Mokhtar Reguieg placé sous mandat de dépôt    Le Président promet un large débat télévisé au Parlement    Tebboune les interdit    "Volonté de changement de la situation économique"    Nourddine Khaldi installé à la tête de la direction générale    Baisse significative de la participation aux législatives    Mercedes-Benz dévoile son programme pour Genève    24 harraga arrêtés à Skikda    L'ancien chef du protocole à la Présidence, Mokhtar Reguieg placé en détention provisoire    Inauguration d'une nouvelle station de compression et de réinjection de gaz à Hassi Massaoud    ANNIVERSAIRE DE LA NATIONALISATION DES HYDROCARBURES : Le Président réitère son engagement pour une République forte    La chaîne El Hayat estée en justice pour diffamation    RENTREE PROFESSIONNELLE : Lancement de quatre nouvelles spécialités    TRAFIC DE PSYCHOTROPES : Saisie de plus 162 000 comprimés à Alger    CONGESTION ROUTIERE A ALGER : Plus de 100 points noirs recensés    Apac: le renouveau du cinéma algérien passe par la libération de l'expression artistique    Belhimer: le plan d'action du Gouvernement repose sur divers ateliers englobant différents secteurs    Des détenus d'opinion quittent la prison, d'autres condamnés à des amendes    Real : Hazard face à un choix compliqué    Enfin le derby de la capitale !    Farès rejoue six mois plus tard    Zelfani : "J'ai surtout aimé l'état d'esprit des joueurs"    Du monde unipolaire à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire (2e partie)    Fraude et irrégularités à la présidentielle au Togo    Libye : Haftar avance ses pions dans l'ouest amazigh    Bernie Sanders favori pour affronter Donald Trump    Pourquoi un Parlement en Iran ?    Hasna El Becharia en concert à Alger    ...Sortir ...Sortir ...Sortir ...    «Un solfège thématique»    Participation du film Synapse au Festival de Louxor    L'ANFC interpelle le chef de l'Etat et le ministre de la Justice    Tibane rend hommage à Rachid Talbi    Un représentant du FMI souligne une "vraie volonté de changement" de la situation économique    MO Béjaïa : Les Crabes toujours menacés    Enamarbre de Skikda : Les travailleurs exigent le départ du Directeur    Boxe/Tournoi pré-olympique (4e j): Abdelli en quarts de finale    Le coronavirus menance les prochains matchs de l'Inter Milan    Journée nationale du patrimoine : La Casbah célébrée sous le signe du deuil    Du lundi au jeudi : Perturbations dans l'alimentation en eau potable    Tebboune préside un Conseil des ministres    Handball - O. Maghnia: Les frontaliers qualifiés au play-off    Ooredoo confirme l'expulsion du PDG de sa filiale algérienne    Ras El Aïn: Des terrains désaffectés transformés en décharges de déchets inertes    Grève des PNC: Des poursuites disciplinaires contre 200 travailleurs d'Air Algérie    Benfreha: 1.000 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    La réforme de l'administration au pas de charge ?    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel
Kamel Feniche succède à Tayeb Belaïz
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 04 - 2019

Alors que les Algériens, qui manifestent depuis huit semaines par millions dans les villes du pays, réclament des personnalités connues, intègres et compétentes pour gérer la transition, et au moment où la démission de Tayeb Belaïz a été perçue comme un début de solution à la crise, le pouvoir fait appel à un homme inconnu pour présider le Conseil constitutionnel.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - La démission de Belaïz de la troisième institution de l'Etat a permis d'entrevoir une lueur d'espoir pour les Algériens. Dans l'après-midi d'avant-hier, ils attendaient la chute d'un autre « B », en l'occurrence le Premier ministre, Noureddine Bedoui, et le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah. Mais dans la soirée, ils étaient surpris par le remplacement prompt du président du Conseil constitutionnel par un autre membre de la même institution, élu par le Conseil d'Etat en 2016 pour siéger avec Mourad Medelci à qui succédera, suite à son décès, Tayeb Belaïz. Abdelkader Bensalah, dont la tête est demandée par le peuple, n'a pas attendu, en effet, plus de 12 heures avant de nommer Kamel Feniche à la tête du Conseil.
Mais qui est Kamel Feniche, cet homme inconnu du public ? Le site du Conseil constitutionnel, contrairement aux autres institutions officielles, ne donne aucune information sur l'identité et le parcours de ses membres. Il fallait alors voir ailleurs.
Selon les informations qui circulaient hier à son propos, Kamel Feniche, natif de Sétif, est magistrat de formation. Dans les années 1980, il a exercé comme procureur dans la wilaya de Béjaïa. C'est lui, selon certains témoignages, qui a mis en prison des étudiants lors du mouvement de 1981. Selon le témoignage du journaliste Aïssa Arab, le nouveau président du Conseil constitutionnel est « le procureur qui nous a jetés en prison le soir du 20 mai 1981 après 24 heures de garde à vue dans les sous-sols du commissariat de Béjaïa, sans avoir droit à une seule goutte d'eau, et qui a dressé un réquisitoire accablant lors du procès le 28 octobre 1981 à l'issue duquel des peines allant d'une année à quatre années fermes ont été prononcées contre de jeunes lycéens et étudiants ». Kamel Feniche était également professeur de droit constitutionnel à Béjaïa en 1980-1981. Il était également procureur à Tébessa et Oum-el-Bouaghi.
Ancien président de Chambre au Conseil d'Etat, il a été à plusieurs reprises représentant personnel de l'ex-puissant ministre de la Justice, Tayeb Louh. En tout cas, sa nomination n'est pas bien accueillie par les Algériens qui exigent que la transition soit menée par des hommes hors système, intègres et compétents.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.