NAAMA : Près de 5000 candidats au baccalauréat    Le FLN insiste toujours sur la démission de Bouchareb    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Les idées sont au chevet des actions    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Le temps judiciaire et le ton politique    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La présidentielle du 4 juillet est «impossible»
POUR LE FFS
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 05 - 2019

Le FFS écarte toute possibilité de tenue de l'élection présidentielle prévue le 4 juillet prochain, un scrutin rejeté par le peuple qui aspire, à l'opposé, à un changement radical du système en place.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - «Il est impossible que l'élection présidentielle du 4 juillet se tienne car elle ne résoudra pas la crise qu'endure le pays», affirmait, hier mercredi, le coordinateur de l'instance présidentielle du doyen des partis de l'opposition. S'exprimant au forum du quotidien Liberté, Ali Laskri explique que ce scrutin ne constitue pas une doléance du peuple qui, et depuis le 22 février, «réclame clairement un changement radical du système en place». Pour lui, ceux qui y tiennent mordicus «se trompent lourdement et font perdre au pays un temps précieux». Et d'inviter à se départir de cette «taghennant» ou encore cet «entêtement» pour éviter une «confrontation directe entre l'armée et le peuple. Pour ce faire, le coordinateur du présidium du FFS appelle à «rétablir la confiance entre le peuple et l'institution militaire qui fait partie du peuple». «En tout état de cause, ils sont contraints de revenir au peuple» qui veut «s'autodéterminer». Une armée qui doit, selon lui, jouer le rôle de «garant» et d'«accompagnateur» d'une «transition démocratique inévitable, pacifique et consensuelle» qui s'impose pour faire l'économie d'une énième «alternance clanique». Et à Laskri, qui estime que l'instauration d'un Etat de droit avec ses corollaires séparation des pouvoirs, une justice indépendante, est un «préalable», de décliner l'initiative politique du FFS pour l'avènement d'une deuxième république.
Une feuille de route qui s'articule autour, d'abord de l'enclenchement d'un dialogue à travers une conférence souveraine qui verra la participation de tous les acteurs politiques, sociaux et syndicaux autonomes, les personnalités indépendantes, les universitaires et les représentants du mouvement citoyen dans toutes ses composantes. Du beau monde qui doit s'entendre sur un pacte politique comprenant entre autres l'instauration de la paix, de la démocratie, de la justice sociale et l'Etat de droit, la non-utilisation de la religion à des fins politiques, le rejet de la violence comme moyen d'expression ou comme moyen de gestion de règlement des conflits et d'accession au pouvoir, la séparation des pouvoirs ou encore l'organisation d'élections libres, honnêtes et le respect de la volonté populaire. Cette conférence aura également à mettre en place des institutions qui assureront la gestion d'une période de transition qui soit la plus courte possible, précise Laskri. Dont la convention nationale de suivi et de contrôle de la transition qui aura, entre autres missions, de veiller à l'application des mesures prises d'un commun accord et au strict respect des engagements contenus dans le pacte politique d'agréer les personnalités devant siéger au gouvernement de transition, d'élaborer l'ensemble du dispositif électoral, de fixer le calendrier électoral dans sa globalité avec la formation d'une assemblée constituante comme première étape et de mettre en place une instance de suppléance de l'institution présidentielle au terme de la mandature actuelle. Et pour mettre en pratique cette feuille de route, la direction nationale du FFS a, selon Laskri, entamé des contacts.
Ces derniers se limitent présentement à des acteurs du monde syndical autonome, le collectif pour une transition démocratique mais également des personnalités indépendantes, citant le commandant de l'ALN, Lakhdar Bouregaâ ou encore Noureddine Bouderba.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.