Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    73 ans après la Nakba: le drame palestinien se perpétue et multiplie les victimes    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Quart de finale de Ligue des Champions: le CR Belouizdad bat l'Espérance de Tunis (2-0)    Serie A : L'Inter Milan chute face à la Juventus    Béjaia: distribution de plus de 3.000 logements au nouveau pôle d'Ighil-Ouzarif    Législatives du 12 juin: TAJ en lice avec un programme "réaliste"    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Réunion du conseil des ministres: possibilité de réouverture des frontières terrestres et aériennes au menu    Retour sur les principaux changements    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    La bonne affaire des pêcheurs occasionnels    Charfi réfute toute «nature politique»    La Côte d'Ivoire et le Maroc au menu des «étalons» en juin    Nouveau report    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Le scepticisme des syndicats    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Le Chabab face à l'ogre tunisien de l'Espérance    "Nous sommes décidés à relever le défi à Sfax"    La finale de la C 1 délocalisée à Porto    L'Algérie enchaîne une nouvelle baisse    Le gendre du Président recherché    Découverte du corps sans vie d'un plongeur    Plusieurs infrastructures routières affectées    Des P/APC qui ne résident pas dans leur commune !    LES EXTRADITIONS "POLITIQUES" NE SERONT PAS POSSIBLES    Ouverture prochaine d'un mini-théâtre pour enfants à Aïn Témouchent    Boumerdès : 600 MDA pour rénover les stades de proximité    CR Belouizdad : Belaïd Hechaïchi n'est plus    Boumerdès : Le site du Rocher noir délaissé    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Macron réunit un sommet virtuel    Vœux pour ces dames    Les Algériens accueillent l'Aïd dans la joie    Les Algériens balayent Rachad    Le gouvernement s'engage auprès des start-up    Le président échange ses voeux avec 5 chefs d'Etat    Les petits pas de l'axe Alger-Paris    Les vœux de Tebboune aux Palestiniens    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    Adieu consoeur    Un témoignage nous interpelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Défi relevé ?
FORTE MOBILISATION DES ALGERIENS POUR LE 12e VENDREDI MALGRE LE RAMADHAN
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 05 - 2019

Finalement, le Ramadhan n'a eu aucune incidence sur l'ampleur de la mobilisation citoyenne contre le système politique. Dans toutes les wilayas, des centaines de milliers de manifestants sont sortis dans les rues pour confirmer l'attachement à la Révolution du peuple. Dans la capitale, les marées humaines étaient toujours au rendez-vous.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Deux slogans principaux ont été entonnés par les manifestants qui ont sillonné les rues d'Alger.
« Makach intikhabat, ya el aissabat (Il n'y a pas de vote, bandits» et «Djoumhouria machi caserna (Nous sommes dans une République, pas dans une caserne » accompagnant des slogans hostiles au chef de l'état-major de l'armée, Ahmed Gaïd Salah.
Seuls déçus par le 12e acte de la mobilisation du peuple contre le système politique : ceux qui ont misé sur le mois de Ramadhan et la chaleur pour voir le mouvement faiblir. Les Algériens ont prouvé ainsi que rien ne pourra les faire rentrer chez eux tant que leurs revendications ne sont pas satisfaites.
Le mal fait au pays est beaucoup trop profond pour que la mobilisation soit cassée par un jour de jeûne.
Placée sous le signe du «Vendredi de la résistance», la manifestation à Alger a vu affluer les foules des grands jours.
« On ne dirait pas qu'on est en plein Ramadhan », a commenté un manifestant à la place du 1er-Mai, en voyant la marée humaine qui avançait de Belcourt vers Alger-Centre.
Cependant, contrairement aux vendredis précédents, les manifestants ont commencé à se disperser aux environs de 15h. Les citoyens ont tenu à marquer la journée de leur présence afin d'exprimer leur engagement à poursuivre la révolution et ne pas l'abandonner au milieu du chemin.
Au niveau de la place de la Grande-Poste, épicentre du mouvement à Alger, les manifestants ont commencé à prendre place à partir de 8h du matin.
Sur place, un dispositif des forces antiémeutes a été déployé, encerclant les manifestants. Sa mission : arracher une banderole sans présenter aucun justificatif.
Sur cette banderole, on pouvait lire : «Vous allez partir, c'est que vous allez partir. Il n'y a pas de dialogue avec vous. Nulle tutelle sur la volonté du peuple. C'est le peuple qui décidera. L'armée est la nôtre et Gaïd est contre la volonté du peuple. Tarehlou gaâ ».
Mais les manifestants ne se sont pas laissé faire. Ils ont protégé cette banderole comme on protège un bien personnel contre une agression.
Pour un Etat civil
C'est sous les cris nourris de « Djoumhouria machi caserna (Nous sommes dans une République, pas dans une caserne » que les déferlantes humaines en provenance de tous les quartiers de la capitale ont afflué vers le centre. Le chef de l'ANP n'a pas échappé à la colère des manifestants qui ont scandé des slogans à son encontre tout au long de la marche. « Makach intikhabat, ya el aissabat (Il n'y a pas de vote, bandits » est l'autre principal slogan de ce vendredi. Avec ce slogan, les citoyens ont ainsi tranché la position populaire, celle du rejet de la présidentielle du 4 juillet. Mais malgré cette mobilisation extraordinaire, les tenants du pouvoir veulent imposer cet agenda.
«Le peuple algérien est un peuple libre. Il entend le rester jusqu'à l'éternité », lit-on sur une pancarte brandie par un manifestant. La mobilisation d'hier confirme que les Algériens ne sont pas prêts à abandonner leur marche vers un nouveau destin. Ni les menaces, ni le chantage, ni les manœuvres ne les ont découragés. Ce n'est pas le mois de carême qui réussira à le faire.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.