La revanche de Tayeb Zitouni    La Cour de Tipasa dément    Pourquoi l'Arabie saoudite profitera le plus du chaos    Des instructions pour accélérer la cadence des travaux    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    La FAF sort de son mutisme et dénonce une "campagne de médisance    Maintien du confinement partiel jusqu'au 13 juin    L'UGCAA et l'Anca appellent à la reprise des activités économiques et la réouverture des commerces    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    L'Algérie rappelle son ambassadeur en France    Les commerçants réclament la reprise de leurs activités    Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hanoune avertit contre une «militarisation à l'égyptienne» du régime
ELLE QUALIFIE D'«ETRANGE» L'APPEL AU DIALOGUE DE GAID SALAH
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 05 - 2019

La secrétaire générale du Parti des travailleurs s'en prend au chef d'état-major de l'ANP et vice-ministre de la Défense nationale, estimant que ses interférences dans la sphère politique sont claires, se mettant en porte-à-faux par rapport au respect de laquelle il appelle pourtant.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Louisa Hanoune qui intervenait, hier samedi, à l'ouverture d'une réunion ordinaire du Bureau politique du parti dit relever des «contorsions» portées à la première loi du pays, la Constitution, de la part du vice-ministre de la Défense nationale. Et de s'en prendre au système qui, selon elle, piétine d'une manière étrange, la Constitution, se référant aux nominations «non réglementaires» qu'entreprend le chef de l'Etat par intérim. Et à Hanoune de s'interroger quant à «quelle Constitution au respect de laquelle ils ne cessent d'appeler».
Traitant de la lutte contre la corruption enclenchée tambour battant, ces derniers temps, avec interpellation et incarcération d'hommes d'affaires, de cadres et autres auditions d'hommes et de responsables politiques, la secrétaire générale du PT affirme que cette manière d'agir contre le fléau de la corruption relève plus du «spectacle» accompagné d'un «matraquage médiatique». C'est à croire qu'il s'agit d'une «justice au rendement» alors que celle-ci doit «agir dans la sérénité», selon Hanoune qui qualifie l'incarcération de Issad Rebrab d'un cas de «diversion pour faire croire au simple citoyen que la justice n'est pas élective et est dénuée de toute trace de vengeance ou de rendement de comptes» dans cette opération de lutte contre la corruption.
Répondant à Gaïd Salah qui a soutenu dans son dernier discours à Constantine, avoir eu accès à des lourds dossiers de corruption, la secrétaire générale du PT a estimé que ces dossiers sont vieux et ne sont pas nouveaux. Ceci non sans s'interroger si la justice s'est réveillée subitement comme par enchantement alors qu'elle n'a pas changé de même que le régime.
Pour Hanoune, la réponse de la majorité du peuple a été «claire» en ce sens qu'en sus du «départ de tous les symboles du régime en place, elle réclame également le jugement des corrupteurs et des prédateurs qui ont dilapidé les deniers publics».
Avertissant contre le risque d'une «militarisation à l'égyptienne» du régime, ce que la rue a récusé clairement notamment lors du 11e vendredi du mouvement populaire en cours, Hanoune a réitéré son refus de l'élection présidentielle du 4 juillet prochain comme du reste le signifie la rue, en ce sens que ce scrutin ne vise, explique-t-elle, que le «maintien et la pérennité du système en place» et la «confiscation de la souveraineté du peuple». Et de qualifier, à juste titre, d'«étrange» l'appel au dialogue lancé par le chef d'état-major de l'ANP, ce qui rappelle les scénarios égyptien et soudanais avec les «conséquences fâcheuses» sur la souveraineté nationale que des puissances occidentales ne manqueraient pas de «monnayer» en contrepartie de concessions.
La secrétaire générale n'a pas également manqué de vilipender les «courtisans d'hier» qui reprennent du service en se mettant aux côtés du «fort du moment» qui font tout pour imposer de nouveau la «pensée unique et contourner ainsi la volonté populaire et dévier la révolution tranquille en cours, eux qui, ajoute-t-elle, adoptent une posture aux «conséquences désastreuses», celle de la «primauté du militaire sur le politique», agitant notamment «l'épouvantail Toufik pour tout et son contraire».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.