PSG: la réaction de Di Maria et Paredes au décès de Maradona    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    188e anniversaire de l'allégeance à l'Emir Abdelkader, l'unité nationale comme message éternel    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Pétrole : l'Opep entame une série de réunions techniques sur la situation du marché    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    Sonelgaz menace    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    L'Algérie sera présente    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    Boukadoum entame une visite à Abuja    Nouvelles de Tlemcen    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Les angles de l'ingérence    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    Une médaille pour nos revers !    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Défi relevé ?
FORTE MOBILISATION DES ALGERIENS POUR LE 12e VENDREDI MALGRE LE RAMADHAN
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 05 - 2019

Finalement, le Ramadhan n'a eu aucune incidence sur l'ampleur de la mobilisation citoyenne contre le système politique. Dans toutes les wilayas, des centaines de milliers de manifestants sont sortis dans les rues pour confirmer l'attachement à la Révolution du peuple. Dans la capitale, les marées humaines étaient toujours au rendez-vous.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Deux slogans principaux ont été entonnés par les manifestants qui ont sillonné les rues d'Alger.
« Makach intikhabat, ya el aissabat (Il n'y a pas de vote, bandits» et «Djoumhouria machi caserna (Nous sommes dans une République, pas dans une caserne » accompagnant des slogans hostiles au chef de l'état-major de l'armée, Ahmed Gaïd Salah.
Seuls déçus par le 12e acte de la mobilisation du peuple contre le système politique : ceux qui ont misé sur le mois de Ramadhan et la chaleur pour voir le mouvement faiblir. Les Algériens ont prouvé ainsi que rien ne pourra les faire rentrer chez eux tant que leurs revendications ne sont pas satisfaites.
Le mal fait au pays est beaucoup trop profond pour que la mobilisation soit cassée par un jour de jeûne.
Placée sous le signe du «Vendredi de la résistance», la manifestation à Alger a vu affluer les foules des grands jours.
« On ne dirait pas qu'on est en plein Ramadhan », a commenté un manifestant à la place du 1er-Mai, en voyant la marée humaine qui avançait de Belcourt vers Alger-Centre.
Cependant, contrairement aux vendredis précédents, les manifestants ont commencé à se disperser aux environs de 15h. Les citoyens ont tenu à marquer la journée de leur présence afin d'exprimer leur engagement à poursuivre la révolution et ne pas l'abandonner au milieu du chemin.
Au niveau de la place de la Grande-Poste, épicentre du mouvement à Alger, les manifestants ont commencé à prendre place à partir de 8h du matin.
Sur place, un dispositif des forces antiémeutes a été déployé, encerclant les manifestants. Sa mission : arracher une banderole sans présenter aucun justificatif.
Sur cette banderole, on pouvait lire : «Vous allez partir, c'est que vous allez partir. Il n'y a pas de dialogue avec vous. Nulle tutelle sur la volonté du peuple. C'est le peuple qui décidera. L'armée est la nôtre et Gaïd est contre la volonté du peuple. Tarehlou gaâ ».
Mais les manifestants ne se sont pas laissé faire. Ils ont protégé cette banderole comme on protège un bien personnel contre une agression.
Pour un Etat civil
C'est sous les cris nourris de « Djoumhouria machi caserna (Nous sommes dans une République, pas dans une caserne » que les déferlantes humaines en provenance de tous les quartiers de la capitale ont afflué vers le centre. Le chef de l'ANP n'a pas échappé à la colère des manifestants qui ont scandé des slogans à son encontre tout au long de la marche. « Makach intikhabat, ya el aissabat (Il n'y a pas de vote, bandits » est l'autre principal slogan de ce vendredi. Avec ce slogan, les citoyens ont ainsi tranché la position populaire, celle du rejet de la présidentielle du 4 juillet. Mais malgré cette mobilisation extraordinaire, les tenants du pouvoir veulent imposer cet agenda.
«Le peuple algérien est un peuple libre. Il entend le rester jusqu'à l'éternité », lit-on sur une pancarte brandie par un manifestant. La mobilisation d'hier confirme que les Algériens ne sont pas prêts à abandonner leur marche vers un nouveau destin. Ni les menaces, ni le chantage, ni les manœuvres ne les ont découragés. Ce n'est pas le mois de carême qui réussira à le faire.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.