Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Transition énergétique : «Le rôle de Sonelgaz est incontournable» selon Chaher Boulakhras    Une "Sonelgaz bis" pour le renouvelable    Les élus de l'APW exigent une enquête    L'après-Trump commence aux Etats-Unis : Investiture du président élu Joe Biden    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Conseils simples d'entretien du véhicule pour l'hiver extrême    Un incendie détruit quatre écoles au Bangladesh    Maroc : Premier cas de variant du nouveau coronavirus    Les ventes d'automobiles plongent en 2020 à cause de la Covid-19    Mondial 2021 de Handball : Retrouvailles entre l'Algérie et la France en fin d'après-midi    3 décès et 249 nouveaux cas    MO Béjaïa : Sebaâ remercié, Abbès arrive    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    Plusieurs joueurs sanctionnés    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Arrivage de vaccins contre la Covid-19 : La confusion persiste    La commune se tourne vers les marchés couverts    Journée de protestation des enseignants    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Chlef: Des constructions illicites sur des terres agricoles    Bouira: L'université Akli Mohand Oulhadj classée 22ème à l'échelle nationale    Un avant-projet en question    Une voiture dérape, un mort et deux blessés    Oran: Un carambolage impliquant 19 véhicules sur le 4eme périphérique    Des familles en danger de mort au 26 rue Larbi Ben M'hidi: Risque imminent d'un effondrement d'un immeuble au centre-ville    Un détachement de navires de guerre russes accoste au port d'Alger    Bir El Djir: Des aménagement en prévision des JM 2022    JSM Béjaïa: La feuille de route en application    La future loi, le sexe et l'âge    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    2,382 millions de km2 attendent l'amour et le travail du citoyen    Tiaret: Un film en hommage au comédien Hamza Feghouli    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Rêver à perdre la raison !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La 12ème démonstration
LES ALGERIENS BRAVENT LE RAMADHAN ET MARCHENT À TRAVERS LE PAYS
Publié dans L'Expression le 11 - 05 - 2019


La mobilisation était au rendez-vous
Ni le jeûne et encore moins la chaleur n'ont touché à la détermination de ces Algériennes et Algériens qui ne reculeront devant rien pour nettoyer le pays des résidus de l'ancien système. Magnifique!
«Maranache talgine!» (On ne lâche rien, Ndlr). C'est avec cette phrase lourde de sens que des millions d'Algériens ont déferlé sur les rues du pays pour la 12e semaine consécutive afin de réclamer le départ du système dans son intégralité! Premier test «ramadhanesque» réussi donc pour le Hirak puisque les Algériennes et les Algériens de tous âges et catégorie sociales ont défié la chaleur et le jeûne pour entonner la 12ème symphonie de cette révolution pacifique.
La désormais tradition du vendredi n'a pas ainsi déroger à la règle dans les quatre coins du pays, avec une mention spéciale pour Bordj Bou Arréridj surnommée capital du Hirak. La capitale du pays a elle aussi connu une mobilisation aussi impressionnante que les précédentes semaines, malgré la canicule, le Ramadhan et le blocage des routes! Dès les premières heures de la matinée, les premiers groupes des manifestants ont commencé à affluer vers l'esplanade de la Grande Poste et la place-Maurice Audin. Néanmoins, jusqu'à midi on ne comptait que quelques centaines de manifestants dont la détermination se faisait ressentir au son de leurs voix! Alger semblait donc difficilement rassembler les partisans du Hirak ce qui laissait alors croire à un début de démobilisation. Vers 13h, un incident a failli faire sortir le Hirak de son esprit «silmiya». La majorité des manifestants qui se trouvaient du côté de la Grande Poste s'est mise à courir derrière une femme pensant que c'était Naïma Salhi. Ils l'ont alors prise a parti.
Cette femme qui n'était pas la politicienne honnie par les Algériens, s'est réfugiée dans une ambulance de la Protection civile pendant que les «sages» calmaient les manifestants leur expliquant qu'il y avait erreur sur la personne. Pendant que tous les regards étaient braqués sur le parc Sofia, où avait couru cette femme, la foule continuait d'affluer sur «El Bahdja». À peine le temps de se retourner que l'on remarque les artères d'Alger recouvertes de rouge, blanc et vert.
À 14 h, après la prière du vendredi il n'y avait presque plus de places où marcher dans les ruelles principales du centre-ville. Cela n'a pas empêché les manifestants de battre le pavé pour sillonner les différentes artères de la capitale dans un climat serein et en présence d'un dispositif sécuritaire renforcé pour la circonstance. Drapés de l'emblème national et brandissant des banderoles hostiles au pouvoir, les citoyens ont tenu à donner une réponse claire et nette aux propositions de dialogue formulées par le président de l'Etat, Abdelkader Bensalah. «Il n'y a pas de dialogue avec toi, ni ton gouvernement et il n'y aura pas d'élection», criait la majorité des manifestants. Les fameuses «makache intikhabate ya el issaba» (pas d'élection jusqu'au départ des bandits, Ndlr) étaient donc de mise tout comme les slogans réclamant le départ de l'intérimaire d'El Mouradia, de son Premier ministre et son gouvernement. Les manifestants réclamaient aussi à ce que l'armée ne se mêle pas de la politique. «Djoumhouria madaniya, machi aâskariya» (une République civile pas militaire, Ndlr). Dans ce sens, les manifestants ont réclamé l'application le plus vite possible des articles 7 et 8 de la Constitution. «La souveraineté appartient exclusivement au peuple», insistaient-ils avant d'exprimer leur attachement à l'unité nationale. «Les Algériens khawa, khawa», fusaient de partout, surtout au moment où un groupe de jeunes a déchiré une pancarte d'une personne qui soutenait la tenue de l'élection présidentielle pour le 4 juillet prochain.
La foule est intervenue pour éviter tout dérapage en faisant comprendre à ces jeunes que chacun était libre d'exprimer ses opinions et ses idées. Cette journée des plus festives s'est poursuivie par des débats de haut niveau entre marcheurs- jeûneurs. Il y a aussi eu les fameux gestes de solidarité avec des habitants des quartiers environnants qui ont sorti des tuyaux d'eau pour rafraîchir la foule qui suffoquait sous la chaleur.
Les nettoyeurs ont aussi fait leur travail dès la fin de la manifestation avant de partager un f'tour collectif avec leurs camarades de la révolte pour en finir avec une «S'ahra» révolutionnaire... Les Algériens ne lâchent rien, même pendant un Ramadhan des plus... «chauds»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.