Energie solaire: Tebboune ordonne le lancement du projet de réalisation de 1.000 mégawatts    L'agression sur les trains "inadmissible", poursuites judiciaires contre les auteurs    Le Front Polisario appelle l'UA à la mise en œuvre de ses résolutions    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Liga : Le Barça ejecté de la course au titre    Ouverture des frontières : Cinq vols quotidiens à partir du 1er juin    L'UNPA dénonce avec fermeté l'agression de l'occupation sioniste contre le peuple palestinien    Début du retrait des convocations aux examens du BAC et du BEM    Garde à vue « probablement » prolongée pour la journaliste Kenza Khetto, selon Radio M    Arsenal : Vers le come-back de Ramsey    Coronavirus : 117 nouveaux cas, 108 guérisons et 8 décès    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Allez Chabab zoudj !    Distribution de 3 018 logements AADL après 20 ans de retard    La réouverture des frontières au menu    Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue    Des Journées du film norvégien à Alger    La Chine pose son rover sur Mars    "Non, ce n'est pas un problème d'hygiène de vie"    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    Nouvelle opération de déstockage    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Situation stable dans les hôpitaux    Eternels atermoiements    Les Kabyles en conquérants    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Ahcène Mariche. poète et auteur : «Mes livres sont des supports didactiques»    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Les (mauvaises) manières du «discours»    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Les causes d'une déconfiture    L'Anie sous haute surveillance    Le bouclier juridique    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les 4 samedis
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 04 - 2019

Encore une semaine moins pénible qu'en « temps normal ». Chaque jour est une preuve que, désormais, il y a un avant et un après 22 février. Un avant où le pays s'ennuyait mortellement et un après où les Algériens s'éclatent comme des fous. Oui, on s'amuse bien et personne ne pourra soutenir le contraire. De tout, partout, tout le temps. Comme on ne peut pas se défouler avec rien, il faut de la création. Alors on a créé. La dernière ? « Vendredir ». Un verbe créé de toutes pièces même s'il n'est pas fait de bric et de broc. Et pour cause, il est né dans le feu de l'action, parce qu'il est… l'action. Il a vraiment de l'avenir, ce verbe. Création toujours et partout, les Algériens de l'étranger emboîtent systématiquement le pas aux créations de l'intérieur. Ils ont ainsi sorti « dimancher », puisque c'est dimanche qu'ils font leur marche. Et si on synthétisait ? « Vendimcher », ça fera sympa, non ? La semaine a été moins pénible. On ne s'arrêtera jamais de le dire, on s'éclate vraiment depuis le 22 février. Cette semaine, les Algériens ont trouvé leur deuxième tête de turc. Le premier, c'était Emmanuel Macron qui, avant ça, jouissait d'une certaine sympathie auprès des Algériens. Une cote qu'il doit d'abord à son jeune âge qui fait rêver les Algériens lassés par des responsables vieux, bedonnants et parfois grabataires. Ensuite, à sa déclaration sur la colonisation, une question particulièrement sensible chez nous. Mais, depuis ses fameuses « félicitations », on sait où en est sa popularité en Algérie. Même si, depuis, il a rectifié le tir, rien n'y fait, le tir est parti. Désormais, il est l'une des « stars » de la rue algérienne où il est régulièrement tourné en dérision, avec des quolibets pas toujours sympas. On s'éclate vraiment. La semaine a été moins pénible. Ces derniers jours, c'est le Premier ministre israélien qui en a pris pour son grade. A la différence de Macron, Benyamin Netanyahu n'a rien perdu dans l'affaire, puisqu'il a toujours été vomi dans le pays et il ne l'a pas volé. A bien y regarder, il a même gagné en l'occurrence. De rejeté, détesté, hai, il passe à « moqué», ce qui est quand même une sympathique « promotion ». Morceau choisi : 5e mandat pour Netanyahu. Est-ce qu'il y a un… hirak en vue à Tel Aviv ? La semaine a quand même eu ses moments pénibles. D'abord, ces canons à eau et ces bombes lacrymogènes lancés contre les étudiants qui ont fait craindre le pire, avant que la situation ne se calme. Plus pénible encore, ces télévisions qui n'ont trouvé que des parlementaires qui… n'ont pas voté le quitus à Bensalah. Sur la pelouse du Palais des Nations, ils étaient nombreux à défiler devant les micros. Tellement nombreux qu'on se demanderait bien comment ils ont pu trouver une majorité pour ce vote. Du coup, on se demanderait également s'il n'était pas plus intéressant du point de vue informatif de trouver des députés et des sénateurs qui… ont voté plutôt que ceux qui n'ont pas voté.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.