Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    Le projet de loi de finances complémentaire (PLFC 2020) adopté par l'APN    L'Algérie présidera le CPS de l'UA durant le mois de juin 2020    CONGRES DU PARTI FLN : Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau secrétaire général    DR ABDERRAHMANE MEBTOUL A RADIO FRANCE INTERNATIONALE-PARIS : Les conséquences sociales et économiques en Algérie de l'épidémie du coronavirus    COUR MILITAIRE DE BLIDA : Le président Tebboune nomme un nouveau procureur général    IMPACTEE PAR LA CRISE SANITAIRE : Les pertes d'Air Algérie estimées à 3500 milliards de centimes    PLAGE DE SIDI EL MEJDOUB : Deux personnes sauvées d'une noyade certaine    MOSTAGANEM : Le wali interdit les baignades et l'accès aux plages    Coronavirus: 127 nouveaux cas,199 guérisons et 7 décès en Algérie durant les dernières 24h    Covid-19: lancement d'enquêtes épidémiologiques dans les wilayas aux taux élevés    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    On vous le dit    Révolution algérienne: les offensives du 20 août 55, un acte sauvagement réprimé dans le sang    Le gouvernement prêt à négocier avec les talibans    Maintien de la paix : Pékin promet une plus grande contribution    ES Sétif : Halfaia remet sa démission    Manifestation à Rome contre le gouvernement Conte    CAF : Ahmad Ahmad briguera un second mandat    FAF : Réunion du bureau fédéral aujourd'hui    Nouveau coup de filet à El-Kseur    Accusations de prévarication : La BAD temporise malgré l'appel    Impact de la Covid-19 : Quand l'industrie de l'aérien bat de l'aile    "Le Hirak raconte le rêve contrarié d'un peuple"    Un maghrébin au long cours    Ghardaïa: arrestation de dix présumés "coupeurs de route" à Hassi-Lefhal    Epidémie du Covid-19 à Béjaïa : Le CHU gère son espace    Souk Ahras : La fourrière pour 454 véhicules    Washington signe la fin de sa relation avec l'OMS    Six ouvrages pour dire la tragédie nationale    Maison de la culture Ali Zamoum : Un concours de théâtre pour les familles    Mercato en Europe Une nouvelle donne pour les clubs    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui: «Mémoire nationale» et relance de l'industrie au menu    BRAS D'HONNEUR    Géopolitique et champ d'action militaire    Hommage à Michel Seurat    MC Oran: Hyproc au secours du Mouloudia    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    Kamel Daoud : l'arbre aux fruits mûrs    L'infrangible lien…    Le Maroc rapatrie ses ressortissants bloqués en Algérie    La défense de Karim Tabbou refuse de plaider à distance    Des dérogations pour la diaspora algérienne ?    Les feuilles de l'automne    L'Algérie représentée au festival Docu-Med    Le théâtre, une thérapie libératrice de la peur et du stress    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les partis politiques confortés dans leurs analyses
MARCHE CONTRE LE 5e MANDAT
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 02 - 2019

La marche contre le 5e mandat vendredi dernier exprimant le rejet de la candidature de Bouteflika, n'a pas apparemment surpris les partis politiques. La plupart d'entre eux se disent confortés dans leurs analyses. Ils se sont félicités par ailleurs, du caractère pacifique de cette protestation populaire.
Ramdane Youcef Taâzibt, membre du bureau politique du Parti des travailleurs (PT) :
«Nous n'avons pas été surpris par la marche du peuple algérien contre le 5e mandat. Lorsqu'il y a une accumulation de problèmes, de privations et d'attaques, un moment donné, personne ne sait d'où l'étincelle peut venir. Nous n'avons jamais douté des capacités du déferlement du peuple algérien».
Ahmed Adimi, porte-parole, Talaie El Hourriyet :
«Nous savions que les Algériens allaient sortir dans la rue. Il y a eu un grand travail à travers les réseaux sociaux où beaucoup d'écrits et de publications ont circulé entre des jeunes et des moins jeunes. Nous nous attendions à une réaction du peuple algérien qui nous a habitués à ça. L'annonce du 5e mandat est une humiliation insupportable pour les Algériens. Donc, nous nous attendions à cette sortie. Pour notre parti, nous nous inscrivons dans l'après-Bouteflika. Nous devons réfléchir à cette question tous ensemble : les partis politiques, les associations et tous les Algériens. Seulement, c'est malheureux de voir le peuple sortir dans la rue tout seul sans l'élite algérienne qui est complètement absente. Où sont les poètes, les écrivains, les docteurs d'université et les hommes politiques ? Où sont-ils passés ?».
