Premier League : Chelsea se fait dominer par Leicester    Liverpool - Owen : "Salah est trop égoïste"    Fédération française : Thiriez n'est pas d'accord pour Benzema    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    Les jeunes sont les plus touchés: Forte hausse du taux de chômage en Algérie    Un détachement de navires de guerre russes accoste au port d'Alger    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    La future loi, le sexe et l'âge    Un avant-projet en question    Le P-dg de Sonelgaz: «Toutes les créances impayées seront récupérées»    Handball - Mondial 2021 : Algérie-France, aujourd'hui à 18h00: Les Verts pour un sursaut d'orgueil    Bir El Djir: Des aménagement en prévision des JM 2022    JSM Béjaïa: La feuille de route en application    Une voiture dérape, un mort et deux blessés    Vaccination contre la Covid-19: Les objections du président de la Forem    Oran: Un carambolage impliquant 19 véhicules sur le 4eme périphérique    2,382 millions de km2 attendent l'amour et le travail du citoyen    Tiaret: Un film en hommage au comédien Hamza Feghouli    Grandes manoeuvres et sourde bataille    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    Prise en charge de toutes les revendications des fonctionnaires du secteur    249 nouveaux cas, 186 guérisons et 3 décès    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Hausse des prix des pâtes alimentaires : Certains opérateurs pointés du doigt    Les raisons de la pénurie    Instruction aux walis    Relaxe pour les hirakistes d'Oran    L'Algérie s'impose face à la Libye    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Chanegriha supervise l'exercice tactique «Al-Hazm 2021»    La décision de Trump en cours d'examen par le staff de Biden    Brahim Laâlami reste en prison    «L'acquisition de plusieurs vaccins est une bonne décision»    Qui bloque la réouverture de l'activité ?    Sit-in de protestation des étudiants de 3e année de médecine    Secteur de l'éducation à Béjaïa : Entre grands besoins et sept nouveaux projets notifiés    Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison ferme    Situation kafkaïenne des souscripteurs    Rêver à perdre la raison !    L'artiste Reche Safia honorée par les siens    L'IFA lance son premier appel à projets cinématographiques 2021    Donald Trump : La fin de son mandat lui coûte une fortune    Kamala Harris, une vice-présidente historique    Joe Biden : Le «rassembleur» à l'épreuve d'une Amérique meurtrie    Edition amazighe à Béjaïa : L'APW offre 11 000 livres pour les établissements scolaires    Ineffable Art et Culture, le magazine culturel digital 100 % algérien : Figourra, un concept « brosseur » de portraits    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





11ème vendredi de la contestation: « Non aux élections et non au dialogue avec le gang »
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 05 - 2019

Les citoyens algériens sont sortis en ce 11ème vendredi consécutif de protestation à travers les grandes villes du pays pour exiger, encore une fois, le départ des symboles du système et les symboles de la corruption. « Non aux élections et non au dialogue avec le gang », pouvait-on lire sur des pancartes brandies hier par des citoyens à Alger en réponse aux appels et aux propositions de Gaïd Salah. Ils ont même exprimé leur déception quant à l'attitude adoptée par le vice-ministre de la Défense envers le hirak, en scandant « l'Armée nationale est la nôtre et Gaïd Salah nous a tous trahis ».
Les manifestants ont, comme à l'accoutumée, dépassé toutes les contraintes y compris les barrages filtrants de la gendarmerie nationale installés aux entrées Est et Ouest de la capitale et qui ne laissaient qu'une voie de passage à la circulation. A 7h30 du matin, les citoyens arrivant de différentes willayas du centre du pays ont commencé à se regrouper à la Grande Poste d'Alger et à la placette Maurice Audin. Les placettes et les ruelles deviennent noires de monde, après la prière du vendredi.
Les manifestants toujours déterminés ont fait preuve encore une fois d'un grand sens de l'organisation et de maturité politique, brandissant des pancartes sur lesquelles il était écrit : « Ni Ferhat Mehenni, ni Naima Salhi, le peuple reste uni », « Makach ounsorria (pas de racisme)! », « FLN au musée » et « Le FLN est devenu le principal barrage à la démocratie, sa dissolution est impérative ». Et réclamant « le peuple veut une deuxième république sans les symboles de la corruption et sans les enfants de la France ». Et à ceux qui misaient sur l'essoufflement du mouvement populaire, ils secondaient « tous les jours massira... Maranach habsine ». Les manifestants ont aussi décidé d'occuper les espaces publics durant le mois sacré, « Maranach habsine » pour atteindre le principal objectif. « Le peuple s'est débarrassé du règne de Fakhamatouhou, aujourd'hui il exige le départ de Hachiyatouhou » pouvait-on aussi lire sur une des pancartes. Certains ont invité Abdelkader Bensalah, chef de l'Etat par intérim et Noureddine Bedoui, Premier ministre, ainsi que son gouvernement et Gaïd Salah à se retirer de la scène en scandant « Y en a marre de votre comédie ». Aucun incident ou acte de violence n'a été enregistré jusqu'à 17h30 à Alger où les services de la police ont encadré la manifestation et veillé à la sécurité des manifestants et sur les biens publics et privés.
A Constantine, des milliers de personnes ont renouvelé, hier, pour le onzième vendredi consécutif leur rejet catégorique de l'élection présidentielle dans un environnement malsain. « La lil intikhabat maa el issabat » (non aux élections avec les gangs), clamaient haut et fort les manifestants qui ont marché, hier, dans le centre-ville de Constantine, submergé par une foule immense, après la prière du vendredi, avec l'emblème national dominant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire divers écrits, parfois railleurs telle cette banderole où il a été écrit « durée de l'examen 20 ans, note : 00/20, correcteur le peuple », et d'autres fois sur un air plus sérieux qui dit « nous sommes mobilisés et déterminés jusqu'au dernier souffle pour faire chuter toute la bande ». Des milliers d'autres personnes, des familles entières, avec femmes et enfants, des jeunes et des moins jeunes, des personnes âgées, des handicapés moteurs sur leurs motocycles, continuaient, aux environs de 15h, d'affluer de tous les coins de la wilaya vers le centre-ville pour participer à cette 11e marche, la dernière avant le ramadhan. « Watani watani ghali thamani » (patrie patrie, chère patrie), « le peuple veut le changement », scandait la foule avec ardeur. Et, comme de coutume, des chants patriotiques ont été longuement repris par les manifestants, entrecoupés par des slogans « Djazaïr horra democratia » (Algérie libre et démocratique), « système dégage », « dites à Bedoui que c'est fini », « FLN dégage », « klitou labled ya sarakine » (vous avez dépouillé le pays, voleurs) et autres slogans hostiles au pouvoir en général et toujours très conciliants avec les services de sécurité tous corps confondus, répétant en communion des refrains du genre « Djeich dialna wa El Gaid khalna» (l'armée est la nôtre et Gaïd est notre oncle). La manifestation a gardé son caractère « souriant et pacifique » jusqu'à la fin de l'après-midi.
A Oran également les manifestants étaient nombreux en ce 11ème vendredi de la contestation.
Ils ont emprunté le même itinéraire allant de la place du 1er Novembre comme en passant par les rues Emir Abdelkader, Larbi Ben M'hidi, pour enfin arriver au rond-point du pont Zabana, puis revenir vers la place du 1er Novembre en empruntant le boulevard de l'ANP (Front de mer).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.