Real : Zidane prend les choses en main avec Ramos    Pyongyang répond par une insulte aux critiques de Bolton    Les aliments les plus indiqués pour détoxifier le foie    Sahara Occidental : Pour les Sahraouis, la France a saboté le travail de Köhler    Sport : Des champions internationaux oubliés    11 milliards pour l'aménagement des plages    Béni Amrane : 70 familles sans eau ni électricité    Douadi Boussella. Poète : Une passion dans les veines    Le dossier de 12 hauts responsables transmis par le parquet d'Alger: Ouyahia, Sellal et d'autres ministres devant la Cour suprême    Election présidentielle: Une équation sans inconnues ?    Transition politique: Nabni se penche sur huit expériences démocratiques concluantes    Pluies au Centre et à l'Est: Des inondations et des coupures d'électricité    Alger: Incendie à l'hôpital Nefissa Hamoud    Médéa: Trois morts dans une collision    Le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab: «L'Etat ne reviendra pas sur la règle du 51/49»    La pénétrante de Oued Ouchayeh dans un sale état    Jérôme Boateng sur le départ    Lopetegui convoité pour remplacer Sarri?    Le GS Pétroliers passe en finale    Le FFS appelle à un dialogue sans prélable    Faudrait-il un Poutine pour l'Algérie?    L'avion de l'opposant Katumbi attend l'autorisation d'atterrir à Goma    Le chef du Conseil de transition se rend en Egypte    Comme en 1962? Comme en 1992?    Le Thought 4 Food s'invite à Annaba    Saisie de 7,4 tonnes de cannabis au large de l'Algérie    Treize blessés dans la collision de deux bus    Amazon Prime Video, bientôt lancé en France, menace Netflix    Fermé depuis 27 ans, le Mausolée royal de Maurétanie rouvre    Le Hirak sur la planète Mars    Le site Medias DZ a fait un sondage sur les programmes du Ramadhan    Européennes : LREM entre le marteau des gilets jaunes et l'enclume des divisions internes    Journée de l'Afrique: Une Afrique unie, intégrée, en paix et prospère    Tournoi de Sassari : Médaille de bronze pour Fateh Benferdjellah    MC Oran : le président insiste sur son départ, l'ère Hyproc loin de commencer    Japon : Baisse des exportations pour un cinquième mois consécutif    A Oran : Les superficies consacrées aux arbres fruitiers et à la vigne en baisse    Gouvernement : Nouvelles nominations à la tête d'entreprises publiques clés    Situation en Libye : Smail Chergui dénonce une guerre par procuration    L'Algérie s'opposera à la transaction    La feuille de route des Moudjahidine    Le gouvernement annonce le gel des poursuites    Lacunes de sécurité et mauvaise exploitation    Quel Brexit sans Theresa May ?    Programme du Planétarium de Chenoua pour lemois de Ramadhan    La Palme d'or pour le «Parasite» de Bong Joon-ho    Le public algérois renoue avec le fado    Baâziz enflamme le public à Dar Abdeltif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





C'est grave ou plus grave ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 04 - 2019

Ils n'ont rien compris. D'abord, l'Algérie leur demande de partir, ils lui proposent des… solutions. On n'a même plus besoin de leur rappeler qu'ils sont mal placés en l'occurrence, puisqu'ils sont le problème ! Oui, dans cet espace, on n'a pas de problème pour se répéter. Quitte à être parfois lassant, c'est tout de même mieux de se répéter que de se renier. La dernière, la plus fraîche en termes d'actualité, c'est ce trio de ministres partis en « visite de travail et d'inspection » à Béchar. On aura remarqué que même la terminologie n'a pas changé. On aurait pu faire l'impasse sur la terminologie, pas sur le reste, c'est-à-dire sur l'essentiel. Il y avait le ministre de l'Habitat. On l'a mal conseillé, puisqu'on lui a dit que les Algériens, mal ou pas du tout logés, étaient capables de tous les alignements, tous les apaisements, tous les compromis, sinon toutes les compromissions. On a vécu ça et « ils » pensaient que c'était un acquis irréversible. Il a été long et douloureux, le moment de détresse insurmontable où les Algériens, par on ne sait quel tour de magie, ont fini par croire qu'ils n'étaient finalement qu'un « tube digestif ». Ne l'avaient-ils pas seriné à l'envi, un peu comme on se tire une balle dans la patte, quand l'heure n'était pas à se faire violence ? Il y a eu le ministre des Ressources en eau, pour des inaugurations de bric et de broc. Et enfin le ministre de l'Intérieur qui n'a rien dit, avant de menacer : l'Etat va veiller à la sécurité et la stabilité du pays ! Ils n'ont rien compris. Ils sont partis à Béchar parce qu'ils fonctionnent encore avec de vieilles certitudes qu'ils ont usinées tout seuls. Celles qui surfent entre l'apaisement légendaire des femmes et des hommes du Sud et, plus cynique, plus méprisant, les difficultés sociales d'une région, censée être plus « prenable ». Des difficultés dont ils sont les premiers responsables, si tant est qu'il est vrai qu'elles sont plus aiguës que dans le reste du pays. Alors, ils sont partis encore promettre des logements imminents et inaugurer quelques autres « projets ». Ils n'ont rien compris parce que le peuple de Béchar leur a dit d'emblée ce qu'il en pense : vous n'êtes pas les bienvenus parce que vous êtes des ministres illégitimes d'un gouvernement de… bric et de broc, formé comme une énième entourloupette face à l'Algérie en marche vers la dignité, vers la liberté, des termes qui ne sont pas encore intégrés dans votre logiciel. Ils n'ont rien compris parce qu'ils ont osé. Osé bloquer l'Algérie affluente vers son cœur battant sur des aires d'autoroute. Osé mettre en branle la grosse logistique policière pour atténuer l'ampleur du déferlement. Osé l'eau sale et les lacrymogènes dans le tunnel des Facultés. Osé les petites combines de lanceurs de pierres en service commandé et de barbus de laboratoire. Ils n'ont rien compris, c'est grave. Ou ils ont tout compris et ils s'enfoncent. C'est encore plus grave.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.