustice totale d'imputer aux mouvements d'opposition, toutes obédiences confondues, depuis l'indépendance, la coresponsabilité de l'échec. Il faut rendre hommage maintenant à l'action, à la conscientisation menée par les groupes et partis clandestins depuis l'indépendance, qu'il s'agisse des berbéristes, des communistes, des démocrates. C'est le fruit de leur passion pour ce pays et pour la liberté de leur peuple qui se manifeste dans la maturation de ce mouvement populaire qui, encore une fois, ne pouvait naître ex nihilo. Le déferlement humain du refus, bigarré et pacifique, pugnace et clairvoyant, qui emplit nos villes et villages depuis plusieurs semaines est aussi un hommage à ces femmes et ces hommes qui parfois ont milité dans la solitude et l'incompréhension. Ce mouvement leur rend justice.
A. M.
P. S. : il faut rendre hommage à de nombreuses personnes décédées ou encore vivantes pour l'espoir qu'elles ont su insuffler dans la réussite du combat. Comme elles sont très nombreuses, je n'en citerai qu'une : Mohamed Benchicou qui a payé de sa santé par deux ans de prison son droit de journaliste à s'exprimer. Le journal qu'il avait créé avec ses camarades, Le Matin, a été interdit.
Et n'oublions pas que croupissent encore en prison des jeunes pour avoir crié peu avant le 22 février : « Non au 5e mandat .» Tout un peuple a relayé leur cri. Ils doivent être libérés. Ce que c'est que d'avoir raison trop tôt !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.