Man City : Sterling aurait également pris sa décision    Gouvernement-walis: un cadre de concertation pour améliorer la gestion des collectivités locales    Appel à consacrer davantage d'études historiques au parcours du cheikh Larbi Tébessi    Un fichier du produit national fin prêt dans six mois    Les anciens walis de Skikda, Mohamed Bouderbali et Faouzi Benhassine, placés en détention provisoire    Gouvernement-Walis: concrétiser la nouvelle feuille de route pour la relance de l'investissement et le développement local    Slimani dans l'équipe type de France Football    Appel à l'ouverture d'un dialogue entre syndicats et ministère de l'Education nationale    L'Algérie s'emploie "activement" à trouver une solution à la crise libyenne    LOGEMENT : Vers l'unification du Fichier national    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Vers la création prochaine de 7 pôles d'excellence    AIR ALGERIE : Grève sans préavis du personnel naviguant    CORONAVIRUS : Les Algériens rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    BECHAR : Saisie de plus de 2708 comprimés de psychotropes    BATNA : Deux éléments de soutien aux terroristes appréhendés    Karim Younes: un Médiateur de la République pour veiller au respect des droits des citoyens    Enquête : après Anis, son épouse    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 18ème journée    Nouveaux tirs de roquettes près de l'ambassade américaine à Bagdad    Les discussions entre Doha et Riyadh «suspendues»    Le club des magistrats algériens rend hommage au peuple    D'importantes décisions attendues    Marche et rassemblement hier à Tizi Ouzou    Les Canaris décidés à reprendre la seconde place !    Le Targui    À tout jamais…    Mahour Bacha précise    Le derby de toutes les souffrances !    Foncier économique : nécessité d'un cadre juridique global pour l'octroi des assiettes    L'Algérie après Bouteflika vue par Benjamin Stora    Grandes déceptions après l'annonce du nouveau gouvernement    Le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Les éleveurs qui ratent cette vaccination se mettront face au risque    Les 2 300 recalés obtiennent gain de cause    Alors que les affaires de contrebande connaissent une légère baisse, les crimes et délits en hausse    Les résidents dénoncent un promoteur immobilier    L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    31 civils tués par la coalition saoudienne au Yémen    ACTUCULT    Vent divin de Merzak Allouache : un discours sur la vie, l'amour, la mort et le djihad armé    "Tighremt", premier quotidien national en langue amazighe    La crème des humoristes africains sur la scène de Cotonou    Maâzouz Bouadjadj et Abderrahmane El-Koubi honorés au TNA    Vive les vieux ! Tahya la gérontocratie !    Brèves    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





C'est grave ou plus grave ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 04 - 2019

Ils n'ont rien compris. D'abord, l'Algérie leur demande de partir, ils lui proposent des… solutions. On n'a même plus besoin de leur rappeler qu'ils sont mal placés en l'occurrence, puisqu'ils sont le problème ! Oui, dans cet espace, on n'a pas de problème pour se répéter. Quitte à être parfois lassant, c'est tout de même mieux de se répéter que de se renier. La dernière, la plus fraîche en termes d'actualité, c'est ce trio de ministres partis en « visite de travail et d'inspection » à Béchar. On aura remarqué que même la terminologie n'a pas changé. On aurait pu faire l'impasse sur la terminologie, pas sur le reste, c'est-à-dire sur l'essentiel. Il y avait le ministre de l'Habitat. On l'a mal conseillé, puisqu'on lui a dit que les Algériens, mal ou pas du tout logés, étaient capables de tous les alignements, tous les apaisements, tous les compromis, sinon toutes les compromissions. On a vécu ça et « ils » pensaient que c'était un acquis irréversible. Il a été long et douloureux, le moment de détresse insurmontable où les Algériens, par on ne sait quel tour de magie, ont fini par croire qu'ils n'étaient finalement qu'un « tube digestif ». Ne l'avaient-ils pas seriné à l'envi, un peu comme on se tire une balle dans la patte, quand l'heure n'était pas à se faire violence ? Il y a eu le ministre des Ressources en eau, pour des inaugurations de bric et de broc. Et enfin le ministre de l'Intérieur qui n'a rien dit, avant de menacer : l'Etat va veiller à la sécurité et la stabilité du pays ! Ils n'ont rien compris. Ils sont partis à Béchar parce qu'ils fonctionnent encore avec de vieilles certitudes qu'ils ont usinées tout seuls. Celles qui surfent entre l'apaisement légendaire des femmes et des hommes du Sud et, plus cynique, plus méprisant, les difficultés sociales d'une région, censée être plus « prenable ». Des difficultés dont ils sont les premiers responsables, si tant est qu'il est vrai qu'elles sont plus aiguës que dans le reste du pays. Alors, ils sont partis encore promettre des logements imminents et inaugurer quelques autres « projets ». Ils n'ont rien compris parce que le peuple de Béchar leur a dit d'emblée ce qu'il en pense : vous n'êtes pas les bienvenus parce que vous êtes des ministres illégitimes d'un gouvernement de… bric et de broc, formé comme une énième entourloupette face à l'Algérie en marche vers la dignité, vers la liberté, des termes qui ne sont pas encore intégrés dans votre logiciel. Ils n'ont rien compris parce qu'ils ont osé. Osé bloquer l'Algérie affluente vers son cœur battant sur des aires d'autoroute. Osé mettre en branle la grosse logistique policière pour atténuer l'ampleur du déferlement. Osé l'eau sale et les lacrymogènes dans le tunnel des Facultés. Osé les petites combines de lanceurs de pierres en service commandé et de barbus de laboratoire. Ils n'ont rien compris, c'est grave. Ou ils ont tout compris et ils s'enfoncent. C'est encore plus grave.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.