Dans son communiqué, le parti Talaie El Hourriyet a salué les marches de protestation contre le régime politique en place, plus particulièrement contre le 5e mandat. Il s'est également félicité du caractère pacifique de cette protestation populaire contre ce «coup de force du pouvoir politique en place et le haut degré de civisme et de maturité des manifestants». «Talaie El Hourriyet soutient, sans réserve, le droit constitutionnel des citoyens à manifester publiquement et pacifiquement leur opposition à une décision irresponsable qu'ils ont ressentie comme une humiliation et une provocation et contre un régime qui se prépare à détourner, une fois de plus, la volonté populaire, pour sa survie.
Les marches qui ont eu lieu à Alger ont administré aux autorités une preuve tangible que l'on peut manifester dans la capitale sans risque pour l'ordre public, en respectant les biens et équipements privés et publics et les infrastructures, et sans qu'une tendance politique particulière puisse récupérer et orienter les mouvements de protestation.
Le 22 février, le peuple algérien a exprimé le rejet absolu du 5e mandat, de la gestion du pays par les forces extraconstitutionnelles et de la corruption généralisée qui a infesté tous les rouages de l'Etat».
Soufiane Djilali, président Jil Jadid :
«Je vous mentirai si je vous disais que je m'attendais à ce qu'il y ait autant de monde à la marche du vendredi 22 février. On espérait entre dix mille et quinze mille manifestants et là, ça a dépassé toutes nos espérances. On savait qu'il y avait une très grande frustration chez les Algériens de tous âges, de toutes classes sociales, qu'il y avait cette envie de rejeter le pouvoir mais on ne savait pas à quel point la peur allait s'effondrer. Là, les Algériens se sont réellement exprimés. Il ne faut surtout pas rentrer tranquillement chez soi et se délecter des incroyables et impressionnantes images de cette marche parce que le système va entrer dans une phase de manœuvres pour essayer de détourner cela. Il faut maintenir la pression même si elle n'est pas de la même ampleur, jusqu'à la fin».
Abderrazak Makri, président du Mouvement de la société pour la paix (MSP) :
«Nous n'avons pas du tout été surpris, la preuve c'est que nous avions établi une cellule de suivi dès la veille. Nous avons été bien conscients que la marche allait être grandiose. Le peuple algérien est dans le ras-le-bol par rapport au 5e mandat. Ce message doit être bien perçu surtout par ceux qui poussent le Président pour un 5e mandat».
Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) :
Dans son communiqué, le RCD souligne que «les manifestations du 22 février 2019 qui se sont déroulées à travers de nombreuses localités du pays et singulièrement dans la capitale, ont clairement signifié le rejet de la mascarade électorale du 18 avril 2019. Par leur nombre et le contenu de leurs revendications, elles ont aussi et surtout clamé haut et fort leur refus du maintien d'un système politique qui dénie au peuple algérien, depuis le premier jour de l'indépendance, sa souveraineté et son droit à choisir ses institutions et ses mandants. Acculée au désespoir et la harga, la jeunesse algérienne qui fut l'avant-garde et la substance de ces manifestations historiques a démontré sa pleine détermination à obtenir le changement et simultanément a administré, par son calme, une leçon de civisme et de fraternité. Elle a décidé de prendre son destin en main pour vivre libre et digne dans son pays. Instruite par les usurpations de ses sacrifices en 1988, avertie du sort réservé au Président Boudiaf qui lui a redonné espoir, elle ne se laissera pas, cette fois, voler son combat par des carriéristes qui veulent réduire son engagement au rejet d'un cinquième mandat, certes indigne, humiliant et désormais dépassé, mais qui n'est que la face émergée de l'iceberg qui menace la nation. Le RCD qui a mis en garde et qui met en garde une nouvelle fois contre la tentation de l'usage de la violence pour réprimer des contestations pacifiques et légitimes, rend hommage aux populations qui ont défilé dans le calme pour exprimer leur haine du système de la hogra, de l'opacité et de la corruption. Le RCD estime qu'il est urgent d'ouvrir une issue qui redonne espoir et qui mobilise le pays pour une alternative démocratique et pacifique. Les tenants de la présentation de la candidature de Bouteflika ou d'une autre candidature de substitution pour maintenir un régime d'oppression doivent tirer les seules conclusions qu'appelle le référendum populaire du 22 février : la fin du système qui sévit depuis 1962».
Le Front des forces socialistes (FFS)
Le FFS salue dans un communiqué «la mobilisation pacifique des Algériennes et des Algériens pour le changement du système, l'Etat de droit et l'avènement de la deuxième République. Le peuple algérien aujourd'hui, maintenant, est pour le changement du système, et aspire depuis plus d'un demi-siècle au droit à l'autodétermination».
Front El Moustakbal :
Le parti s'est félicité du «sens civique élevé et l'esprit de citoyenneté dont ont fait preuve toutes les couches du peuple algérien qui exige du pouvoir une écoute attentive et une réponse à ses revendications».
Propos recueillis par Rym Nasri


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.