Une feuille de route de sortie "progressive et flexible" du confinement élaborée par le gouvernement    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Processus d'autodétermination au Sahara occidental: les manœuvres de la France déjouées    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une marée humaine pour dire : «Dégagez tous !»
Bouira
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 04 - 2019

Hier, à Bouira, la marche devait être exceptionnelle et elle le fut vraiment. Elle le fut d'abord par le nombre qui a battu tous les records des vendredis passés avec, encore une fois, des centaines de milliers de citoyens, pour la plupart en famille, à défiler dans les principales artères de la ville de Bouira, afin de faire passer un seul et unique message : «Dégagez tous».
Ils étaient, en effet, là, encore une fois, au rendez-vous avec l'Histoire ces centaines de milliers de citoyens, hommes, femmes, vieux et jeunes ; et surtout enfants, à dire en chœur, comme un seul homme, «Non à ce système», «Non à Bensalah», «Non à Bedoui», «Non à Belaïz». Et pour certains, ceux qui sont nombreux à penser qu'il a trompé le peuple par ses engagements antérieurs, ont crié haut et fort «Gaïd Salah dégage !».
Ainsi, hier, il était difficile de parler de marche, tant toutes les principales artères de la ville de Bouira étaient bondées de monde avec des banderoles et des centaines de pancartes qui expriment le ras-le-bol d'un peuple mais aussi son engagement à poursuivre le combat jusqu'à ce qu'«ils partent tous». «Yetnahaw gaâ» (ils doivent dégager tous), lit-on et entend-on presque par intermittence au niveau de dizaines de carrés de marcheurs qui défilent à petits pas dans la ville en arpentant le boulevard Krim-Belkacem, puis le boulevard Amirouche, avant de revenir vers l'esplanade de la Maison de la Culture.
Pendant plus de trois heures, les villes vivaient aux cris des «Chaâb yourid yetnahaw gaâ» (Le peuple veut qu'ils partent tous), «Hadhi bladna, wa ndirou fiha rayna» (c'est notre pays et nous allons faire ce que nous voulons), «Viva l'Algérie, yetnahaw gaâ», mais aussi, «Serraqin, serraqin, wa yqoulou wataniyin» (Voleurs, voleurs, et ils se disent patriotes), et «Djazaïr horra dimocratia», «Y'en a marre de ce pouvoir», «Ulac smah ulac», (pas de pardon) ; alors que sur certaines banderoles, les citoyens demandent des comptes et la traduction des responsables qui ont pillé le pays, devant la justice.
En somme, la population de Bouira, comme partout ailleurs , est sortie hier vendredi plus que jamais déterminée à faire entendre sa voix et dire aux véritables décideurs que leurs tentatives de faire dévier la révolution actuelle, est vaine et qu'ils n'ont d'autre choix que de répondre à ses revendications en faisant partir les 4 B, mais également tous ceux qui sentent l'odeur du système et l'ère Bouteflika.
Décidément, le peuple est engagé dans la voie d'une IIème République. «Reste aux décideurs de savoir accompagner ce mouvement afin d'écrire ensemble l'Histoire avec ce peuple fabuleux qui a obnubilé le monde entier par sa révolution pacifique et civique», nous dira Madjid, militant du MCB et de toutes les causes démocratiques qui était là comme tous les vendredis depuis le 22 février dernier.
En effet, Madjid a raison de parler d'un mouvement hautement pacifique et civique puisque, comme chaque vendredi, à la fin de la marche, les centaines de milliers de marcheurs observent une minute de silence et chantent l'hymne national «Qassaman» en chœur, avant de se disperser dans le calme et non sans avoir nettoyé les lieux en reprenant chacun les bouteilles et autres papiers se trouvant sur le sol.
Hier, et à voir cet engagement populaire grandiose, il serait dommage que les décideurs soient sourds au cri de tout un peuple.
Y. Y.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.