Salade de betterave persillée    USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Vendredi de la mobilisation    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    L'école des gourous    Belfodil parmi les meilleures recrues de la Bundesliga    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    Ali Ghediri n'est pas candidat    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel
Kamel Feniche succède à Tayeb Belaïz
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 04 - 2019

Alors que les Algériens, qui manifestent depuis huit semaines par millions dans les villes du pays, réclament des personnalités connues, intègres et compétentes pour gérer la transition, et au moment où la démission de Tayeb Belaïz a été perçue comme un début de solution à la crise, le pouvoir fait appel à un homme inconnu pour présider le Conseil constitutionnel.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - La démission de Belaïz de la troisième institution de l'Etat a permis d'entrevoir une lueur d'espoir pour les Algériens. Dans l'après-midi d'avant-hier, ils attendaient la chute d'un autre « B », en l'occurrence le Premier ministre, Noureddine Bedoui, et le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah. Mais dans la soirée, ils étaient surpris par le remplacement prompt du président du Conseil constitutionnel par un autre membre de la même institution, élu par le Conseil d'Etat en 2016 pour siéger avec Mourad Medelci à qui succédera, suite à son décès, Tayeb Belaïz. Abdelkader Bensalah, dont la tête est demandée par le peuple, n'a pas attendu, en effet, plus de 12 heures avant de nommer Kamel Feniche à la tête du Conseil.
Mais qui est Kamel Feniche, cet homme inconnu du public ? Le site du Conseil constitutionnel, contrairement aux autres institutions officielles, ne donne aucune information sur l'identité et le parcours de ses membres. Il fallait alors voir ailleurs.
Selon les informations qui circulaient hier à son propos, Kamel Feniche, natif de Sétif, est magistrat de formation. Dans les années 1980, il a exercé comme procureur dans la wilaya de Béjaïa. C'est lui, selon certains témoignages, qui a mis en prison des étudiants lors du mouvement de 1981. Selon le témoignage du journaliste Aïssa Arab, le nouveau président du Conseil constitutionnel est « le procureur qui nous a jetés en prison le soir du 20 mai 1981 après 24 heures de garde à vue dans les sous-sols du commissariat de Béjaïa, sans avoir droit à une seule goutte d'eau, et qui a dressé un réquisitoire accablant lors du procès le 28 octobre 1981 à l'issue duquel des peines allant d'une année à quatre années fermes ont été prononcées contre de jeunes lycéens et étudiants ». Kamel Feniche était également professeur de droit constitutionnel à Béjaïa en 1980-1981. Il était également procureur à Tébessa et Oum-el-Bouaghi.
Ancien président de Chambre au Conseil d'Etat, il a été à plusieurs reprises représentant personnel de l'ex-puissant ministre de la Justice, Tayeb Louh. En tout cas, sa nomination n'est pas bien accueillie par les Algériens qui exigent que la transition soit menée par des hommes hors système, intègres et compétents.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.